AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il est pas frais mon poisson? - ft Raine & Edwyn

Invité
Invité
Lun 2 Nov - 22:17
Invité
Il est pas frais mon poisson?
Ft. Raine & Edwyn

On s'est levé tôt comme d'habitude avant d'aller vaquer a nos entraînements quotidiens, enfin surtout les corvées. Personne aime ces moments mais on attend tous une chose, le repas du midi, personne pour nous surveiller on est libre de nos mouvements tant qu'on est à l'heure à la reprise. Du coup me voilà à faire la queue avec tout le monde devant le self service du camp d'entrainement. Vivi et Lloyd se sont encore absentés alors je me retrouve encore une fois seul, ça commence a être fréquent ces moments d'ailleurs. Du coup en sortant de l'entrainement je me suis débrouillé pour rejoindre Raine. Je la fréquente assez souvent en ce moment avec les absences répétées de mes deux autres camarades, et elle est de très bonne compagnie, le même état d'esprit de moi quoi. Alors forcement on se marre bien à chaque fois. Alors que je réfléchis distraitement  a ce que je vais prendre, cette dernière me pousse un peu pour que j'avance. Je grommelle et choisis vite fait mon dessert, de la compote. Et de bons spaghettis bolognaise en plat, pour une fois on est gâtés niveau repas. Je sors de la file me chercher une table, Raine a ma suite avant de nous installer.

A ton avis on va se coltiner quoi encore comme corvées et exercices cette après midi? Qu'on prévois quelques conneries a faire pour passer le temps, je veux pas mourir d'ennuie.

C'est vrai quoi, faut avouer que les trois quart du temps je m'ennuie pas mal aux exercices, et ne parlons pas des corvées. Y a des employés qui sont payés pour ça mais non faut qu'on nous emmerde avec. Alors que je mange mon entrée tout en discutant avec Raine, j'aperçois une connaissance qui semble seule. Edwyn, je l'aime bien aussi, même si je n'avais pas énormément fait attention à lui avant que nous ne devenions partenaires de chambre, lui dans le lit du haut, moi celui du bas. Le voyant donc seul je l'interpelle.

Hey Edwyn ! Viens là y a de la place. Ça va mon pote? Faudrait que tu traînes un peu plus avec nous, ça t'éviterai de tirer cette tête déprimée en solo. Allez installe toi.

Je me pousse un peu pour lui laisser de la place, poussant aussi mon voisin qui râle. Je lui jette un regard énervé et il cesse illico, tant mieux sinon son plat de spaghettis allait finir dans sa face. Je croise le regard de Raine qui dirait-on s'attendait presque à ce que je le fasse vraiment. Je hausse les épaules et termine mon entrée.
(c) Clary
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 0:42
Invité


« feat Owen & Raine »

Il est pas frais mon poisson?

Humpf.

Tu soupires, las. Ton entrainement est terminé, l'heure du repas a sonné. Tu ranges tes lames dans ton équipement tout en grommelant. T'as pas fait fort aujourd'hui. T'as même fini parmi les derniers. Et pourquoi? Tout simplement à cause de ce putain de mal de crâne qui t'a pris en plein milieu de l'entrainement. Dépité, en colère, tu shootes violemment dans un caillou en lançant une bordée de jurons. Dans ton malheur, le caillou finit par atterrir sur le crâne d'un autre élève, qui finit par se tourner vers toi. Il hurle et te postillonne à la gueule. Tu lui réponds. Et forcément, vous finissez par en arriver aux mains. Mais la partie ne dure pas longtemps. Ton opposant à beau être plus lourd que toi, il ne sait pas à qui il s'est mesuré. Tu n'es peut-être pas une flèche, tu n'es pas le plus rapide lors des courses poursuites à travers la forêt. Ce n'est même pas toi qui enfonce ta lame le plus profondément dans la nuque des titans... Et pourtant, c'est toi le meilleur combattant à main nu. Toi qui réussit à mettre tout le monde à terre malgré ton apparence chétive et menue. Tu te demandes d'ailleurs comment un petit gars d'apparence fragile peut mettre au sol des montagnes... Enfin. Peut-être que c'est grâce à ta fureur, à ta rage de vaincre... Tu détestes perdre. Et encore plus lorsque c'est un combat au sol. Le jeune homme s'avance et après quelques coups bien placés, se retrouve finalement au sol. Tu essuies le sang qui perle sur ta lèvre inférieure. C'est que le bougre ne t'a pas loupé ! Tu vas attraper un joli coquard. Et ta lèvre enfle légèrement. Tu shootes une dernière fois dans la jambe du mec et tu te diriges vers le réfectoire. Tu sens ton ventre gargouiller. C'est que tout cela t'a donnée faim...

Tu es dans la file, attendant impatiemment ton repas. Tu trépignes sur place. C'est que, c'est toujours comme ça. Lorsque tu es en colère tu as besoin de te défouler. Tu as besoin d'un bon punching ball. Pour autant, mieux vaut que tu te tiennes à carreau pour le moment, l'instructeur ne rôde pas très loin. Un soldat te bouscule et tu te retournes, prêt à en découdre avec lui. Pile à ce moment là, l'instructeur se dirige vers la sortie. Tu te pinces alors le nez, inspirant et expirant, comptant jusque dix pour te calmer. * Ça va aller Edwyn. Respire... * Ça y est, cela passe. Tu ne dis pas un mot, ne te retourne plus. Et voilà que tu arrives devant la bonne femme qui te sert à manger. Elle te regarde d'un air mauvais et te file une plâtrée de spaghettis puis une compote. Grincheux, l'air morose, tu regardes les nouilles qui gisent dans ton assiette. " Des pâtes... Sérieusement? " On te pousse, tu lances une bordée de jurons au mec qui se trouve derrière toi dans la file et tu finis par avancer au milieu de la pièce, complètement paumé et renfrogné.

" Hey Edwyn ! Viens là y a de la place. Ça va mon pote? Faudrait que tu traînes un peu plus avec nous, ça t'éviterai de tirer cette tête déprimée en solo. Allez installe toi. " Tu te tournes vers l'origine de la voix, haussant un sourcil. Ah tiens, voilà Owen et l'autre fille là... Tu ne te souviens jamais de son prénom, pourtant elle t'est familière. " Ta gueule Owen tu me fais chier avec tes remarques à deux balles. " Et pourtant, tu pousses un soupir, frustré et viens prendre place à sa table, n'ayant pas remarqué un petit coin tranquille où te poser. " Des nouilles putain... Pourquoi faut-il que ça soit des nouilles aujourd'hui. J'avais envie d'un putain de saucisson. " Tu regardes ton plateau, décidément rancunier envers cette pauvre assiette qui accueille les spaghettis bolognaises. T'as bien envie de l'envoyer valdinguer à l'autre bout de la pièce pour qu'elle aille se fracasser contre un mur. Tu prends une petite poignée de pâtes entre des doigts et la regarde, déprimé. " Regarde moi cette bouffe sérieusement ! C'est mou, ça ressemble à un lombric, je veux pas de ça moi ! " Puis, avisant le voisin d'Owen qui grommelle, tu lui lances un regard assassin. " De quoi tu te plains toi? T'as pas assez de place? T'es peut-être trop gros pour t'assoir à cette table. Dégage de là. " Ta colère augmente encore plus lorsque tu remarques que ce gars est celui qui t'a filé un coquard il y a moins d'une vingtaine de minutes. " A moins que tu ne veuilles te battre à nouveau? " Tu serres les poings et finis par te lever pour lui écraser la tête dans son assiette, ce dernier ayant commencé à répliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 19:12
Invité
Je vis. Je vole.
Ce matin, après les corvées habituelles, c'est au tour de mon groupe de pratiquer l'équipement tridimensionnel en forêt, enfin ! J'ai attendu avec impatience cet entraînement là. Et pour cause, on m'a reproché lors du précédent de passer trop de gaz. Durant mes nuits, courtes pour la plupart, je n'ai donc pas cessé de fantasmer mille et une acrobaties et maintenant, il est temps de passer à la pratique.

Ça fait déjà un moment qu'on chasse tous nos faux titans et après une bonne vingtaine de minutes depuis ma dernière prise, j'aperçois enfin une clairière. Bingo ! Ils nous l'ont sûrement mis ici, ils font toujours le coup. Je parcours rapidement la zone du regard, une branche parfaite si on oublie le fait qu'elle n'est pas si épaisse que ça. Tant pis, je m'y élance ! Je me laisse porter contre le vent par mes cordage d'acier quand soudain, crac !
Je le savais, la branche était trop fine. Qu'importe. J'ai eu le temps d'arriver au dessus de la cible. Je fends l'air, mes lames crissent contre leur fourreaux et d'un coup sec, je tranche. Dix centimètres de large sur un mètre de long, les dimensions y sont, j'en suis sûre, au millimètre près. Du grand art ! C'est sans doute mon meilleur coup jusqu'ici.
Mais c'est dans une clairière que je me trouve, et maintenant que ma tache est accomplie, je dois trouver une issue.
Les arbres sont plus rares, et notre faux titan bien au centre de la zone dégagée. J'ai déjà pris beaucoup de vitesse, je sais que le peu de prises boisées qui me parviennent sont bien trop fragiles pour que je puisse m'y arrêter et ça veut donc dire que je vais devoir solliciter mes grappins un bon nombre de fois avant d'atteindre un perchoir sur. J'hésite. Moins de gaz on avait dit...

Je chute.
Je relâche doucement mes gâchettes, pas de quoi paniquer. Après tout si je me laisse tomber, ma tête va juste heurter le sol avec une violence inouïe dans 3... 2...

Une légère pression de bout des doigts et voilà mes grappins qui foncent droit sur la maquette, mon titan victime. Ça ne va pas tenir mais ça m'est égal. Mon corps est tracté, je ralentit, dévie, frôle le sol, le bois de la silhouette craque, libérant mes câbles qui viennent reprendre leur places de part et d'autre de ma taille alors je me replie sur moi même. Malgré ma décélération, si je me laisse tomber ainsi, mes genoux vont trinquer. Alors aussitôt que je sens approcher la terre ferme, je roule en avant, et termine finalement ma course sur mes pieds.
«Yeeeeeeeeeeeeeeessss !!»
C'était un pari risqué, mais réussi. Je suis fière de moi, vraiment fière de moi.

Finalement, une voix sortie de derrière les fourrés annonce le repli, on dirait bien que j'ai éliminé le dernier titan. Je suis géniale !
Retirant mon équipement, je soupèse mes bonbonnes de gaz, à vue de nez elles sont à moitié pleine. Pas mal du tout, je progresse.

Sur le retour, je trottine. Malgré une légère douleur à la cheville gauche, je suis la première de la file, et pour cause : c'est l'heure du déjeuner, deuxième moment préféré de la journée. Je retrouve facilement Owen, apparemment Vivi et Lloyd ne sont pas avec lui, du coup, c'est mon tour de le garder. Je le presse dans la file et ouvre des yeux immenses devant le plat qu'on me sert « Ooooh des pâtes ! J'adooore les pâtes ». J'entends quelqu'un rétorquer que, de toute façon, j'adoooore absolument tous ce qu'on me sert et qui se mange. C'est pas faux, enfant, j'ai été habituée à manquer de nourriture régulièrement alors je suis loin d'être difficile maintenant que j'ai droit à des portions raisonnables.
Je file m'asseoir près de mon camarades et nous commençons à préparer nos plans pour l'après-midi. J'espère qu'on pourra s’entraîner au combat à mains nues, je ne suis pas plus douée qu'une autre mais ça m'amuse; parce que je compense en esquivant la grande majorité des attaques, encore un truc des gens des souterrains, éviter d’être volés ou agressés, on sait faire. Alors je laisse souvent mon adversaire se fatiguer avant moi, on joue ça au plus endurant. Je gagne pas toujours mais mon ratio de victoire reste honorable.

Justement, voilà quelqu'un de plus doué que moi qui approche : Edwyn. Owen a raison, il tire une tête de six pieds de long et donne l'impression de bouder dans son coin. « Laisse tomber, il doit pas bien nous remettre aujourd'hui ! Hein Ed ? Je pose ma main sur ma pointrine en m'exclamant, avec une lenteur excessive : R-A-I-N-E, Raine ! »
Je le taquine encore quand à sa perte de mémoire. À vrai dire, sa situation ne m'amuse pas vraiment, perdre ses souvenirs... Ce doit être vachement triste, perturbant. Mais bon, il vaut mieux en rire qu'en pleurer alors je l'embête mon petit Ed. Qui aime bien châtie bien.

Et justement, lorsqu'il se plaint de la qualité du repas je m'apprête à répliquer lorsque je crois entendre les débuts d'une altercation juste en face de moi. Oh oh oh, Owen, tu vas l'faire ?
Mes yeux pétillent, je le connais bien celui-là et il me suffit d'un regard pour voir qu'il est prêt à lui faire ravaler ses paroles... Et sa bolo. Ce n'est pas moi qui risque de l'en empêcher, s'il y a une chose que j'aime encore plus que les repas ici, c'est quand on se bat avec. C'est amusant, ça me divertit. On relâche la pression.

Mais finalement, c'est Edwyn qui s'en charge, le ton monte et l'autre râleur finit le nez enfoncé dans son assiette, ce qui provoque chez moi une crise de rire incontrôlable. Un instant, je reprends mon souffle pour contempler un œil bleui de cette pauvre recrue tandis que le second dégouline de sauce.
« Eh bah... C'est pas ton jour à toi hein ! » je m'exclame avant de m'esclaffer à nouveau. Les larmes qui me montent aux yeux ne m’empêchent tout de même pas de remarquer que l'autre tremblant de rage à l'air de vouloir rendre la monnaie de sa pièce a notre fougueux Edwyn. Objection ! J'estime qu'il a déjà eu son quota de bagarre aujourd'hui, et en plus, ça ruinerait l'ambiance. Alors, avec un pincement au cœur, je me saisit de deux bonnes poignées de pâtes, l'une atterrit pile sur le crâne du râleur, éclaboussant Owen au passage. L'autre, je la lance sans objectif précis vers la table voisine en hurlant « BATAIIIILLE ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 23:39
Invité
Il est pas frais mon poisson?
Ft. Raine & Edwyn

Et bien, le petit Edwyn semble vraiment pas en forme, alors qu'il s'assoit je remarque ses blessures. Il s'est encore battu lui, mais je connais assez le personnage pour ne pas aller le questionner la dessus, il serait capable de me provoquer aussi dans cet état. Y a déjà qu'a voir comment il me répond, le bouton mauvais poil est enclenché chez lui. Mais il faut s'en méfier, il est petit mais teigneux, et un des meilleurs au combat à main nue. Je hausse un sourcil alors que Raine ne peut s’empêcher d'aller le titiller a son habitude. Depuis qu'elle sait qu'il a perdu la mémoire, ça reviens sans cesse sur le tapis avec de petites piques dans le genre. Elle aime bien taquiner les autres, et comme Edwyn a tendance à partir au quart de tour ... .

Je laisse tout ça de côté mais je ne m'attendais pas à le voir se lever pour aller chercher des noises à mon voisin qui refusait de trop se pousser. Ah mais voilà qui explique tout, c'est avec ce type qu'il s'est battu. Et ce dernier à pas l'air de vouloir trop lâcher l'affaire, il est avec ses potes et se sent en force. pas de bol mon pote, Ed a aussi du renfort de luxe. Au final, Ed' fait ce que j'avais l’intention de faire quelques secondes plus tôt, lui foutre sa gueule dans ses spaghettis. Je souris tandis que Raine se lance aussi dans la partie en balançant une autre poignée sur le crane du type et une deuxième au hasard dans la foule, démarrant une dispute dans une table voisine. Son cri de guerre est vite repris et le réfectoire deviens un champ de tir au spaghettis.

Je prend mon assiette avec moi et balance des pâtes à tout va. Je tente bien d'en esquiver mais c'est peine perdue dans ce foutoir. Je profite d'un moment pour enfoncer mon poing dans la face du type ayant frappé Edwyn tout en le barbouillant de bolognaise. Ça c'est fait au suivant maintenant. J'appelle mes Raine et Edwyn pour qu'on forme une équipe et en foutre plein la tronche aux autres. Parce que oui on se contente pas que de se lancer la bouffe, y a aussi quelques plaquages et règlements de comptes qui se font en furtif dans la mêlée. Je sens que ça va être un repas mémorable.
(c) Clary
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 12 Nov - 14:00
Invité


« feat Owen & Raine »

Il est pas frais mon poisson?

Raine sourit en te voyant arriver. « Laisse tomber, il doit pas bien nous remettre aujourd’hui ! Hein Ed ? » Tu lui lances un regard assassin, posant ton plateau avec violence. « La ferme toi aussi. Chuis pas d’humeur. » Olala Ed’ enfin. Tu le sais que tu vas finir par les vexer à leur balancer des insultes à la gueule comme ça lorsque tu ne vas pas bien ? « Me faite pas chier. C’tout. » Mais voilà qu’elle continue à te taquiner. « R-A-I-N-E, Raine ! » Nouveau regard noir dans sa direction. « Ok princesse. Je tâcherais de ne plus l’oublier. » Tché. Elle a pas intérêt à t’emmerder la petite Rainette là, sinon elle aussi elle va finir par se retrouver barbouiller de sauce, des pâtes se mêlant à ses long cheveux.

Putain. Ça a du bon de se défouler sur quelqu’un. Les doigts serrés sur la tignasse du gars, tu lui relèves la tête, découvrant un visage rouge, à la fois de fureur, mais aussi couvert de sauce tomate. « Qu’est-ce que t’as là père Dodu ? T’as pas assez bouffé peut-être ? » Tu appuies une nouvelle fois sur son crâne, lui plongeant à nouveau le nez dans sa gamelle avant de la relever. « Eh bah… C’est pas ton jour à toi hein ! » Dit Raine tout en s’esclaffant avant de commencer à balancer ces pâtes dans tous le réfectoire. « BATAIIIILLE ! » Tu relèves la tête, ne comprenant tout d’abord pas ce qu’il se passe. Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Toi ce que tu voulais, c’était juste filer une nouvelle raclée à cet avorton, à ce gras double, à ce bouboule. Pas déclencher une guérilla. Tu es en train de te demander si tu ne profiterais pas du remue ménage pour t’esquiver en douce lorsque tu te reçois une platrée dans la figure. Ton sang ne fait qu’un tour. « QUI A BALANCÉ ÇA ? » Tu relâches le gars pour te précipiter vers un autre, lui volant son assiette alors qu’il désirait manger tranquillement. Puis, tu prends les spaghettis et les envois vers le mec au fond là bas. Parce que tu es sur que c’est de lui que vient le projectile. Ouh tu ne vas pas le laisser filer comme ça…

Tu bondis au dessus des tables et finis par rejoindre Owen et Raine. Tu en profites pour faire basculer une table sur le côté afin qu’elle vous serve de bouclier. T’as les nerfs. Autant cette bataille amuse tes deux amis, autant pour toi c’est un signe de règlement de compte. « JVOUS PRÉVIENS! JVAIS VOUS ENFONCER VOS SPAGHETTIS OÙ JE PENSE ! Z’AVEZ INTERÊT À SERRER LE CUL ET À VOUS COLLER DOS AU MUR PARCE QUE PUTAIN ÇA VA EN CHIER ! » Edwyn, Edwyn, Edwyn, toi et ta douceur légendaire… Toi et ta poésie.. Tu ne sais pas te contrôler. Tu balances une nouvelle assiette et te tourne vers les deux autres. « Jvous propose de réquisitionner le buffet, comme ça on aura pâtes à volonté et on pourra les bombarder ! C’est parti on fonce ! » Puis tu commences à courir vers la cuisine sans attendre leur avis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés
-
Sauter vers: