AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Everybody Love Heroes
 :: Registres d'admission :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

KELSIER ▬ Hakuna Matata.

Kelsier Hodgen
Invité
Mar 16 Juin - 21:44
Kelsier Hodgen

Kelsier Hodgen
Ft. Stephen James.

Nom ▬ Hodgen. & ce n'est pas un nom facile à porter pour toi. Ce n'est non plus un nom dont tu es fier, mais c'est le tiens. C'est comme ça. Prénom ▬ Kelsier. Tu t'es toujours demander d'où ça sortait, ce n'est pas un prénom mais commun mais rien que sa sonorité, à l'air de te résumer en entier. Surnom ▬ Hodg', ou Hodge. Mais ce sont surtout tes rares amis. Depuis un moment déjà, on t'offre du "Caporal" à longueur de journée...mais avoir de l'autorité, ce n'est pas pour te déplaire. Age et date de naissance ▬ 2 Juillet 827. Une journée lointaine, pesante et bouillante. Une journée ensoleillée. Une belle journée d'été. Lieu de naissance ▬ Stohess. Le district perverti aux allures de paradis. Métier / Corps de l'armée ▬ Bataillon d'Exploration, Caporal et pour le moment cela te suffit. Plus de responsabilités serait sans doute une folie. Statut social ▬ Moyen. Orientation sexuelle ▬ Totalement hétéro. Tu ne tentes surement pas de te bâtir une relation solide, tu ne cherches surement pas la perle rare, mais tu sais qu'il n'y a bien que les courbes féminines qui te font de l'effet. Situation ▬ Célibataire. A quoi bon perdre son temps en sentiments, quand une guerre sans merci fait rage et que le sang coule à flot ? Groupe ▬ Bataillon d'Exploration. Une façon de frimer au départ, mais aussi de comprendre, puis une véritable vocation.
Caractère ▬ Tu as une sainte horreur qu'on te rappelle tes origines. C'est comme ça, tu ne veux pas passer pour un gosse de riche, d'ailleurs ceux qui ont fait l'erreur de te juger là-dessus durant ton entraînement en on fait les frais. ∞ Tu es quelqu'un de très têtu ! C'est comme ça, c'est la vie, quand tu as quelque chose en tête, un but, tu fais tout pour y parvenir et tu as tendance à ignorer les conseils et recommandations des autres. ∞ Tu as fini premier de ta promotion et tu te souviens encore parfaitement de la fierté de ton père, et du sourire de ta mère lorsque pendant une demi-seconde, ils ont penser te voir entrer au service du Roi. Finalement, tu as briser leurs espoirs en une phrase à peine et tu ne regrettes rien. ∞ Finalement, tu ne savais pas trop pourquoi tu te battais. Autour de toi, lors de tes premiers instants dans les Bataillons il t'a sembler comprendre que ces soldats avaient tous un but, un objectif. Toi, tu es entré là pour décevoir tes parents encore une fois et pour jouer les héros. Pourtant, tu as compris rapidement ce que c'était et aujourd'hui, tu te bats pour triompher des Titans. Les exterminer. ∞ Tu as beau apprécier poser ton regard sur les femmes qui croisent ta route, tu n'apprécies guère leur compagnie en général. Tu as en réalité toujours trouver la gente féminine particulière ennuyante, agaçante, horripilante et plein d'autre mots en « ante ». ∞ Avant d'être contraint de devoir en monter un … tu avais une sainte horreur des chevaux ! Durant ton entraînement, il t'as toujours sembler que ces « maudits canassons » prenaient un malin plaisir à te mener la vie dure. Aujourd'hui, tu ne prends plaisir qu'a monter le tien. Et uniquement le tien. Un bel étalon sombre auquel tu tiens tout particulièrement. ∞ Tu n'aime pas rester enfermé. Tu apprécies être dehors, surtout lorsqu'il pleut, sans doute la raison pour laquelle durant ton enfance, tu as passé les deux tiers de ton temps à courir les rues plutôt que de prendre en considération l'éducation que souhaitaient te donner tes parents. ∞ Tu as conscience de ne pas être apprécié de tous, et en réalité tu t'en fous. Tu ne s’embarrasses en aucun cas des détails, tu assumes totalement ton caractère et tes manières. ∞ Tu as tes propres méthodes, justement. Tu préfères servir à tes soldats des discours violents et pleins de vérités, plutôt que des paroles encourageantes emplies de mensonges et de faux-semblants. ∞ Tu es franc. Peut-être même un peu trop, et c'est ce qui fait que tu peux paraître sévère. Tu aimes juste que les choses soient claires en réalité, lorsque tu n'apprécies pas une personne, tu ne passes pas par quatre-chemins pour le lui faire savoir...par contre, c'est plus difficile pour toi de t'ouvrir lorsqu'au contraire, tu apprécies une personne. ∞ Tu passes ta vie à donner l'impression que tu te fous de tout. Tu es même capable de bâiller dans un moment important, ce qui te vaut bien souvent de te prendre des réflexions, ou de recevoir des regards sombres. Mais comme toujours…tu t'en fous royalement.
Et sinon, en dehors de ça je suis Clary, encore, toujours, pour vous servir et vous faire chier :coeur:, je suis un(e) fille/garçon et j'ai Le quart de siècle arrive sous peu. ! J'ai découvert le forum grâce à En Titan voyageur., et j'aimerais juste vous dire que ; Les gars, tuez moi now..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 16 Juin - 21:44
Invité


History
Une petite phrase de ton choix.
Tu cours. Tu ne cesses de courir, encore et encore. Il a encore fallu que tu y ailles, cherché les ennuis dans ce quartier. Pourtant, les grands là-bas t'avais prévenu. « Reviens pas par ici, Kelsier, ou on t'fera ta fête. » Le problème, c'est que tu t'en fiches totalement. Tu ne reçois d'ordres de personne, encore moins d'un pouilleux dans son genre. Cet espèce de porc, avec ses taches de rousseur, il fait sûrement trois fois ta taille et il pourrait te décrocher la tête facilement s'il le voulait… du moins, c'est ce qu'il essaye de te faire croire mais forcément, tu passes ton temps à lui rire au nez à cet idiot. Et ça le fou en pétard. Et toi ça te fais bien marrer. Et tu sais que tu vas encore avoir l'occasion de rire un bon coup dans… Trois … deux … un. Tu t'arrêtes net. Fini de courir. Tu te retournes maintenant et tu fais face. Face à une loque qui s'étale au sol, trempé de sueur et à bout de souffle après dix minutes de course à travers les rues de Stohess. Un sourire s'étire sur tes lèvres alors que t'approches sans peur. « Alors, Barty … on est déjà fatigué ? » Lances-tu en fanfaronnant devant ce gros tas de graisse qui peine à se relever. Tu n'es pas tout blanc, mais tu détestes les types dans son genre. Ce genre de garçon, qui pense qu'il peut imposer sa loi et jouer les durs. Avec toi, ça ne prend pas, c'est comme ça. Tu es un esprit libre, un rebelle dans l'âme...mais ton défaut, c'est d'avoir trop souvent l'esprit ailleurs. C'est pour ça que tu ne le vois pas s'approcher de toi, tu es de nouveau dans tes pensées – certes en train de le mépriser – mais c'est comme si tu l'avais déjà oublié. Aussi gros et encombrant soit-il. Tu ne te rappelles de sa présence lorsque tu sens son poing venir frapper ton visage. Te voilà secoué, et tu recules de quelques pas. Ta mâchoire est douloureuse maintenant et alors que tu relèves la tête, tu t’aperçois que Barty n'en a pas fini avec toi. Il vient empoigner ta chemise, mais cette fois...tu le vois venir. Cette fois, hors de question de te laisser avoir. Tu fouines rapidement ta poche d'un geste habile, tu sors et déplie le couteau qui se trouve dans ta poche pour venir entailler la main du rouquin. « Dégages...tes sales pattes graisseuse de moi, Barty. » Hurles-tu alors que cet espèce de gros imbécile sautille sur place en pleurnichant. « Tu vas avoir des problèmes Hodgen ! De gros problèmes ! » lance t-il alors avant de se remettre à courir...pour s'enfuir. « Tché. Ouais, c'est ça ! Va l'dire à ta mère... » cris-tu. « Crétin. »

***

« Arrête de m'suivre ! » Elle t'agace. Elle t'agace même bien profondément à te coller aux semelles comme ça. Est-ce qu'il avait une tête à jouer les baby-sitters ? Non. Bien sûr que non. Alors pourquoi fallait-il qu'on la lui confie, en lui demandant comme s'il était idiot, en plus ? « Dit moi, Kelsier, nous devons discuter entre grandes personnes, est-ce que tu voudrais bien emmener Mia jouer avec toi dehors ? » Non mais sérieusement. Jouer avec lui dehors. Dehors...ses jeux à lui n'étaient pas faits pour les filles. Il détestait les filles. Les filles étaient chiantes. Les filles parlaient trop. Les filles étaient trop collantes. Les filles posaient trop de questions. Et les filles, c'était les filles. Ce n'était pas fait pour jouer avec, parce que ça pleurait tout le temps, à la moindre égratignure, au moindre petit bobo et à la moindre petite chute. D'ailleurs, tu tentes de te le prouver à toi-même en passant par le port, et les ruelles encombrées, rien que pour qu'elle se prenne les pieds dans un truc et qu'elle finisse la tronche dans une planche. Mais ça fait une heure que tu la trimballes comme ça, et tu n'as pas vu l'ombre d'un accident. Elle fait tout le contraire de ce à quoi tu t'attends. Elle esquive tous les obstacles habilement malgré sa robe se princesse et ses chaussures bruyantes. « Pourquoi t'es méchant ? » finit-elle par lancer, et tu soupires. Qu'est-ce qu'elle te raconte maintenant ? « Je suis pas méchant. » Du moins, tu ne le penses pas. Tu es peu fréquentable, ça c'est vrai. Tu laisses rarement les gens s'approcher assez de toi, c'est vrai aussi. Mais tu n'es pas quelqu'un de mauvais. Du haut de tes treize ans, tu sais que tu es bon, au fond, et ce, malgré les apparences. Bien pour ça que tu ne laisses personne te dire le contraire. « Alors pourquoi tu fais semblant de l'être ? » Tu t'arrêtes net, et tu la sens venir cogner dans ton dos, avant de soupirer et de te retourner pour lui faire face. Ses boucles rousses virevoltant dans le vent léger, tu sens leur parfum te chatouiller les narines et finalement, tu lui tends la main. « Viens. Je vais te montrer quelque chose. »

***

« Alors tu veux devenir soldat, toi aussi ? » Comment ça, « toi aussi » ? Décidément, tu avais un mal fou à la comprendre. Elle semblait toujours parler par énigme. « J'irais la semaine prochaine. » ajoute t-elle. Tu plisses les yeux et elle se tourne vers toi, un sourire éclaire son visage. Tu peux voir ses yeux briller de fierté. « J'aurais quatorze ans, la semaine prochaine. J'irais...je vais suivre l’entraînement. » Cette fois, tu sens tes yeux s'ouvrir en grand. Maintenant, son discours t'intéresse parce que devenir soldat...ça te fais envie. Tellement envie, mais tu sais bien que ton père ne le permettra pas. « Tes parents t'y autorise ? » demandes-tu, naïvement et elle répond à cela par un petit rire avant de poser ses yeux sur toi. « Enfin, Kelsier, depuis quand écoutes-tu tes parents ? » Elle marque un point. Tu n'écoutes personne ! Tu es maître de toi même, c'est comme ça … alors pourquoi hésites-tu encore ? Aurais-tu peur ? Toi tu aurais peur, et pas elle ? Une fille. Hors de question. Tu n'as pas peur. D'ailleurs, tu l'as décider : toi aussi tu iras. Le jour même de tes quatorze ans, dans un peu moins d'un an maintenant. « J'irais ! L'an prochain j'irais. » Tu remarques à peine le sourire de Mia, tu poses le regard sur le mur qui s'étire face à vous. « Alors on se reverra. Et je te raconterais ce que ça ferait d'être un soldat...un vrai ! »

***

« Tu obéiras Kelsier Hodgen ! Je décide, tu obéis. C'est comme ça ! » Tu fronces les sourcils. Tu adoptes cet air là, celui qu'il te reproche si souvent. Qu'est-ce qu'il veut que tu fasses de ta vie ? Il veut que tu sois comme lui ? Riche, gros et laid ? Tu le hais. Tu le hais pour ce qu'il passe son temps à t'infliger. Tu hais la vie qu'il t'offre, parce qu'il passe son temps à te mettre en cage et que toi, toi, tu veux voler. « Je n'obéirais à rien du tout. Je ferais ce qui me plaît. J'irais. » Et voilà que tu te retournes, tu lui tournes le dos, il déteste ça et alors ? Qu'est-ce qu'il ne déteste pas chez toi ? Il va sûrement encore dire que tu lui manques de respect, mais peu importe. Tu quittes cette pièce, tu claques la porte derrière toi et de par ce geste tu dis adieu à cette maison, à ce semblant de famille et à cette vie qui ne te correspond plus. « Kelsier ! » C'est la voix de ta mère que tu entends, mais tu la mets dans le même panier. Tous les deux, ils t'empêcheront toujours de faire ce que tu veux et devenir soldat pour toi...c'est l'occasion de leur dire que c'est fini. Que tu ne veux plus de leur autorité. Que tu ne veux plus de cette cage, aussi belle et dorée soit-elle.

***

« Premier ? Tu feras de grandes choses, Kelsier. » Tu te souvenais de ces mots là. C'était ceux de Mia, ceux qu'elle t'avais dit, quand tu lui avais annoncer ta place dans le classement final de ta brigade. Puis, elle était partie, elle avait resserrer sur elle la cape du Bataillon d'Exploration, elle t'avais lâcher la main, un sourire aux lèvres...et elle avait quitter les murs. Tu avais attendu la cloche avec tant d'impatience, déjà tu étais là, à Karanes planté dans la foule dans l'espoir de la voir, d’apercevoir sa chevelure rousse au milieu des cavaliers qui revenaient tête baissées. Tu passes en revu chaque soldat debout, puis ton regard parcourt les blessés. Tu n'oses pas t'approcher ; et puis tu te figes en voyant cette femme que tu reconnais. C'est la mère de Mia qui s'approche du Commandant. Tu les vois s'échanger quelques mots, puis, tu regardes l'homme lui remettre quelque chose avant qu'elle ne s'effondre sur les pavés boueux de la rue, en pleurs. Tu sens ta gorge se serrer, et tu recules pour te sortir de là. Tu bouscules tout le monde autour de toi. Tu t'éloignes, puis tu cours, tu cours mais tu ne sais pas où tu vas. Quelque part, dans un endroit sans personne. Tu recherches le vide, parce que c'est ce qui vient d'envahir ton cœur à jamais. Le vide. Le néant. Finalement, tu t'arrêtes, au milieu de ce champs, de cette prairie peu importe et tu tombes à genoux. Et puis tu hurles, tu hurles encore et encore. Tu hurles à t'en ruiner les cordes vocales. Tu hurles pour évacuer ta peine. Tu hurles pour chasser ta rage. Pour écraser ta haine. Tu hurles et tu as l'impression que ton cri, si déchirant, dure des heures. Tu hurles. Tu hurles et tu pleurs ce petit bout de toi même que tu as perdu, à jamais.

***

« Mais enfin, Kelsier ! Qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? » Il a pas fini de te le demander. Il va t'en vouloir et te le reprocher jusqu'à la fin de ta vie, du moins, si tu ne meurs pas avant lui. Ta mère est en larme, elle ne dit rien, elle pleurniche dans son coin...un peu trop bruyamment à ton goût d'ailleurs. « T'engager chez ces espèces...ces espèces de fous dangereux qui font dépenser des fortunes à la couronne en expéditions. » Oh oui, il a une très mauvaise opinion du Bataillon d'Exploration. Très, très mauvaise. Tu l'as déjà entendu en parler, et ce n'est pas bien glorieux. Des fous. Des suicidaires. Puis tout un tas d'autres sobriquets, tout aussi charmants. Sous ses airs distingués, ton père peut faire preuve de violence et tu le sais, surtout dans ses mots. Mais toi, il ne n'atteint pas. Tu es toujours là où il ne t'attend pas, comme aujourd'hui. « Je passe ma vie à crier haut et fort que ce Bataillon devrait être dissous. Dépenser l'argent de nos impôts comme ça...comme les taxes n'étaient pas assez cher ! » Et blablabla. Ça allait continuer comme ça durant des heures, mais peu importe tu comptais bien fuir avant ça. « ...et voilà que mon propre fils s'engage dans cette folie. Tu as vu ce qui est arrivé à la petite Mia ? » Tu sers les poings. Comme si tu pouvais l'ignorer...mais il fait si peu attention à toi, qu'il ne devait rien savoir de tes sentiments pour la jeune femme. Alors tu ne dis, tu te contiens. Tu as assez donné. Et puis tu ne veux pas t'afficher, te dévoiler. Tout ça c'est fini, tu ne le feras plus. « De toute façon c'est trop tard. Je commence demain. » Tu entends le soupire de ton père. Finalement, il se tait et ce n'est pas pour te déplaire. Lui qui ne voulait même pas que tu t'engages, était finalement si fier de voir son fils briller à la première place du classement. Il te voyais déjà dans les brigades spéciales, et ça arrangeait ta mère aussi. Ça aurait du être ta place, mais encore une fois, tu n'étais pas de leur avis. Il y avait bien des raisons à ta décisions. L'indécision, en faisait partie. Finalement, l’entraînement terminé tu n'avais même pas fais ton choix, il t'avait fallu la mort de Mia pour faire pencher la balance. Lorsque la souffrance, et la curiosité – certes un peu morbide – s'étaient ajouter à l'équation, ton choix s'était tourner vers les Bataillons. Il fallait que tu vois de tes yeux ces choses, ces fameux Titans qui faisaient tant de mal et qui distribuaient la mort si facilement. Il fallait que tu vois, et tant pis si demain ça devait te coûter la vie.

***

Finalement, tu es toujours si indiscipliné. Quatre années d’entraînement à la dure n'y aurons rien changer. Tu es pourri, on te le répète tellement souvent que tu as fini par y croire. Tu ne fais rien comme il faudrait que tu le fasses, tes manières et tes façons de faire n'ont rien de très conventionnelles. Tu le sais. Ça ne plaît pas à tout le monde. Tu le sais aussi et honnêtement, tu t'en fous totalement. Tu risques ta vie, tu te bats et tu as décider que tu ferais les choses à ta manière. « Hodgen, tiens moi ces poignets correctement ces Titans ne sont en bois ! » Comme si tu n'étais pas au courant. Cet enfoiré viens de dévorer deux hommes sous tes yeux...mais là, maintenant franchement tu as bien autre chose à foutre que d'envoyer chier ce boulet. « Continue de courir, Bennet. » lances-tu, un sourire aux lèvres avant de tirer brusquement la bride de ton cheval pour lui faire faire demi-tour. Tu entends ton nom, mais tu ignores l'appel. Fuir c'est pas ton truc, tu finis toujours par faire face...et les Titans ne font pas exception à la règle. Tu en as marre de courir, il est temps de régler son compte à ce monstre. Une bonne fois pour toute. Alors tu pousses ton cheval, encore et encore, tu lui fonces dessus et lorsqu'il est enfin à ta portée, tu envoies tes crochets directement dans sa chair, une fois bloqué tu te sers de l'élan de ton cheval pour décoller de là où tu es. Voler, c'est que tu as toujours voulu et dans les airs, tu t'es toujours senti à l'aise. Tu lui passes derrière maintenant et une fois sa nuque bien envie, tu détaches tes crochets pour les replanter aussitôt dans cette dernière. Maintenant, tu ne fais que te laisser porter, le gaz te donnes la force nécessaire et une fois à portée tes lames viennent lacérer les chaires tendres de la nuque de cet amas de sang et de chair qui fini par s'écrouler alors que tu rejoins tranquillement la terre ferme en essuyant le sang fumant qui souille tes armes. « Toujours là pour jouer les héros...ça te joueras des tours Hodgen ! » Tu lèves les yeux, tout en rangeant les deux sabres à leur place. « Tché. Faut bien quelqu'un pour le faire. Pis jouer à chat, c'est pas mon truc. »

***

Oh ce que tu avais horreur de ça. Te battre, tu savais le faire. Donner tes ordres, tu savais aussi. Diriger, mener, éliminer du Titan, ça faisait partie de tes compétences. Tu gérais plutôt bien. Mais le retour. La récupérer les écussons, les offrir aux familles...tout ça, c'était hors limite et pourtant maintenant, tu te retrouvais avec cette responsabilité sur le dos. Aujourd'hui, tu avais perdu des amis. De bons soldats, des hommes et des femmes qui avaient su gagner ton respect, et il allait falloir que tu annonces à leurs familles, une à une, que tu avais failli dans ta tâche et que tu n'avais pas pu les sauver. Tu n'étais pas un héros. Tu avais beau te conduire comme tel parfois, c'était loin d'être le cas. Tu ne pouvais pas sauver un bataillon entier, et tu en avais bien conscience. Aussi, alors que tu descends de cheval , tu soupires lourdement en posant le regard sur la foule. Elle fut la première qu'il reconnut. Elle allait être la première à apprendre la mauvaise nouvelle, puis les autres suivraient. Il voyait déjà son regard inquiet, elle ne le voyait pas. Casey. Il n'était pas là, et d'ailleurs...il n'y avait guère eu grand chose à ramener de cet homme qui tu avais considérer comme un ami. « Astrid ? » appelles-tu alors. Et tu la laisses approcher. Tu connais ton prénom, oui, comment ne pas le connaître quand l'homme qui avait été son compagnon avait passer des heures à bassiner ses frères d'armes avec sa si charmante « fiancée » comme il l'appelait. Tu n'étais même pas certains qu'elle le soit véritablement, sa fiancée, pourtant c'est naturellement vers elle que tu te tournes après avoir attraper la cape de Casey, ainsi que l'écusson ensanglanté arraché de sa veste. « Navré, Astrid...c'est tout ce que nous pu rapporter de lui. » Franchement, tu ne sais pas trop comment t'y prendre. C'était ta première expédition en tant que Caporal, c'est la première fois que c'est à toi de faire ça. Elle ne dit pas un mot, non. Tu t'attendais pourtant à la voir fondre en larmes et tu avais prévu de ne rien faire si ça arrivait. Tu ne pouvais pas te permettre de câliner tout le monde, surtout que ce n'était pas ton genre. Elle tends simplement les bras et tu y déposes les maigres affaires de Casey...puis elle te tourne le dos. Elle s'éloigne. « Caporal Hodgen...ma fille... » Tu baisses les yeux sur cette frêle petite dame. Voilà. Ça continuait, et tu allais en avoir pour un moment.

***

«  On a pas besoin d'un membre s'amusant à faire la girouette. Rentre chez toi petite, et ne traîne pas dans nos pattes. » Tu étais agacé maintenant. Qu'est-ce qui lui prenait, à celle-là de débarquer comme ça pour changer de faction. Tu ne savais même pas que c'était possible ; et franchement, avoir été appelé ici pour ça, ça te gonfle. Bien pour ça que tu te montres hautain. Elle a perdu Casey, d'accord. Tu as sans doutes éprouver de la compassion pour cette femme, mais son attitude pour le moment t'agaces au plus haut point. Tu n'avais pas besoin de ce genre de personne, de femme qui plus est, qui ne sait pas ce qu'elle veut. « ...Kelsier vous prendra en charge. » Comment ça t'allais la prendre en charge ? Tu laisses un lourd, un très lourd soupire s'échapper. La voilà la raison. Tu n'es pas seul Caporal, pourtant ici il n'y a que toi. Et c'est dans tes pattes à toi qu'on la colle. Comme si gérer les troupes, c'était pas assez compliqué comme ça. Tu passes une main sur ton visage, alors qu'elle se décide à quitter la pièce en te gratifiant d'un regard meurtrier à faire frémir une pâquerette. Oh, elle allait t'en donner du fil à retordre, tu le sentais à des kilomètres. « Dîtes, j'ai bien autre chose à fiche que de... » « Fermez là, Hodgen. C'est un ordre, obéissez pour une fois. Et puis ça vous fera de l'occupation de gérer cette petite. Maintenant dehors. » Au moins, ça avait le mérite d'être clair. D'un geste de la main, tu balais le regard sévère que ton commandant te jettes. Franchement, ça...c'était un début de journée qui te faisais chier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 16 Juin - 22:18
Invité
Hey coupin de grade et de bataillon xD
Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 16 Juin - 22:23
Invité
Merci sexy Aiji. /out. :10:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Juin - 8:52
Wahooooooooo :33:
*s'effondre sous la joie et l'excitation*
Que dire à part que je suis juste ultra ultra fan ! Un mélange de joies et de peines là dedans, ça m'a donné des frissons ! Et à la fin... " regard meurtrier à faire frémir une pâquerette " J'étais juste pliée ! xD Oh j'ai bête de rp avec toi **

Félicitations !




Tu es maintenant validé(e) & tu fais donc officiellement partie de la communauté ! Pour éviter que tu ne sois perdu au milieu du bazar administratif, voici un petit guide utile sur les choses qu'il te reste à faire. Ce ne sont que des formalités, héhé, mais des formalités qui tout de même ont leur importance. Pour commencer, passe donc par le bottin afin de faire recenser ton avatar. Une fois cela fait, je te propose d'aller te créer ta petite fiche de liens et de RPs, dans cette partie du forum. Tu pourras ensuite commencer le RP, et si tu ne trouves pas de partenaires, un sujet a été mis en place pour t'aider. Pour t'amuser, le flood est aussi à ta disposition.

Maintenant que tout c'est fait, nous pouvons te souhaiter bonne chance ! Nous espérons de tout cœur que tu te sentiras chez toi ici, et que tu t'amusera en notre compagnie !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Hakuna Matata [TTT Phoenix]
» Hakuna Matata : Présentation Dahkyn
» Hakuna Matata
» Restaurant Hakuna Matata
» Le Roi lion 3 : Hakuna Matata

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Everybody Love Heroes
 :: Registres d'admission :: Archives
-
Sauter vers: