AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ili & Astrid + On va tous MÛRIR !

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Dim 23 Aoû - 15:32
Invité
Mission ; t'as mourru, tavhu.
Astrid & Iliana & Karhlya
Sensation désagréable d'humidité. Tu te sens trimballée, transportée contre ton gré. Tu es épuisée, tu ne sais pas pourquoi. Tu ressens les choses, et pourtant tu ne parviens pas à ouvrir les yeux, ou à bouger le petit doigt. Tu es oppressée. Presque écrasée. Oui, c'est ça. Écrasée. Serrée, comme dans un étau puissant … comme dans la main d'un titan. Un souvenir, tu revois son visage, tu repenses à ce qui s'est passé. Tu es morte. Tu t'en rappel maintenant. Tu as sombrer avant qu'il ne dévore. Tu le sais. Tu n'as rien senti, tu ne sais pas ce qu'il est advenu de ton corps … et voilà que tu te poses la question ; il t'a croquer ? Il t'a avaler toute crue .. ? Comment tu as fini Ka' … digérée, ou broyée ? Tu as la nausée. Bon sang, à quoi sert la mort si on peut encore être malade. Et puis cette odeur infâme. Qu'est-ce que c'est … ? Où est-ce que tu es ? C'est l'Enfer, c'est ça … tu es damnée. Mais pourquoi, qu'as-tu fais pour le mériter ? Tu as pourtant toujours penser faire ce qui était juste. Tu peux bouger, au moins … ? Ou alors n'es-tu plus qu'un esprit coincé quelque part, condamnée à la souffrance ? Non. Tu peux. Si tu fais un effort tu le peux. Tu sens même encore...ton corps. Pourquoi ton corps ? Tu peux serrer le poing. Redresser un peu ton dos...tu peux avoir un haut le cœur. Tu peux remuer faiblement et sentir la douleur te propager dans tes poumons privé d'air un moment. Tu peux bouger le bras, gratter le sol gluant et poisseux...qu'est-ce que c'est que ce sol étrange ? Que tu aimerais pouvoir ouvrir les yeux pour regarder autour de toi. Que tu aimerais … non attends. Que se passe t-il ? Tu glisses. Ton corps glisse et tu ne parviens pas à t'agripper. Tu glisses, tu chutes, tu le sens et tu paniques. Tu laisses échapper un cri alors que ton corps heurte le sol dur. Bon sang ça fait mal. Si mal. Ton souffle se coupe, une larme s'échappe. Ta main tâtonne. De l'herbe. Tu reconnais l'herbe. Alors tu forces sur tes yeux, tes paupières sont collées mais finissent par céder. Lumière aveuglante, légèrement déclinante. Le soleil te brûle la rétine mais tu persistes. Tu veux voir à quoi ressemble cet endroit et lorsqu'enfin les choses se précisent tu es surprise de voir que l'endroit t'es familier. Les plaines que tu parcours depuis cinq longues années ressemblent à ça … non. Attends. Ce sont elles. … tu es en vie. Vivante, Karhlya. Pourquoi … ?

Tu lèves les yeux, te redresses un peu. Tu te hisses difficilement sur tes jambes et finalement tu recules d'un pas. Te voilà pétrifiée devant ce visage infâme, devant ce regard qui te fixes. Encore une fois, tu crois voir un sourire s'afficher alors que la peur se dessine sur ton propre visage. Il vient … de vous recracher. Toi, et les deux femmes qui commencent à peine à bouger près de toi, au sol. Astrid, Iliana. De nouveau, il approche sa main de toi. Tu restes figée. Non, non pitié, non pas encore...tu ne veux pas revivre ce que tu as cru être ta fin. Pas deux fois. Tu aimerais courir, et pourtant ton corps refuse de t'obéir. Le doigt gigantesque s'approche de toi … il vient frapper ton corps, sans force ni violence. Il te pousse simplement. Il te force à regagner le sol et s'éloigne à nouveau. « Qu'est-ce ... » Ta voix. Cassée. Enrouée. Tu ne comprends pas, tu ne comprends rien. Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi est-ce qu'il ne se jette pas sur toi pour te dévorer ? Pourquoi est-ce qu'il ne l'a pas fait avant ? Pourquoi … pourquoi … « POURQUOI ? » Un cri. Un hurlement. Le titan, jusque là agenouillé se relève finalement … puis il s'éloigne. Il vous laisse là ? Comment ça … là ? « Hé ! ATTENDS ! TU VAS OU ? REVIENS ICI. » Le monde à l'envers … tu appels un Titan ! Tu lui demandes de revenir … t'es peut-être morte finalement. Ou folle. Ou les deux. Qu'en sais-tu ? Le fait est que ta voix ne semble pas le faire changer d'avis. Il s'éloigne. Et toi tu finis par le quitter des yeux en te rendant compte de ta position. Tu te retournes pour secouer la première des deux filles. « Debout aller … c'est la merde … la merde totale. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Aoû - 22:10
I'm alive.
Karhlya, Iliana & Astrid
Say it with me. I'm alive I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face, to your lullaby, got your all come down 'Cause your living alive my friend. I'm alive I'm alive ▬ SHINEDOWN

Le néant. Toujours le néant. Il fait noir, si noir... Tu es dans un état second. Non. Tu ne peux pas être dans un état second, tu es morte. Et pourtant... Pourtant tu continues de ressentir toutes ces choses... Chacun de tes sens est à l'affût. Le noir, l'obscurité est profond. Tu ne vois rien. Tes yeux sont ouvert pourtant, enfin tu penses qu'ils sont ouverts... Mais comment en être sûr? Le noir est total, tu ne peux pas le décrire autrement. Tu ne vois même pas le bout de ton nez. Si tu en as encore un... Car tu es morte n'est-ce pas? Morte. Morte... Ce mot résonne dans ton crâne. Que se passe t'il? Est-ce ça la mort? Sombrer dans le néant? N'être qu'une pensée? Non... C'est impossible... Tu sens autre chose... Si tes yeux ne voient rien, tes autres sens au contraire ressentent tout. D'abord l'odeur. Etouffante, horrible, puante. Une odeur de putréfaction, à te faire lever l'estomac. Elle t'entoure, pèse sur toi. Tu la sens, horrible et oppressante. Tu essayes d'inspirer et d'expirer par la bouche, mais l'odeur pestilentielle entre dans ton nez, s'infiltre dans tes narines et plonge dans ta gorge. Tu t'étouffes. Tes poumons sont en feu, hurlant devant cette horreur. Tu tousses. Tu te figes. Qu'as-tu dis? Tu tousses? Tu es donc capable d'émettre des bruits... Et de les entendre. Tu essayes de parler, mais la puanteur t'en empêche et tu tousses à nouveau. Tu lâches l'affaire et te concentre sur le bruit. Il y a quelque chose là bas... Tu le sens. Mais tu n'arrives pas à savoir ce que c'est. On dirait une respiration... Mais non. Cela doit être celle du Titan... Il respire celui là? Bah il a un nez il doit respirer... Non, ce n'est pas humain... Frustrée. Oui tu l'es. Qu'as tu fais pour mériter ça? Pourquoi a t'il fallu que ce foutu Titan remarque la fusée? Tu es maintenant devenu de la pâtée pour Titan. C'est Kelsier qui doit être content. Cela te donne presque envie de rire. Tu es morte mais tu penses encore à lui. Quelle ironie. Mais où es-tu? Es-tu en train d'être lentement digérée? Es-tu en train de sombrer? A moins que tu ne sois condamné à errer dans le noir pour le restant... Le restant de quoi? De tes jours? Tu commences à rire, mais celui ci sort sous la forme de toux. Il fait chaud. Tu as si mal... Mal. Oui tu as mal. Tu sens, oui tu le sens, ce corps douloureux. Mais alors... Serais-tu toujours vivante? Tu essayes de serrer le poing. Tu réussis à bouger. pas énormément cela dit, tu as l'impression d'être enfermée. Recouverte d'une substance gluante. Peur, panique, colère, incompréhension, tristesse... Chaque émotion y passe. Tu ne comprend rien. Tu es bien dans la bouche d'un Titan, ça tu en es sûr. Tu as vu la bouche s'approcher, tu t'es sentie tomber dans sa gueule. Et maintenant? Oui maintenant. Où es-tu? Tu sens quelque chose d'humide, de poisseux, visqueux et mou sous ton corps. Et en même temps, tu sens ces secousses, à intervalles réguliers. Il marche... Le Titan marche, et tu es en lui. Toujours vivante. C'est un truc à te faire paniquer encore plus. Mais tu n'en as pas le temps. Il finit par s'arrêter. Et soudain, un flot de lumière entre. Tu fermes les yeux qui étaient finalement bien ouverts. Et tandis que tu luttes contre cette lumière aveuglante, tandis que tu te dis que c'est la fin, tu te sens lentement glisser. Tu tombes, encore et encore. Tu quittes la chaleur pour la fraîcheur. L'humidité pour le sec. Et finalement, tu rencontres quelques choses de dur. Tu sens ton nez heurter le sol avec un craquement sec. Et tu pousses un hurlement. Hurlement étouffer par l'herbe que tu sens sous tes doigts. L'herbe?

Tu sens cette bonne odeur de verdure, qui contraste avec la puanteur que tu viens de quitter, mais qui pourtant traîne encore sur toi. Tu entends. Oui tu entends des choses, quelqu'un cri, mais tu es encore trop sonner pour comprendre quoi que ce soit. Tu bouges. Doucement. Lentement. Tu essayes de sentir tes membres, de les étirer. Te manque t'il quelque chose? Non, tu ne penses pas. Même si tu as l'impression que ton corps est une véritable poupée de chiffon. Même si tu as été broyée, compressée dans la main du Titan... Ce même Titan qui t'a... Recrachée? Tu ouvres les yeux. Difficilement. Tu les laisses s'accoutumer à la lumière. Voilà qui est mieux. Tu vois une forme, quelqu'un est debout. Tu vois encore un peu flou, mais ta vision se précise. Karhlya? " Ka... " Ta bouche est pâteuse, et ta voix ne semble être qu'un vague... murmure... Ou borborygme. Tu entends des pas. Lourd. Le Titan... S'éloigne?Voilà qui est étrange. " Debout aller … c'est la merde … la merde totale. " Tu pousses des grognements. Ton corps entier te semble complètement réduit en poussière. Pourtant. Après bien des efforts, tu réussis à te redresser. Te mettant à genoux. Tu regardes autour de toi d'un oeil vitreux. Tu ne te sens pas bien. Pas bien du tout. Mais il va bien falloir que tu te reprennes. Surtout si tu es toujours vivante. " Keskiya? " Dis tu en rassemblant tes efforts pour tâter ton nez cassé. Tu pisses le sang. Le liquide chaud et poisseux coule le long de ton visage, entre dans ta bouche. Tu tamponnes ton menton avant d'abandonner. Va falloir que tu t'occupes de ça. Mais tu as l'impression qu'il y a autre chose de cassé, au niveau de ton épaule. Tu tentes de bouger le bras et grimaces. T'as un truc de déboité ou de cassé là. Ou luxer. Que dis-tu? Tu regardes autour de toi. les plaines. Karhlya. Iliana. Et toi. Et plus de Titan. " Où on est? " Réussis-tu à articuler. " On est... Vivante? "


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 25 Aoû - 21:53
Invité
La Vie Est Un Jeu
La vie et la mort sont soumises à la destinée. Karhlya & Astrid & Iliana
Le noir, j'étais complètement entourée de noir et rien ne semblait vouloir me faire sortir de cet état. Le titan m'avait broyé les côtes, m'avait étouffé avant de m'avaler. J'avais perdu conscience bien avant cela et je pensais réellement mourir, j'aurais du mourir broyée sous ces dents, dans le fond je le voulais presque car j'avais peur de la douleur qui pourrait venir ensuite. J'avais à peine conscience de mon corps flottant dans l'estomac du titan, je voulais bouger, je voulais ouvrir mes yeux, mais je ne pouvais pas, immobile, je me laisse porter par le monstre, me demandant combien de temps encore durerait ce calvaire. Je n'étais pas morte, la mort n'avait pas voulut de moi et je me demandais si j'étais la seule dans ce cas, si Astrid se trouvait près de moi et surtout si Karhlya avait réussit à fuir. Je sombrais, naviguant entre conscience et inconscience et je ne sus jamais combien de temps je restais là n'ayant aucun contrôle sur mon corps avant que soudain, une nouvelle chose se produise, je glissais, le long de paroi, l'odeur déjà très désagréable devint irrespirable et j'étais nauséeuse je fus bousculer de tout côté et soudain, se fut la chute libre, mon corps telle une poupée de chiffon se fit ballotter afin de chuter lourdement de plusieurs mètre. J'atterris avec un grognement de douleur. Celle-ci irradia mes côtes et j'aurais surement hurler si j'avais pu, mais je me contentais d'ouvrir les yeux, les faisant cligner plusieurs fois et fixant le ciel bleu au dessus de moi. J'étais là allongé dans l'herbe fraiche, respirant l'air pur de nouveau et je ne comprenais pas.

Des sons me parvinrent, la vibration sur le sol m'indiquais que le titan était encore là alors qu'une voix s'élevait en colère, je n'étais définitivement pas seule, mais je n'arrivais pas encore à déterminer qui s'était, je me sentais lourde, je me sentais dans le gaz et la forme des nuages me semblaient tout à coup fortement intrigante, le choc peut être, je n'aurais jamais su le dire. Je n'avais jamais vécu une choses pareil et je me disais que je serais bien restée ici allongée à attendre que le temps passe, à savourer d'être simplement en vie. Malheureusement ou heureusement, il y eut du mouvement à côté de moi, la voix de Ka' me sortit de ma léthargie, elle était paniqué, elle le disais avec des mots qui ne pouvaient prêter à confusion. Je tournais la tête vers elle, grimaçant un peu, j'avais le corps complètement raide et une fois encore je me demandais combien de temps avait bien pu passer depuis qu'il nous avait attrapé. Je respirais profondément, comment était-ce possible, pourquoi étions nous en vie. Je les écoutais, où plutôt tentait de suivre, alors finalement, je me décidais à parler, à ouvrir la bouche et à leur indiquer que j'étais réveillée. On devrait être morte Ma voix me brûlait, mon corps se détendait et soudain, être allongée me devint insupportable, me relever fut difficile, la douleur qui se diffusais dans mes côtes du côté gauche m'annonçaient quelques côtes cassées. Je réussis à m'assoir, le tête me tourna un moment et je préférais ne plus bouger, attendre que le monde arrête de tanguer et qu'il retrouve ces couleurs pour bouger de nouveau. Est ce que vous allez bien ? Pas de bobo? J'ignorais la brûlure, tout comme j'essayais d'ignorer le liquide répugnant et puant qui me recouvrait, je pris le temps de regarder autour de moi, rien, juste de l'herbe et la plaine à perte de vue, nous étions bien vivante toutes les trois, mais pour combien de temps, combien de temps avant qu'un autre titan n'arrive et ne fasse ce que lui avait raté.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 27 Aoû - 22:55
Invité
Mission ; t'as mourru, tavhu.
Astrid & Iliana & Karhlya
Pauvre Astrid que tu secoues sans modération. Tu serais sûrement plus douce et patiente que ça, dans d'autres circonstances, mais là … là on est au sommet du gouffre ! Perspicace tu es, et tu as bien compris ce qui se passait. Vous êtes seules toutes les trois, tu ne sais pas ce qu'il es advenu du Bataillon mais pour toi c'est clair, vu l'air tardive et le soleil déclinant ; ils sont déjà probablement rentrés. Pour eux, vous êtes mortes et pour cause, tu te souviens parfaitement maintenant avoir été placée dans la gueule d'un Titan … sans doute sous les yeux de certains de tes camarades d'ailleurs. Quelle horreur … non seulement certains ont du penser te voir mourir, mais maintenant qu'ils sont rentrés, tu réalises qu'on va l'annoncer à ta famille. A ta sœur adoptive, mais aussi et surtout à ta pauvre mère. Tu soupires lourdement. Voilà que ta gorge se sert rien que d'y penser … tu penses à tous ces gens qui peut-être vont te pleurer. Tu songes à la peine que tu vas leur infliger … pour rien, puisqu'au final tu es là. Entière et bien en vie. Quoi que au point où vous en êtes toutes les trois .. ça pourrait ne pas durer bien longtemps. " Ka... " Non, non, non, c'est rien que le Roi en personne. Tu affiches une moue blasée, tu roules des yeux alors qu'enfin tu te décides à arrêter de la secouer comme un prunier dont tu convoites les fruits. " Keskiya? " Oh non, rien c'est juste l'heure de l'apéro. Qu'est-ce que c'est que ces questions, franchement ? Elle le voit pas, que vous êtes dans la bouse de cheval jusqu'au cou, là ? … bon, ok. Dans son état actuel, il y a de fortes chances pour qu'elle ne le voit pas. La pauvre semble avoir du mal à émerger. Pire, maintenant que tu la regardes bien fixement … tu t’aperçois qu'elle est dans un sale état. Ce sang qui s'échappe de son nez et dans lequel elle trempe se doigts comme pour vérifier que ce dernier est toujours là. Tu grimaces. Ça … ça doit faire mal. Tu recules alors légèrement, tu te laisses tomber en arrière, tu poses tes fesses sur le sol et tu tentes de reprendre ton souffle, frottant un peu tes vêtements couverts … de bave. " Où on est? " Tu hausses les épaules. Où exactement ? Tu ne saurais le dire. Tu n'as jamais réellement appris à te repérer dehors. Tu as toujours suivi les autres. Tu sais que vous êtes dehors, au beau milieu des plaines emplies de Titans, mais tu ne sais pas à quelle distance des murs … ni même dans quelle direction ils sont, les murs. « J'en sais foutrement rien. Dehors … pas chez nous. » Ouep, c'est ça l'information important en somme. " On est... Vivante? " Tu fronces les sourcils et finalement … tu te pinces, puis tu pinces Astrid. « Visiblement oui. » Et franchement, tu en viens à te demander si ou non c'est une bonne nouvelle dans l'état actuel des choses. On devrait être morte Tu détournes vivement la tête en entendant la voix d'Iliana. Vous devriez être mortes, oui. Habituellement, c'est ce qui arrive lorsqu'on se fait dévorer par un Titan en mission … on meurt. Tu détournes à nouveau les yeux, tu reposes le regard sur l'horizon dans la direction où il a disparu … ce fameux Titan si étrange. Est ce que vous allez bien ? Pas de bobo? Oh toi, étrangement tu vas bien. Ton corps est douloureux c'est vrai, la pression qu'il a exercer sur ton corps laisse ses traces … mais tu n'as rien de cassé. Même pas une côte ou deux, à croire que tu es devenue plus résistante à force de prendre des coups. Tu hausses alors les épaules. « Moi ça va. Mais tu devrais prendre le temps de regarder Astrid ... »

Ton regard continue de se perdre dans le lointain. En réalité, déjà tu cherches un moyen de rentrer, d'échapper à tout ça. Oui, tu t'étais résigner à la mort en voyant que tout espoir était perdu, oui tu avais cru vivre tes dernières minutes et tes pensées avaient fait d'elles même leurs adieux à ceux que tu aimais plus que tout … mais maintenant que tu te rendais compte que tu étais finalement en vie, tu étais de nouveau habitée par ton habituelle rage de vaincre, ton envie de vivre, de survivre pour faire de tes rêves des réalités. Tu te redresses alors pendant qu'Iliana s'approche tant bien que mal … tu fais craquer tes os, tu tentes de remettre ton corps en place tout en réfléchissant. Il te reste encore un peu de gaz. Juste un peu. Pas grand chose. Ton équipement, à l'air en état, à première vu bien que quelques sangles aient réussies à céder. Le tout est passable, en réalité … et puis, ton nombre de lame en état est inquiétant. « Va pas falloir s'amuser à se battre … on peut pas rester là. Si un Titan passe à pieds on est morte … encore. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Aoû - 21:33
I'm alive.
Karhlya, Iliana & Astrid
Say it with me. I'm alive I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face, to your lullaby, got your all come down 'Cause your living alive my friend. I'm alive I'm alive ▬ SHINEDOWN

La lumière... Tu la contemples, toujours agenouillée sur l'herbe. Tu es dans un état second. Choquée? Oui. Sans doute. Tu n'as rien compris à ta vie là. Il y a cinq minutes tu étais encore dans la bouche d'un Titan, prête à être dévorée, digérée... Et voilà que tu te retrouves dehors. Tu ne bouges pas. Trop abasourdie. Karhlya est déjà levée, elle semble même prête à en découdre avec le Titan. Mais toi... Toi tu finis par fermer les yeux. Tu fermes les paupières et écoutes les sons autour de toi. Tu essayes de te concentrer sur le chant des oiseaux, le bruit du vent... Tu inspires fortement. Bon. Tu pues toujours en peu la bave de Titan, mais cette odeur d'herbe... Cette odeur d'herbe fraîche, de fleurs, de... De liberté. Tu es vivante oui. Tu le sens. Le vent dans tes cheveux, qui refroidit ton corps baigné de sueur. L'herbe qui ondule sous ta main, qui se tend pour la toucher, pour arracher quelques brins et les presser... Tu n'en reviens pas. Qu'est-ce qu'il s'est passé? La jeune femme répond à ta question, se laissant retomber sur le sol. Pas chez nous... C'est dur à avaler. Mais c'était prévisible. Mais pourquoi ce montre vous a t'il recraché? Karhlya se pince, te pince. Oui. Vous êtes vivantes. Tu l'a sentis ce petit pincement désagréable. C'est... Etrange. Très étrange.

" On devrait être morte " Cette voix te tire de tes pensées, et tu te trémousse pour regarder derrière toi. Illiana... Alors elle aussi avait été attrapée par ce monstre. " Ili... " Commences-tu as dire. Tu as bien envie de lui dire que tu es soulagée de la voir là, vivante. Et puis, en plus elle est médecin, elle va pouvoir t'aider. Mais les mots te manquent. Tu es trop faible. Ta tête te tourne. Ton épaule te fait un mal fou, tu espères qu'elle va pouvoir te la remettre en place. Tu sais que rien n'est cassé. Ton bras est juste... Déboitée. Pauvre petite poupée. Le Titan a cassé son jouet... " Jouet... Il s'amuse... " Dis tu en dodelinant de la tête. Ça tourne c'est affreux... Et ce soleil qui tape, qui te fait mal aux yeux. Tu as envie de t'allonger, de ne plus bouger.... C'est ce que tu fais. Tu te laisses retomber mollement sur l'herbe, sur le dos. Mais pas pour très longtemps. Ton nez pisse toujours le sang, et celui ci afflue dans ta bouche, ta gorge, menaçant de t'étouffer. Tu te redresses en crachant le liquide rouge. Tu es bien pitoyable comme soldat...

" Est ce que vous allez bien ? Pas de bobo? " Tu tournes un regard vitreux vers la jeune femme. " Chais pas. A ton avis? " Ça se voit pas là? Que t'es à moitié dans les vapeurs et que tu menaces de t'évanouir? Tu la regardes pendant quelques secondes, tes yeux noirs planté dans les siens, puis finis par faire un vague geste de la main. " Scuze. J'voulais bas être mézante " T'arrives plus à parler correctement. Tu respire difficilement. C'est que ça fait un mal de chien un nez cassé ! Tu le tapotes doucement. Ça se remet en place ce machin? Tu essayes de le tordre, d'un côté, puis de l'autre, avant de renoncer face à la douleur. Tu ne sais même pas à quoi tu dois ressembler. Vaut mieux d'ailleurs. Tu dois faire peur à voir, couverte de bave et de sang...  " Moi ça va. Mais tu devrais prendre le temps de regarder Astrid ... " Tu reposes ton regard sur Karlhya. Ouais. Il y en a qui ont de la chance. Elle a pas l'air d'être trop amochée. En fait à bien regardé, c'est toi qui a pris le plus cher. Bon en même temps tu as été la première à être bouffée aussi. Ça joue peut-être... Tu fais un signe de tête au médecin. " Ouais. J'ai bezoin d'un coup d'bain. " Tu montres du doigts ton épaule déboitée et ton pif en sang. " Si tu pouvais au boins rebettre le bras en place... " Puis tu touches ton nez. " Le dez j'aiberai bien auzi, mais z'est bas la priorité. " Té. T'as l'impression d'être un gosse de quatre ans qui essaye désespérément de se faire comprendre. En réalité si tu ne veux pas qu'elle touche à ton nez c'est juste parce que tu as l'impression que tu vas défaillir. " Fin zi t'as le temps... " Ouais bon t'as pas envie d'être défigurée non plus. Mais c'est pas ta gueule qui va faire tomber un Titan sous ton charme. Quoi que... C'est à tester. Pt'être qu'il y en a un qui vous servira de monture qui sait...

" Va pas falloir s'amuser à se battre … on peut pas rester là. Si un Titan passe à pieds on est morte … encore. " Té. Elle est comique celle là. Tu roules des yeux. Même toi tu l'aurais pas faite. " T'fazon zuis pas en état de be battre... " Du moins pour l'instant. Lorsque ton épaule sera remise là tu pourras peut-être envisager cette perspective. " On va où? Za zerait bien de rejoindre une forêt... " Tu regardes le soleil décliner au loin, et ton coeur se serre. Que va dire Kelsier à Elke? Il n'aura rien à lui rapporter... Et en plus tu n'es même pas morte... Du moins pour l'instant. Cela ne saurait tarder par contre si vous ne dégagez pas. " Au moins pour zette nuit... " Iliana s'agenouille près de toi, et tu commences à te laisser faire docilement. Ouh tu sens que tu vas bien douiller toi...


© Gasmask
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 13 Sep - 11:09
Invité
La Vie Est Un Jeu
La vie et la mort sont soumises à la destinée. Karhlya & Astrid & Iliana
Bon ma question devait être stupide vu la réaction d'Astrid, il faut dire elle semble souffrir, elle semble être réellement mal et le visage en sang ne laisse rien présager de bon. On s'affronter du regard un instant, puis elle s'excuse, je secoue la tête un instant. Elle n'a pas à s'excuser, elle est mal et ma question peut sembler stupide une fois qu'on l'a regardé, on voit bien qu'elle a "un petit bobo". Karhlya le confirme, il faut s'occuper d'Astrid en priorité, je respire profondément et la douleur dans mes côtés me fait grimacer. J'arrive, laisse moi le temps de me relever. J'ai l'impression que mon corps refuse d'aller à une vitesse normale, j'ai l'impression que je fais tout au ralentit alors que l'urgence se fait sentir, pendant que je réussis à me mettre debout ce qui me semble me prendre une éternité, Astrid me décris ces problèmes au moment où je me retrouve debout, tanguant sur mes jambes, l'impression de vertiges est là, je me demande un instant si je ne me suis pas cognée la tête, mais finalement le paysage finis par s'immobiliser. Je vais pouvoir réparer tout ça ne t'inquiète pas. Est-ce qu'ils vous reste de l'eau ? Il faut que l'on s'hydrate et surtout que l'on enleve le suc du titan de sur nous, je ne sais pas les conséquences à long terme. Bon j'avais du mal à m'exprimer clairement, mais l'idée est là, son estomac était remplit de suc destiné à nous digérer, enfin logiquement, nous en avons surement avalé, nous avons baigné dedans et cela pouvait expliquer en partie le faite que l'on soit grogy comme ça.

J'avance vers Astrid, elle n'est pas très loin de moi, mais j'ai l'impression de mettre un temps fou à la rejoindre, à m'agenouiller près d'elle. Karhlya et elle discutent de l'idée de partir d'ici, de trouver une forêt où s'abriter. Avant il faut déterminer où nous nous trouvons. On ne peut pas juste partir dans une direction et prendre le risque de nous éloigner plus encore du mur. Je m'agenouillais à côté d'Astrid, laissant échapper un petit gémissement de douleur, j'avais plusieurs côte de cassées, marcher allait être difficile, mais comme l'avait si bien souligné Karhlya, si nous ne voulions pas mourir de nouveau, il allait falloir se bouger. Je tendis alors un linge à Astrid, le posait sur son nez en douceur pour qu'elle puisse éponger le sang pendant que j'allais m'occuper de son bras. Je soulevais le tissus qui recouvrait son épaule et observais, effleurais pour déterminé comment j'allais m'y prendre. Je savais que je devais lui faire mal malgré tout mes efforts pour la manipuler avec douceur. Karhlya, vient m'aider, je vais remboiter son épaule. Tu vas la maintenir contre toi, elle ne doit pas bouger, moi je vais tirer pour le remettre. Astrid tu vas avoir mal, mais essais de rester le plus immobile possible d'accord. Je respirais profondément, j'avais l'air sur de moi, pourtant, ce geste là, je ne l'avais jamais fais seule, j'avais toujours eut quelqu'un pour me guider et j'avais peur de me planter et au lieu d'arranger les choses, de les empirer. Pourtant, c'est le plus calmement possible que je pris son bras qui reposait inerte à côté d'elle. Je levais les yeux pour m'assurer que Karhlya avait bien saisit la jeune femme. Je respirais profondément, soudain, sans prévenir je levais le bras, tirais dessus pour qu'il se remette dans l'axe de son épaule. Le geste fut rapide et un "crac" soudain sembla se répercuter dans toute la prairie. Je soupirais de soulagement, ramenait le bras d'Astrid contre elle et lui posait une écharpe. Tu vas devoir éviter au maximum de bouger ton bras Je soupirais de soulagement, j'avais réussit, maintenant il fallait que je m'occupe de son nez.

Je me redressais pour lui faire face, posant un instant ma main sur mes côtes douloureuses. Laisse moi voir ton nez Je repoussais le linge qui était maintenant rouge sang, j'étais inquiète pour son nez, elle perdait beaucoup de sang et il fallait absolument que je l'arrête avant que l'on puisse partir. Je posais mes doigts dessus et soupirait, il était cassé, la cloison avait déviée et cela allait saigner un long moment encore si je ne le remettait pas en place. Ok, je vais devoir te faire mal encore une fois, mais ça va vite te soulager d'accord, ton nez est cassé, je dois le remettre bien sinon ça va continuer de saigner. Je respirais profondément posais une mains sur sa nuque pour l'empêcher de bouger et une nouvelle fois je fis un petit mouvement de doigts et je sentis les os se remettre en place avec un petit craquement. Le saignement sembla plus abondant sur l'instant avant de lentement se tarir. Voilà qui est mieux. Tu vas avoir de sacré bleu, mais ça va aller. Je fouillais alors dans mon sac et en sortit un piqure. Ce produit va calmer la douleur, ça va agir pendant quelques heures, il faudra me dire quand ça deviendra vraiment insuportable que je t'en redonne un peu. Je piquais alors je me montrais un peu plus brusque et rapide que d'habitude, mais les paroles de Karhlya me revenait en tête sans cesse nous étions en danger ici, à découvert et il fallait faire au plus vite pour se mettre à l'abri.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 22 Sep - 3:22
Invité
Mission ; t'as mourru, tavhu.
Astrid & Iliana & Karhlya
Toi tu ne bouges pas. A vrai dire, tu ne sais même pas par où commencer. Tu observes le lointain, tu tentes de trouver un repère, un seul. Un arbre dont la forme te rappel quelque chose, un endroit, un petit bout de paysage, un bâtiment, un buisson … mais pour le moment, tu ne vois rien qui t'inspire réellement et tu finis par laisser échapper un lourd soupire de lassitude avant de te tourner à nouveau vers les deux femmes. Une grimace se dessine sur ton visage lorsque tu regardes à nouveau Astrid ; la pauvre. Elle a vraiment pas de bol. En réalité, il semble que tu sois celle qui ait pris le moins cher, pour une fois. Tu vas bien, quelques douleurs certes, mais rien de plus. Ton corps est en état d'en découdre, même si ton matériel lui semble lui dire d'aller au diable. « T'fazon zuis pas en état de be battre... » Mouais, ça tu aurais pu le deviner toute seule, suffit de la regarder, elle parvient à peine à se traîner et on ne parlera pas de sa façon de parler aussi hilarante que triste. « On va où? Za zerait bien de rejoindre une forêt... » Une forêt, ouais, l'idée te semble bonne et pourtant tu hausses les épaules. T'es pas trop sûre de toi et puis … depuis quand c'est à toi de prendre des décisions ? T'es pas taillée pour ça, non, toi tu t'es toujours contenter de suivre les ordres et d'obéir à Bailey au doigt et à l’œil. Mouton. Brave soldat, quoi. Elle te pose la question à toi, pourtant … et subitement, tu te demandes. Est-ce que c'est la bonne décision ? Tu ne sais pas déjà pas où se trouve ce fichu mur, c'est pas pour trouver l'ombre d'une quelconque forêt. « Au moins pour zette nuit... » Certes … la nuit. Tu en frisonnes d'avance. Passer une nuit dehors, au milieu des Titans, c'est une idée qui t'effraie et pourtant, tu regardes la vérité en face. Si un jour vous parvenez à rentrer, vous n'avez actuellement pas la possibilité de faire ça en un temps record. « J'en sais rien … je sais même pas où elle est, la forêt. On va juste être obligées de prendre une direction au pif et espérer tomber sur un truc intéressant. » Pile ou face quoi. Le jeu de la chance, du pur hasard. Bwarf … après tout.

Tu soupires maintenant de nouveau et ton regard se pose sur Iliana qui traîne sa carcasse jusqu'à celle d'Astrid. Dans votre malheur, vous avez de la chance … le médecin à été dévorée avec. Plutôt une bonne nouvelle. « Je vais pouvoir réparer tout ça ne t'inquiète pas. Est-ce qu'ils vous reste de l'eau ? Il faut que l'on s'hydrate et surtout que l'on enleve le suc du titan de sur nous, je ne sais pas les conséquences à long terme. » De l'eau … non, pour ta part tu n'as rien sur toi. Tout ce que tu avais comme vivres étaient restés dans une sacoche accroché à ton cheval. « J'ai absolument rien … avec un peu de chance, on trouvera une rivière. Un truc comme ça. » C'est que ça commence à faire beaucoup de trucs qui dépendent de la chance là, tu t'en rends compte et à vrai dire, te voilà perplexe face à la situation. « Avant il faut déterminer où nous nous trouvons. On ne peut pas juste partir dans une direction et prendre le risque de nous éloigner plus encore du mur. »  Ouais ça tu le sais … mais elle est maligne celle là, comment elle veut faire ça ? Il est bien là le problème ; vous n'avez aucun moyen de vous y repérer. Ou si. Peut-être la nuit, mais toi tu n'es pas tellement chaude à l'idée de patienter là, tranquillement à attendre que la nuit tombe pour mater les étoiles. Tu hausses alors encore une fois les épaules alors qu'Ili examine Astrid … sa voix finit par te parvenir à nouveau. « Karhlya, vient m'aider, je vais remboiter son épaule. Tu vas la maintenir contre toi, elle ne doit pas bouger, moi je vais tirer pour le remettre. Astrid tu vas avoir mal, mais essais de rester le plus immobile possible d'accord. » Nouvelle grimace. C'est fou, hin, ce que t'es répétitive aujourd'hui... ? Tu t'exécutes rapidement. Tu viens te placer derrière Astrid pour la maintenir au mieux et éviter qu'elle ne bouge. « Désolée ma jolie, je vais être complice de cette torture. » Un crac sonore ne tarde pas à se faire entendre, suivi d'un cri. On va pas se le cacher, t'as mal pour elle et tu la lâches bien vite pour te redresser. Tu les laisses, tu t'éloignes un peu alors que les soins semblent continuer. Tu fixes toujours la prairie...avant de te décider à siffler. Bon, ok. Comme ça, quand on sait pas tu as l'air d'une imbécile, mais qui ne tente rien, n'a rien. Tu sais que les chevaux du Bataillon sont dressés à revenir au sifflet … et tu te dis que dans la cohue, au milieu de la bataille, certains ont peut être été perdus, laissés à l'arrière. Tu l'espères du moins, alors tu siffles encore et encore tout en te baladant alentours...et puis, au bout de quelques minutes, tu aperçois cette forme au loin. Tu plisses les yeux et place ta main au dessus pour y voir plus clair … un Titan ? Non, trop petit. Un cheval ! Et pas n'importe lequel non, tu reconnais cette crinière et cette robe blanche entre mille. C'est Mousse. C'est ton cheval qui derrière lui, attaché par une sangle de cuir en traîne un second. Tu continues alors de siffler, avant de te mettre à crier ! « MOUSSE ! ICI ! » Et tu te mets à sautiller sur place. « J'ai des chevaux, vous avez vu ! DES CHEVAUX ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Sep - 23:41
I'm alive.
Karhlya, Iliana & Astrid
Say it with me. I'm alive I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face, to your lullaby, got your all come down 'Cause your living alive my friend. I'm alive I'm alive ▬ SHINEDOWN

Tu planes. Oulala que c’est dur. C’est une véritable torture. Tu pensais avoir déjà subit lors de la chute du mur de Karanes pourtant. Là aussi un Titan avait cru bon de vouloir te prendre pour son goûter. Tu te souviens encore de tout ça, de ces détails. L’haleine putride, tes os craquants sous la pression… Et tout ça recommence. Il faut croire que ces monstres te trouvent à leur goût…Mais Kelsier avait été là pour te sauver la mise. Il t’avait aidé ce jour… Il t’avait délivrée de l’emprise de ce Titan. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui il n’avait pu qu’assister à ta mort. Il n’avait rien pu faire pour te sauver… Et tu avais lu dans ses yeux, tu avais vu la panique qui s’était emparée de lui, bien qu’il avait essayé de la cacher aux autres membres de son escouade. Et finalement, lorsque tu avais vu son visage, tu t’étais senti si mal… Si idiote, si nulle… Tu ne l’avais pas écouté lors de la chute du mur, et le peu de temps que tu avais passé avec lui, tu lui en avais fait voir de toutes les couleurs… Le pauvre… Tu ne sais pas quels sentiments il avait réellement à ton égard. Si tu le faisais chier, s’il t’appréciait… Tu te surprend à te demander s’il pleurs en ce moment même sur ton sort… Non. Ce n’est pas son style… Enfin. Pour le peu que tu connaisses de lui…

« J’arrive, laisse moi le temps de me relever. » Tu hoches la tête lentement. « Prends ton temps zurtout. Zi un autre Titan arrive … » Tu ne finis pas ta phrase et fais un vague mouvement de la main. Elles ont sans doute compris ce que tu voulais dire par là… Karhlya finit par dire qu’elle ne sait même pas où vous vous trouvez. En même temps ce titan peut vous avoir trimballer pendant des heures. Vous pouvez être n’importe où. « On va juste être obligées de prendre une direction au pif et espérer tomber sur un truc intéressant… » T’es pas vraiment d’accord avec ça, mais un flot de sang entre dans ta bouche au moment où tu l’ouvres, et tu finis par cracher tes poumons. « Je vais pouvoir réparer tout ça ne t’inquiète pas. Est-ce qu’ils vous reste de l’eau ? Il faut que l’on s’hydrate et surtout que l’on enlève le suc du titan de nous, je ne sais pas les conséquences à long terme. » Qu’est-ce qu’elle babille là ?  T’as rien compris elle a parlé trop vite pour que ton cerveau digère l’information. T’es complètement à la ramasse il faut que tu te ressaisisses ma vieille là. Sinon t’iras pas bien loin. « Z’ai pas d’eau…. » Tu articules tant bien que mal. Nan t’as pas d’eau, pourtant dieu sait que t’en rêve. Et Karhlya non plus n’en a pas. Forcément. « J’ai absolument rien… Avec un peu de chance, on trouvera une rivière. Un truc comme ça. » Une rivière… Ouais. T’as envie de prendre un bon bain. « Zouette je bourrais be laver comme za. » Mais finalement. Tu sais pas si tu vas la trouver cette putain de rivière. T’as la bouche pâteuse, remplit de l’odeur horrible du Titan et de sang. Ça te donne même envie de vomir, mais tu réussis à te contenir. Iliana finit par s’agenouiller devant toi, te tendant un morceau de linge que tu appuies sur ton nez. Enfin appuyer, c’est un bien grand mot, disons que tu fais pression tout doucement pour essayer de stopper le flot de sang qui en jaillit. Tu grognes. Ça fait un mal de chien. « Avant il faut déterminer où nous nous trouvons. On ne peut pas juste partir dans une direction et prendre le risque de nous éloigner encore plus du mur. » Tu grognes pour exprimer ton consentement. Puis tu finis par ôter le linge de ton nez. « Le zoleil est en train de ze couger. Za nous donne une bonne idée de où nous zommes. » Tu as souvent admirer le coucher de soleil lorsque tu faisais tes rondes en haut du mur en tant que soldat dans la garnison. « Le mur est quelque bart bar là… » Dit-tu en désignant vaguement l’est. Cela t’arrache une grimace de douleur, voilà que le médecin se met à examiner ton épaule. Et même si elle essaye d’être douce, tu la sens passer. « Karhlya viens m’aider, je vais remboiter son épaule. Tu vas la maintenir contre toi, elle ne doit pas bouger, moi je vais tirer pour le remettre. Astrid tu vas avoir mal, mais essai de rester le plus immobile possible d’accord ? » Tu lui lances un regard noir. « Z’ai déjà mal. Za beut bas être bire… » Karhlya se poste derrière toi, s’excusant. Tu grognes. « Faut bien.. » Iliana commence à se préparer et tu la regardes faire, haletante. Tu te prépares mentalement. Elle te saisit le bras… Et finis par tirer d’un coup sec. Tu ne peux retenir un cri de douleur. Des étoiles dansent devant tes yeux et tu dodelines de la tête, glissant dans un nuage de coton.

Tu ouvres les yeux quelques secondes plus tard. Voilà que tu as le bras en écharpe. Tiens donc, elle a fait ça quand ?  « Tu vas devoir éviter au maximum de bouger ton bras. » Tu soupires lourdement. « Za va pas être pozible dans notre zituation za… » Mais tu gardes l’écharpe autour de ton bras, pour le moment. Si à un moment tu dois te battre, tu le feras. Tu ne veux pas être un poids. Tu affronteras la douleur. Iliana se redresse et regarde maintenant ton visage. « Laisse moi voir ton nez. » Tu as presque envie de lui dire non. Mais tu te laisses faire docilement. Ellle commence à t’expliquer à tas de trucs mais tu n’écoutes pas. Tu es totalement crispée. Tu as peur de t’évanouir à nouveau. « Z’avais cru voir qu’il était cazé oui… » Diantre. C’est que ça te fou en rogne d’être dans cette état. Elle s’approche, pose une main dans ton cou et ni une ni deux, te remet la cloison en place. Si le craquement est ignoble, la douleur elle, explose. Tu cris à nouveau tandis que ton nez se remet à saigner abondement. « Tu vas avoir de sacré bleu, mais ça va aller. » Ouais. T’en as rien a foutre des bleus. Là tout ce que tu sais c’est que tu es toute rouge, couverte de sang et prête à vomir tes tripes. Elle fouille dans son sac et sors une aiguille. Encore sous le coup de la douleur, tu comprends la moitié de ce qu’elle te dit. « Nan me pique pas… » Trop tard. Le liquide se propage lentement dans tes veines, et tu sens la douleur diminuer. « Merci… » Ça y est, tu peux enfin parler correctement. « Mais je préfère sentir la douleur. Je me sens plus… Vivante… » Té. Elle va te prendre pour une véritable maso. « Et puis je veux pas être droguée. Je veux être en état de me battre. » Ouais. Enfin tu sais que t’as l’air d’une loque mais si jamais tu as encore à faire face à un Titan tu lui foutras ton épée dans le palais.

Un sifflement. Long. Strident. C’est Karhlya. Mais qu’est-ce qu’elle fou ? Tes pensées sont encore confuses, bien que tu commences un peu à émerger. Tu te redresses doucement. Lentement tu te remets sur pieds avec l’aide de la médecin. Tu plisses les yeux, apercevant des formes au loin. « Mais, ce sont des… » La jeune femme ne te laisse pas finir ta phrase. « MOUSSE ! ICI ! J’ai des chevaux, vous avez vu ! DES CHEVAUX ! » Et elle se met à sauter sur place. Tu l’aurais bien suivi si tu n’avais pas eu aussi mal partout. « Génial ! Bien jouer Ka ! Au moins on aura pas à marcher… J’en avais plein les bottes rien qu’en y pensant. » Voilà que tu reprends peu à peu tes esprits. C‘est bien. Tu boitilles jusqu’à la soldate. Accueillant l’arrivée des chevaux avec grand joie. « Salut mon beau… » Tu souris. Tu dois faire peur à voir avec ton masque de sang sur le visage. Mais tu ne peux rien y faire. En plus de ça un gros hématome violacé commence à prendre place sur ton nez et sur tes pommettes. Mais tu ne te sens pas capable de monter seule. « Quelqu’un peut m’aider à monter ? » On te hisse tant bien que mal sur le cheval. Ça te tourne mais tu te reprends. « Alors. On va faire l’est ? »



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 7 Oct - 10:10
Invité
La Vie Est Un Jeu
La vie et la mort sont soumises à la destinée. Karhlya & Astrid & Iliana
Je me concentre totalement sur ma tache, soigner Astrid le plus rapidement possible, cette fois je ne suis pas aussi douce qu'à l'accoutumer, mais j'ai peur. Je n'ai pas honte de l'avouer, même si je ne le montre pas, je suis terrorisée et je voudrais être derrière la sécurité toute relative des murs, voilà qui est risible pour une membre de l'exploration. J'ignore ces petites remarques acerbe, après tout, elle souffre et je me dis, enfin j'espère qu'elle à peur elle aussi, je n'ai pas envie d'être la seule froussarde du coin. Je lui remet le nez en place et je la vois blanchir un peu plus, sous l'amas de sang, elle en ai presque transparente. Alors que le saignement qui a repris de plus belle sur le moment est en train de s'arrêter je fouille une dernière fois dans ma sacoche, elle souffre déjà et la douleur va devenir plus intense encore, il faut que j'atténue la douleur pour qu'elle puisse être au top pour ce qui va suivre. Elle ne semble pas être d'accord et autant habituellement je prendrais le temps de lui expliquer calmement, autant là je n'ai pas le temps, je lui injecte le produit rapidement. Je m'attends à ce qu'elle m'engueule, mais finalement, elle me remercie, son visage est déjà plus détendue et je souris. Ne t'inquiète pas, je ne t'ai pas donner une forte dose, tu auras mal, mais se sera supportable. Je t'en redonnerais dans quelques heures, car on va avoir besoin que tu sois totalement avec nous et crois moi, la douleur que tu aurais ressentit, t'aurais donner envie de rejoindre le premier titan venu pour la faire cesser. Je ris carrément quand elle me parle de ne pas être une droguée, je ne me moque pas d'elle, mais cette réaction beaucoup l'on quand on est en dehors des murs, je les comprends, mais là c'est nerveux. Crois moi, tu resteras parfaitement lucide même avec ce que je t'ai donné. Je nettoie mes affaires enfin je les range rapidement quand j'entends un sifflement qui me fait lever les yeux, Karhlya est en haut de la colline, elle fixe l'horizon et siffle comme on le fait pour appeler un chien ou ... un cheval. Soudain, deux montures apparaissent et j'ai envie d'hurler de joie alors que notre chance semble enfin tourner en notre faveur. Nous n'aurons pas à marcher, nous irons plus vite pour parcours la distance qui nous sépare de la ville. Alors que Karhlya aide Astrid à monter sur un cheval, je fouille dans mon sac et en sort une ration, j'en ai toujours quelques une sur moi en plus, et là je suis contente de faire ces réserves. Se n'est pas énorme, juste une tranche de pain et de fromage pourtant, je les coupe en trois, Astrid est déjà prête à partir, mais on dois se remplir l'estomac ça ne nous fera pas de mal.

Je tends  à chacune un petit bout de pain et de fromage. Manger, ça nous aidera à nous remettre de ce qui s'est passé, ensuite on pourra partir. Je ne pensais pas avoir réellement faim avant de croquer dans le pain, certes un peu rassit, mais délicieux, et finalement ce maigre repas disparais en un rien de temps. Je monterais derrière Astrid Les selles ne sont pas forcément faite pour nous accueillir toutes les deux, mais nous avons deux chevaux et nous sommes trois et puis Karhlya est en meilleure forme que nous, donc il faut mieux qu'elle mène. Je caresse lentement la crinière de la bête en regardant autour de nous, où peut se trouver l'ouest, je regrette de ne pas réussir à le deviner, à trouver là un indice qui nous permettrais d'être rentrée avant la nuit. Mais soudain alors que mes doigts plonge dans le crin du cheval une idée surement bête me vient à l'esprit et je ne peux m'empêcher de la partager. Les filles ? Vous pensez que les chevaux connaissent le chemin pour rentrer. Après tous ils étaient venus jusqu'ici, ils avaient plus d'instinct que nous et peut être pourrait-ils sans nous ramener à la maison, au moins nous mettre sur le bon chemin, s'était risqué mais peut être que cela en valait le coup.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 11 Oct - 11:40
Invité
Mission ; t'as mourru, tavhu.
Astrid & Iliana & Karhlya
Tu ne prêtes plus attention aux filles pendant un bon moment … le fait est que tu totalement absorbée par ta tâche, peut-être vaine finalement. C'est un maigre espoir qui t'anime, celui d'attirer un cheval perdu, oublié, laissé à l'arrière … un cheval, un seul. Ce serait un grand luxe même si tu sais que cette pauvre bête ne sera pas capable de porter trois femmes sans finir par se briser l'échine. Alors non, pas étonnant que tu te mettes finalement à sautiller comme une enfant lorsque tu vois l'éclat de la crinière blanche de ta propre monture dans le lointain, en traînant un autre derrière lui. Coup de chance … ? Peux-tu encore mettre quelque chose sur le compte de la chance aujourd'hui ? Tu aurais presque le sentiment de trop lui en demander à celle-là. Tu continues alors de souffler, avant de t'élancer pour attraper les reines de ton cheval. Il se cabre et tu tentes pendant quelques minutes de l'apaiser … il a eu peur, sûrement autant que toi. Ce Titan immense, c'est ce qui a fait que pour la première fois de sa vie, ton fidèle ami t'abandonne au sol comme une loque promise à la mort. Si tu lui en veux ? Non. C'est l'instinct de survie … un truc que tu dois pas avoir, toi qui passe ton temps à te mettre en danger. Qui ne supporte pas de fuir. Foutue fierté, elle t'en fera faire des trucs stupides. Ta main vient lentement caresser l'animal, tu poses ta joue contre la sienne, tu murmures quelques paroles apaisantes alors que tu sens que derrière toi, Astrid et Iliana s'approchent pour te rejoindre. Tu lâches alors Mousse le gratifiant d'une dernière caresse avant de t'approcher d'Astrid. « Aller. Je vais t'aider. » Du mieux que tu le peux, tu aides la jeune femme à se hisser sur sa monture et lorsqu'enfin elle se retrouver assise plus ou moins droite sur le dos de l'animal, tu lui fiches les rênes dans les mains. Lorsque tu te tournes pour reposer les yeux sur Iliana cette dernière te tends un morceau de pain, avant d'en offrir un à Astrid. « Manger, ça nous aidera à nous remettre de ce qui s'est passé, ensuite on pourra partir. » Tes yeux se posent sur la nourriture, et aussitôt ton ventre hurle. Tu as faim, et tu ne tardes pas à dévorer ce qui vient de t'être offert. « Je monterais derrière Astrid » Voilà une idée qui te conviens parfaitement … oh pas que tu sois égoïste non, mais tu es connue pour ta vitesse de mouvement, pour tes gestes rapides, précis, agiles et tu sais qu'avoir quelqu'un derrière toi pourrais te freiner. Or, ce n'est pas le moment. Tu es probablement la seule ici capable d'agir et de se battre comme à l'habituel, ou presque. Tu as de l'importance. Alors tu hoches la tête avant de te hisser lestement sur Mousse. « Les filles ? Vous pensez que les chevaux connaissent le chemin pour rentrer. » Tu fronces les sourcils. Ton regard passe sur Astrid, puis sur les deux animaux. Ils sont encore effrayés. Un peu perdus … pourtant, l'idée n'est pas mauvaise. Fatiguée, il t'est souvent arrivé de laisser Mousse te ramener seul, sans que tu es forcément besoin de le guider. Au fond, tu te dis qu'il sait où est la maison. Tu hausses les épaules. De toute façon, c'est ça ou prendre une direction au pif … pas certain que ce soit l'idée du siècle. « Je suppose qu'on peut s'y fier … de toute façon, ça ou se lancer n'importe où ... » Ouais. Mieux que rien quoi. Tu parles d'un plan. Se fier à des chevaux. « En selle. On va tenter, même si quoi qu'il arrive, on passera quand même une nuit dehors. Espérons trouver un endroit ou s'abriter quand le soleil déclinera. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Tous les personnages de la saison 3
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» Tous à Matha, de Jean-Claude Denis
» Festival TOUS EN BD à Clermont - Saint-Beauzire les 15 et 16 mai 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés
-
Sauter vers: