AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MISSION SPÉCIALE • Time to die.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Ethan Wideed
« military police »
+ MESSAGES : 51
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Oct - 14:27

Be brave
Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.
Mais qu’est-ce que tu fais là ? Cette question te taraude l’esprit, s’amusant avec toi. Elle va et vient, te filant la migraine. Mais oui, que fais-tu dont là ? Tu as suivi James oui. Mais pourquoi diable ? Pourquoi diable veux-tu à tout prix montrer que tu n’es pas un lâche ? A quoi cela sert-il de toute manière ? Tu n’as rien à démontrer aux autres. Les autres tu t’en branles. Tu te moques éperdument de ce qu’ils pensent de toi… Non. Ne serais-tu pas en train de te mentir ? Cela ne te dérange pas que tous te prennent pour un connard, un salop, un putain d’enfoiré des Spéciales. Un petit merdeux, un égoïste de première, un bâtard qui s’amuse des femmes. Parce que tout ça, tu sais que c’est vrai. Mais… Tu n’es pas un lâche. Oh non. Ça c’est ce que tu as aimé faire croire à ton père, ça c’est un jeu que tu fais, c’est un personnage que tu t’es créer. Tu n’es pas un poltron qui se cache derrière les hauts murs de la Capitale parce que tu as la trouille face aux Titans. Tu es allé là parce que tu veux profiter de la vie. C’est tout. Mais lorsque James t’a ramené devant les autres, au beau milieu de ce hall, tu ne pouvais pas faire marcher arrière. Tu ne pouvais pas tourner les talons et partir le dos droit. Tu en aurais été incapable. Dylan même t’avait faite une réflexion. Et tu y avais répondu. Oui tu irais. Oui, maintenant tu es sur le dos de ce stupide canasson, prêt à en découvre avec un satané Titan de merde. Prêt à faire, finalement, ce que ton père aurait aimé que tu fasses. Té. Une grimace te tort le visage. Finalement, tu ne saurais dire dans quel état tu es. Fâché oui, énervé contre toi même pour avoir cédé, contre James pour t’avoir fait bouger le cul, contre Saly qui ne pige pas ton point de vue, et contre tous les autres, cette bande d’incompétents qui ne fait que hurler et pleurer sur leurs morts.

Saly regarde autour d’elle, et tu les vois, ces étoiles dans ces yeux. Tu piges pas ça. Ce qu’il y a autour de vous, y’a rien d’étonnant. C’est vert, c’est grand. C’est juste une succession d’arbres et de vallées. Une étendue de verts prés. Y’a les mêmes à l’intérieur quoi. La même herbe, la même odeur. Ah nan c’est vrai elle a raison, il y a une petite chose qui diffère. Enfin. Petite, petite, tout dépend du point de vue. C’est même un énorme problème. Ici, il y a des Titans. « Ils sont peut-être identiques, mais le jour où nous pourrons gagner face aux Titans, ces murs ne seront plus là pour nous entraver. Nous pourrons vivre partout. » Tu tournes de nouveau ton visage vers elle. Tsé. N’importe quoi. C’est une femme avec une âme de gamine celle là encore. Comme si vous pouviez un jour battre une énormité pareille. « Ça fait plus de 100 ans que ce mur à été construit Saly. Et nous sommes toujours enfermé dedans. Nous n’avons rien trouvé sur les Titans, ou si peu. Tu crois très sérieusement qu’un jour on sortira de là ? » Tu secoues la tête, dépité, avant de sortir une cigarette de ta poche. T’as besoin de fumer là, t’as les nerfs en pelote à cause de tout ce bordel. Boarf. Au moins on peut dire que ça te change de tes petites journées habituelles. Ça met un peu de piment dans ta vie cette sortie. « Admettons. Qu’un jour on réussisse à gagner contre ces monstres. Ça peut encore prendre des années, des siècles. Tu veux que je te dise ? On ne sera pas là pour profiter de cette liberté dont tu rêves tant. On sera morts et enterrés depuis bien longtemps. » Tu tires une bouffée sur ta clope. « A moins qu’on ne finisse dans la gueule d’une de ces abominations durant cette sortie. Ou à moins qu’elles atteignent Sina. » Tsé. Tu sais donner de l’énergie et de l’envie aux troupes toi. Fin tu t’en fous. Donner du courage aux, c’est le cadet de tes soucis. C’est même pas ton problèmes à vrai dire.

« On va en chier, on manque de monde et en plus y’a deux factions dans cette mission. Entre ceux qui veulent le tuer et ceux qui veulent le capturer on va vite avoir des tensions. Sans compter le facteur émotionnel, même moi je suis pas serein là. Dit aux éclaireurs de me tenir informé de l’évolution des autres groupes. » Tsé. Mais c’est que lui aussi sait remotiver ses troupes dis donc. Et c’est qui ça ? Le lieutenant ? C’est pas un peu le plus haut gradé de votre petite sortie en pleine air là ? Eh bien. Ça promet. Tu ne peux t’empêcher d’envoyer une petite pique. « C’est que vous m’avez l’air super organisé dis donc. » Tu tires une nouvelle fois sur ta cigarette. « Vous savez, avec tout le respect que je vous dois, je crois que tout ceci promet d’être un joli fiasco. Vous ne réussirez jamais à tenir ces hommes en laisse. Gradé ou pas. Ce ne sont plus des soldats, ce sont justes des bêtes assoiffées de sang, ils n’ont que le mot vengeance à la bouche… » T’aurais peut-être pas du te méler de cette conversation, mais voilà, il a parlé un peu trop fort et tu l’as entendu. Tu entends James pousser un grognement derrière toi, mais tu ne te retournes pas. Tu n’as pas envies d’essuyer ses brimades.

Hayden finit par lancer une tripoté d’ordre à ses soldats. Tu n’écoutes pas réellement, trop occupé à regarder autour de toi. Au moins le ciel est dégagé, il ne pleut pas. C’est un bon point. Tu te tournes sur ta selle. Le mur est déjà loin. Tu sens ton cœur se serrer. Il y a un truc qui se passe en toi, mais tu ne réussis pas à mettre le doigt dessus. Serait-ce de l’excitation que tu ressens ? Non. L’excitation c’est juste bon lorsqu’une femme se trouve devant toi… De la peur ? Non plus. Tu n’as pas peur, tu es juste blasé là. Pourquoi aurais tu peur de ces monstres difformes et répugnants ?  « …. La section de recherche aura une trentaine de minutes maximum pour observer et étudier le titan spécial ensuite il sera abattu, et le décompte commencera dès qu’il sera repéré alors faudra pas traîner je ne veux pas exposer nos hommes trop longtemps à ce monstre. » Et hop, voilà que tu chopes un morceau de conversation en cours de route. Tu ricanes. « Oui en effet, c’est clair qu’en une demie heure ces chercheurs auront élucidés toutes les questions qu’ils se posent sur cet individu ! Déjà qu’en cent ans ils n’ont presque rien trouvé…. » Tu soupires et laisse tomber ton regard  sur une aile de la formation. « Bordel… » Dis-tu en jetant ta cigarette et en empoignant tes rênes. Un des soldats de la Garnison vient de se prendre le pied d’un titan en pleine gueule. Ecrasé comme une vulgaire fourmi. Tu sens un étau se serrer dans ta poitrine. Ce n’est pas de la peur non, c’est autre chose… Mais encore une fois, tu n’arrives pas à mettre un mot dessus. Tu attends des ordres, mais l’une de tes mains vient se poser sur tes lames. " Ça va aller Saly... T'en fais pas avec James on en fera de la pâté s'il le faut... " Tu seras prêt à te jeter dessus s’il le faut… Mais si les autres pouvaient le faire… Cela te conviendrait mieux. T’es bien là, assis peinard sur ton cheval. Hayden finit par lancer deux soldats sur le Titan et tu soupires. Bien. L’heure n’était pas encore au combat. Il faut avancer. Le lieutenant se tourne vers Saly et lui effleure le visage. Elle lui sourit. Tu fronces le sourcils, visiblement frustré. « Qui c’est pour toi ? » La question est posée, directe. Tu te demandes qui est cet homme pour elle, pourquoi a t’il le droit de la toucher comme cela alors que toi tu n’en a pas le droit ? Tu finis par hausser les épaules. « Laisse tomber en fait. Tu verras, lorsqu’un Titan tombera sous mes lames toi tu tomberas sous mon charme » Tu lui fais un nouveau clin d’œil, espérant lui remonter le moral. Tu as bien vu qu’elle a détourné les yeux au moment où l’homme est mort. « Tu sais, si tu n’aimes pas ce qu’il se passe autour de toi, tu pourras toujours poser les yeux sur moi, le spectacle est plaisant tu le sais bien n’est-ce pas ? » Puis tu talonnes ta monture, afin qu’il suive le rythme d’Hayden.


(c) AMIANTE

_________________
Ouh Darling !
Next time? There won't be no next time! I apologize even though. I know its lies. I'm tired of the games I just want her back. I know I'm a liar. If she ever tries to fucking leave again.•• »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 14 Oct - 20:22
Invité
Si ça te fais chier ? Bien sur que ça te fais chier. Regardes toi, Kelsier … non, plutôt regarde l'escouade que tu te colles ? … quelques uns de tes soldats, deux … trois. Une Astrid manquante, perdue à jamais, et ces deux là, de la Garnison occupés à se faire les yeux doux. Et quoi ? T'es pas si con. Tu les voient les yeux de biche effarouchée de la demoiselle, tu le vois aussi le regard paumé de ce pauvre gars. Non mais sérieusement, faut être gratiné des neurones pour sortir hors des murs avec une équipe pareille. Et pourtant, pourtant tu te sens obligé. T'as envie de le découper ce Titan, et tu n'as surtout pas envie de passer pour le lâche de service. Alors tu montes en selle, tu passes devant ton escouade en leur lançant un regard tout à fait hautain. « J'ai pas le temps de jouer les Caporal poule. Alors démerdez vous pour rester en vie. Je viendrais pas ramasser vos carcasses pour cette fois. » Tu avances encore de quelques mètres. Non, tu ne feras pas de discours pour encourager les troupes, c'est du suicide, de la folie et de la connerie. Et puis .. des discours du genre, t'en as jamais fais avant et c'est pas maintenant que tu vas commencer.

Pourtant, alors que la formation se lance, alors que difficilement sur ton aile les choses se mettent en place, tu lances des regards à chacun d'entre eux. Pas certain que tu supportes encore des pertes par chez toi aujourd'hui. Tu as la pression. Des gens qui ne sont pas censés être là à protéger, malgré tes dires et ta tête de cochon. T'es pas sans cœur, quoi. La progression est rapide, et tant mieux. Pour toi, plus vite tout ça se termine, moins il y aura de victimes et pourtant … voilà qu'un messager vient à toi, demandant à ce que ton aile ralentisse pour ne pas laisser le milieu à découvert. Peuvent pas se presser ceux là aussi … Un soupire. « Ralentissez légèrement la cadence ! Et ouvrez l’œil. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 1 Nov - 19:11
Invité
Qu'est ce qu'il  fout là en première ligne de cette pseudo expédition suicidaire et qui pouvait tourner à tout moment à la boucherie? Jayce ne le savait pas trop lui même mais un sentiment sur lequel il arrivait pas à mettre de mots justes semblait le pousser à faire cela. Cela faisait déjà un petit moment que la troupe galopait dans les terres du monde extérieur. Quelques titans tournaient dans les parages, rien de bien étonnant lors des expéditions mais là celle ci avait bien quelque chose de différent. La soif de vengeance, cette haine viscérale contre ces monstres qui rongeaient les soldats du bataillon d'exploration semblait envahir l'air ambiant, ils ne faisait pas attention à la formation comme à leur habitude. Jayce galopait sans dire un mot comme perdu dans ses pensées, ce monde lui rappelait une nouvelle fois  cette leçon qu'il avait appris il y a bien des années.  Ici il n'existait ni Bien ni Mal, il fallait survivre ou mourir.

Ce fut le vacarme du centre qui le fit sortir de ses pensées. Un regard en arrière lui fit comprend la situation : un titan venait de se frayer un chemin dans les lignes du centre mais celui ci fut très vite neutraliser, d'ailleurs la jeune recrue remarqua que les ailes semblaient bien plus proches qu'à l'habitude. Pfff cette mission promettait déjà.

Lana ne tarda pas à faire son apparition, avec les ordres du lieutenant.
Arrêter de tuer les titans qui approchaient ou du moins neutraliser les déviants uniquement et accélérer la cadence. On leur disait ça maintenant, depuis le début ils tuait les titans qui s'approchaient de trop près, il fallait bien dégager le passage non ?! Mais les ordres étaient les ordres.  C'était toujours avec son impassibilité  légendaire que Jayce ne fit pas cas de se qu'il pouvait lui traverser l'esprit il n'a pas envie de se battre comme à leur habitude là tout de suite.

" Ah putain j'te jure " laissa échapper le jeune homme entre ses dents en saisissant une munition lorsqu'il aperçu les deux titans qui se présentait à eux mais toutefois évitables.
Levant son bras en appuyant sur la gachette, en quelques secondes son fumigène rouge s'éleva dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 11:12
Invité
     

Dylan ♦ les autres

Time To Die
J'ai quitté le centre dès que nous avons sus avec qui nous devions aller. Je jetais un coup d’œil à Ethan, je m'en voulais de la manière dont je lui avait parler. Pourtant, il était hors de question que j'aille le voir ainsi pour m'excuser alors qu'il était entouré de monde. Un jour peut être, si nos chemins venaient à se croiser de nouveau. Il pensait surement que je lui en voulait pour la nuit que nous avions passé, pourtant, non pas vraiment. Je m'en voulais à moi d'avoir craquer alors que je savais très bien comment il était avec les femmes et puis pour le moment tout cela ne voulait rien dire, j'avais perdu le dernier membre de ma famille, je voulais juste la venger, retrouver son corps et lui donner une sépulture, la suite, je n'en savais rien, mon cerveau était bloqué sur ces trois actions que j'allais bientôt remplir avec les autres. Sans un mot je quittais donc les lieux, je me dirigeais vers les écuries où d'autres avaient fait comme moi et commençais à m'occuper de mon cheval. J'étais nerveuse je dois bien le dire, j'étais triste et j'avais l'impression de flotter, seul la douleur dans ma main me ramène à la réalité. Je regarde cette main, elle a arrêter de saigner, mais je me rend compte qu'elle aurait eut besoin de point de suture, mais je me contente d'y appliquer un bandage, j'irais à l’hôpital au retour de la mission.

Le temps semble maintenant passer à une vitesse folle, car soudain je me retrouve devant la porte sur mon cheval et j'attends qu'elle s'ouvre. Je respire profondément, j'ai peur je dois bien l'avouer et dans un instant de lucidité je me demande si c'est une bonne chose ce que l'on est en train de faire. Pourtant, la colère reprend vite ces droits et je me redresse, j'écoute les consignes et fait un signe de tête quand l'on essais de me rassurer. Les portes s'ouvrent, un courant d'air fait voler mes cheveux et je sens un frisson me gagner. Je comprend soudain toute les conversations que j'avais eut avec Karhlya, sur le sentiment que l'on éprouvait quand il fallait passer le seuil de la porte. Les chevaux s'élancent, je me concentre, je regarde partout à la fois et je trouve cela étrange que les gens de mon unité pour la journée discute de tout et de rien alors que nous sommes au beau milieu des plaines. Je regarde Gémael, me demandant soudain s'il a toute sa tête alors que mes doigts sont crispés sur les rênes lui semble prêt à aller boire le thé. Je déglutis et me tourne vers celui qui doit être son frère. Pourtant quand je parle, je m'adresse à tout ceux autour de moi. Vous pensez que l'on a une chance de le trouver rapidement ?

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Nov - 16:06
I'm alive.
All
Say it with me. I'm alive I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face, to your lullaby, got your all come down 'Cause your living alive my friend. I'm alive I'm alive ▬ SHINEDOWN

Qu’est-ce qu’il se passe ? Tu ne comprends pas. Il y a moins de dix minutes vous étiez en train de galoper désespérément vers l’est, espérant rejoindre le mur, et voilà que les bruits des fusées sont arrivés à tes oreilles, doux sifflement dans l’air frais du matin. Tu jettes un regard rapide en arrière. Karhlya  te suis, éperonnant son cheval. Tu ne lui as même pas laissé le temps de répondre, ni même à Iliana. Lorsque tu as vu cette fumée rouge s’élever dans le ciel, ton cœur a bondit. Même encore maintenant tu l’entends battre férocement dans ta poitrine, il semble vouloir prouver qu’il est vivant, que rien ne peut l’arrêter. Tes mains se resserrent sur les rênes et tu négliges la douleur qui irradie ton bras. Ils sont là…. Le Bataillon est là, vous allez pouvoir enfin rentrer chez vous… Un sourire prend place sur ton visage, t’arrachant un grognement de douleur. C’est que tu l’aurais presque oublié, ce gigantesque hématome qui couvre ton nez et tes joues. Le reste du sang séché se craquelle sur ton visage. Les soldats auront certainement peur en te voyant débouler comme une furie parmi eux. Astrid le retour… En mode zombie qui plus est. Ils ne vont rien comprendre… Encore moins lorsqu’ils remarqueront derrière toi Iliana et Karhlya. Mais quelles seront leurs réactions ? De la joie sans doute, mais aussi de la peur. Ils vous ont pourtant vu vous faire dévorer… Tu finis par secouer la tête. Au diable ces questions à la con ! Tu as envie de rire, de hurler de joie ! Et finalement, c’est ce que tu fais. Tu ne peux empêcher un grand rire joyeux de sortir de tes lèvres. Tu éclates d’un rire sonore et cristallin. Le stresse, la fatigue, la douleur… Tout part dans ce rire tandis que vous entrez dans une forêt, dernier obstacle qui vous sépare des autres soldats. « Ka, Ili ! On est vivante ! On va rentrer chez nous ! » Tu ne peux t’empêcher de babiller. « Il faudra qu’on fête ça tous ensemble qu’est-ce que vous en dites ? » Tu as retrouvé le sourire. Tu vas pouvoir profiter de tes amis, tu vas pouvoir te soigner, te nourrir, prendre un bon bain chaud pour te…

Tes yeux s’ouvrent soudain, horrifié. Le temps semble s’être soudainement ralenti. Tu n’entends plus rien hormis le martèlement des sabots de ton cheval,  et le bruit des pulsations de ton cœur. Ta tête se tourne, lentement, fixant d’un air absent et terrifié, l’immense globe oculaire qui prend maintenant de la hauteur. Non … Ce n’est pas possible… C’est vraiment… « Le Titan… » Murmures-tu, abasourdie. C’est bien lui, celui qui vous a dévorée toutes les trois, celui qui vous a recraché bien plus loin… Il vous observe, vous reluque du haut de sa trentaine de mètres. Il ne bouge pas… Pour le moment… Mais cela ne saurez tarder. « Vite ! Il faut rejoindre les autres ! » Tu donnes un coup de talon sur les flancs de ta monture, la lançant au triple galop. Tu ne peux pas, tu ne veux pas te mesurer à lui… Tu n’en as pas la force, ton épaule déboitée te fait toujours souffrir, Iliana n’est pas non plus en capacité de se battre, et Karhlya… Tu ne veux pas la perdre. Tu te couches sur le cheval, essayant d’attraper l’une des fusées noires qui trainent dans le sac, resté en place… Mais ton bras en écharpe te gêne et tu ne réussis pas à y accéder. Finalement, vous finissez par sortir de la forêt, et tu vois devant toi, le Bataillon de l’Exploration accompagné de euh… Tiens c’est bizarre, c’est vraiment l’insigne de la Garnison que tu vois là bas ? Et là… C’est vraiment… La licorne verte des spéciales ? C’est une blague ? Mais tu n’as pas le temps de t’étonner. Derrière toi, résonnent les pas du géant. Le Titan s’est mis en marche, il vous poursuit maintenant… Tu te diriges vers les premiers groupes, qui se trouvent être ceux de Bailey et de, oh surprise, ton propre Caporal, Hodgen. Ton cœur se serre en les voyant tous, et tu finis par lever ton bras valide, faisant de grands signes et hurlant. « ON EST LÀ ! ON EST VIVANTE ! » Puis, entendant un grondement sourd derrière toi, tu files, Karhlya sur tes talons. « IL ARRIVE ! » C’est fou ça, tu as l’impression de rejouer la même scène, mais tu espères cette fois que vous ne vous ferez pas croquer. Nouveau hurlement, tu es presque au niveau de Kelsier maintenant, tu peux apercevoir son visage, où se mêle un tas d’émotions, mais tu n’as pas le temps d’y faire attention. « FUYEZ ! IL FAUT PARTIR ! » Mais c’est trop tard. Tu entends des arbres tomber, et lorsque tu te retournes, tu vois la bête, immense, qui surgit de la forêt… Et merde…




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 17:21
Invité
Toi tu n'as rien entendu. Sans doute trop absorbée par tes doutes, tes questionnements et le fil de tes pensées. Tu n'as pas entendu ces voix, tu n'as pas entendu les sabots sur le sol, non tu n'as rien entendu … ou alors as-tu simplement confondu ces sons caractéristiques et bien connus de ton esprit avec les bruits que tu as entendu toute la nuit autour de toi. Le bruit des Titans, et des animaux sauvages. Avais-tu perdu espoir, Karhlya ? Un peu sans doute lorsque tu avais constater que l'horizon, à l'aurore demeurait toujours aussi vide. « Ka, Ili … Je crois que … Le Bataillon d'Exploration est là-bas. » Té. Est-ce qu'elle devient folle ? Sa peur lui monte à la tête, voilà qu'elle se met à halluciner. Ce n'est pas possible bien sur. Tout le monde vous a vu mourir, être avalées, dévorées. Pourquoi prendre le risque de renvoyer des soldats … et puis même. Tu n'avais jamais vu un Bataillon revenir pour des soldats perdus. C'était la dur loi du métier. Ceux qui n'étaient pas à leurs places, restaient sur place. Et pourtant .. tu n'as pas le temps de dire un mot, voilà qu'elle s'élance au triple galop. Comme si sa vie en dépendait. Et au fond, c'est le cas, n'est-ce pas ?

Que pourrais-tu faire d'autre que de suivre, au final ? Tu t'élances à ton tour. Tu pousses Mousse à se donner à fond pour parvenir à garder à portée de vue tes deux amies … et là enfin, tu te rends compte que tout ceci est loin d'être une hallucination. Cette fumée rouge que tu vois venir trancher le ciel .. tu la connais si bien. Tu n'as jamais été aussi heureuse de la voir. Ils sont là. Ils sont revenus. Tu ne sais pas pourquoi. Tu ne sais pas par quel miracle mais … ils sont là. Alors tu éperonnes. Tu espères accélérer encore et tu ne peux t'empêcher de rire en entendant Astrid. En vie oui. Sauvées. Tout va bien maintenant, tu vas rentrer. Tu vas retrouver ta maman, ta maison, l'homme que tu aimes aussi... Fêter ça ! Oh que oui. « Un grand repas ! Banquet ! A volonté ! » Tu veux te goinfrer. Boire jusqu'à plus soif et serrer les gens que tu aimes dans tes bras. Danser. Chanter même. Crier ta joie. Célébrer la vie. Tu en as envie plus que jamais. Et pourtant … une nouvelle fois, voilà que ton cœur semble imploser sous la peur. Il est de retour. Juste là .. pas si loin. Il est revenu vous chercher. C'est la première chose qui te vient à l'esprit. « ASTRID ! » La peur. Oh non pas maintenant. Aucune de vous n'a le droit de mourir maintenant, pas après tout ça. Personne ne doit mourir. « Vite ! Il faut rejoindre les autres. » Tu lui offre un signe de tête et tu pousses ta monture dans ses derniers retranchements. Tu fonces. Tu files droit devant jusqu'à enfin les voir, tu restes concentrée. Tu entends à peine les cris d'Astrid, tu continues ta course contre le vent qui fouette ton visage et tu te diriges droit vers ces visages que tu reconnais. Bailey. Jayce. Kaidan. Et Aedan. Le frère d'Ezéchiel. Ils sont là, en avant. Les premiers, en tête de la formation. D'ailleurs … tu es surprise de trouver Aedan ici .. mais tu n'as pas le temps de poser des questions. Tu te tournes pour voir ce Titan abattre des arbres et foncer droit sur vous. « Faut s'occuper de cette créature … j'ai plus de gaz, quelqu'un à de quoi me dépanner ? » Tu te rends même pas compte que tu te précipites. Que les gens à qui tu parles t'ont probablement vu mourir ... tu ne prends pas le temps non, simplement parce que tu ne l'as pas. Mais quand tu l'auras, quand tu l'auras tu prendras chacun d'eux dans tes bras. Rien que pour te sentir en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 19:46
Invité
La Vie Est Un Jeu
La vie et la mort sont soumises à la destinée. Karhlya & Astrid & Iliana
L'eau avait été une véritable bénédiction, boire jusqu'à plus soif, nettoyer mon visage et mes mains de cette substance était un pur délice. Tout comme pouvoir prendre quelques heures de repos qui selon moi était bien mérité après tout ce que nous venions de vivre. Bien sur très vite il fallut repartir, il fallut reprendre la route et espérer être sur la bonne direction. J'étais toujours derrière Astrid, je me laissais mener par elle et j'avoue que je somnolais à plusieurs reprises durant les longues heures que durèrent notre périple. La nuit fut longue, froide et heureusement pourtant sans mauvaise rencontre. Si nous avions croisé un titan alors cela en aurait été terminé de nous. Je fus ravis de voir les premiers rayons du soleil, cela nous montra surtout que nous n'avions pas trop dévié de notre route, nous étions sur la bonne route, je devais m'accrocher à cette idée, je devais me dire que bientôt le mur se dresserait au loin et que nous retrouverions tout le monde. Pourtant de nouveau les heures passèrent et la plaine resta définitivement vide de construction humaine.

Je commençais à paniquer, à me dire que nous nous étions finalement trompées, que jamais nous ne rentrerions en vie quand soudain Astrid sembla entendre un bruit familier, le bruit de notre bataillon et je repris espoir alors qu'elle lança notre monture au galop. Je m'agrippais à elle pour ne pas tomber et je suis ces mouvements alors que mon cœur se met à frapper de plus en plus fort dans ma poitrine, l'espoir, voilà ce que chaque battement m'amenait alors que nous entrions dans les bois, je ris à l'idée de boire et manger à volonté, de faire la fête toutes les trois. Seulement mon rire s'étrangla dans ma gorge quand soudain l’œil apparut. L'idée qui m'avait hantée la veille me revint en pleine face. Nous étions des souris et le chat allait maintenant nous achever. Je poussais un hurlement de peur, nous ne pouvons pas revivre l'enfer de la veille, c'est totalement impossible, je ne veut pas sentir une nouvelle fois sa main m'étouffer, je ne veux pas être entouré de l'odeur nauséabonde de son haleine et ... heureusement Astrid ne cède pas à la panique, elle accélère et force notre pauvre monture qui nous supporte toute les deux à foncer à travers les arbres, à aller rejoindre ceux qui sont de sortie et bien vite, nous nous trouvons face à eux, nous déboulons et je me rend compte que ce que l'on à devant les yeux est aussi étrange que le comportement du titans derrière nous. Garnison, spécial et exploration sont tous là à l'extérieur des murs et un instant je me demande pourquoi.

Seulement voilà le temps n'était pas au questionnement, mais bien à la survie, car en plus des sabots du cheval, je pouvais sentir la vibration causer par le déplacement du titan. Astrid leur hurle de fuir et de nouveau l'impression d'être la veille me saisit, mais alors je mêle ma voix à celle des filles, ils doivent fuir, il faut retourner en ville et déjà Ka' cherche du gaz, il faut se sortir de là, il est impossible qu'une nouvelle fois ce monstre ai raison de nous.


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 3 Nov - 21:54
Invité
Mission spéciale : Time to die
Ft. Beaucoup d'autres

La formation commence enfin a reprendre sa cohésion petit à petit, mes ordres sont bien appliqués et tout se déroule pas trop mal. Presque aucun perte a déplorer, mis à pars mon homme au centre et je n'ai pas de rapports sur des blessés. J'en viens à espérer que tout se passe pour le mieux jusqu'à ce que nous tombions sur ce titan. Mon humeur reprend un coup avec les remarques de ce gars des spéciales, qui avait déjà bien énervé tout le monde avant de partir. Sérieusement il se permet de faire de l’œil à ma sœur en pleine mission? Je prépare une répartie bien cinglante mais je suis interrompu par des rapports de l'avant garde, Lana me dit que les trois femmes mortes viennent d’apparaître. Alors là j'y comprend rien, d'après ce que l'on m'a rapporté elles se sont faites dévorer, qu'est-ce qui cloche? Je me pose de nombreuses questions lorsque j'aperçois plus loin une forme immense foncer droit vers l'avant garde. Au vu de la taille et la vitesse du spécimen, ainsi que la description qu'on m'en a faite, je sais qu'il s'agit donc de la raison de notre venue ici. Merde. Je suis trop loin pour bien voir ce qu'il se passe mais il faut peu de temps avant que Aiji et son groupe ne se lancent à l'attaque du Titan. Comme ça avec très peu de points d'ancrage facilitant la tridimensionnalité. Je peste intérieurement, maintenant tout risque de partir en cacahuète et je dois reprendre les choses en main au plus vite en espérant être écouté. Je réunis vite mes messagers, leur intimant que mes ordres doivent être relayés au plus vite.

Le combat est engagé on va devoir faire avec. On doit aller dans la forêt derrière le titan, sinon on va tous y passer, et pareil en battant en retraite. Que la section de recherche passe par le flanc doit du titan et se réfugie dans les bois en attendant son arrivée, ils auront le loisir de l'observer et d'agir. Le centre les suivra et se déploiera ensuite pour couvrir l'arrivée d'éventuels autres titans, la caporal Hogden fera de même sur le flanc gauche une fois dans la forêt. L'avant garde doit se replier petit à petit dans les bois aussi afin de profiter des arbres pour le combat et des renforts. Une fois la manœuvre terminée, que nos rescapées surprise et les blessés me rejoignent entre le cordon de sécurité et la section de recherche. Pour finir j'envoie une première vague de renfort à l'avant garde, toi là, Ethan c'est ça? Vas y avec ton pote et ces trois gars de la garnison.

Je croise vraiment les doigts pour que tout le monde fasse ce que je demande, sinon là on risque d'avoir de gros soucis. Sans plus attendre je dirige mon groupe vers l'aile droite pour contourner le Titan. A première vue la section recherche semble bien obéir. Nous nous engouffrons dans les bois en dernier et je déploie mon cordon de sécurité pour nous protéger de l'arrivée de d'autres titans tandis que le combat semble bien engagé avec l'avant garde. J'espère qu'ils n'auront pas trop de pertes tandis que je prend position en hauteur avec mon groupe réduit à Eileen, Allan, Saly et deux autres gars de l'exploration juste derrière la section recherche. J'attends l'arrivée de Karhlya, Astrid et Iliana et des blessés. Elles doivent être épuisées.
(c) Clary
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 11:11
Invité
La progression de cette formation te paraît lente, si lente, étrangement lente. Toi qui as pour habitude de presser le pas, de lancer tes troupes dans un rythme de voyage effréné … tu as l'impression de voir tout ce qui se passe autour de toi se dérouler au ralenti. Tu es presque obligé de forcer ton cheval à ralentir, tout en jetant un œil de temps à autres à tes « soldats ». La situation n'a pas évoluée en quelques minutes, ça te fais toujours aussi chier d'être là et d'avoir pour escouade cette bande d'incapables. Tu rumines. Et pourtant, tu ne dis rien. Ou presque. Tu te contentes d'afficher ton air renfrogné habituel, cette moue qui tes propre et qui fait comprendre à tous que tu n'es pas du genre très sympathique .. ou du moins, que tu n'es pas du genre à jouer le bon monsieur souriant et compréhensif. Pas que tu sois réellement méchant, paraît que t'as bon fond. Mais tu ne le montreras jamais. Tu l'aimes bien, ta carapace.

Le premier Titan que tu vois est de moindre importance. Tout petit, il ne fait que marcher rapidement droit devant dans ta direction, dans celle de ton escouade. Il vous arrive de front et tu sais qu'il sera hors de question de dévier pour cette fois, alors tu prends les choses en main. Habituellement, tu aurais envoyer quelqu'un d'autre faire le sale boulot, c'est vrai. Mais … regardons les choses en face. Tu ne vas pas envoyer la Garnison éliminer un Titan sur terrain plat. « Restez là, ne bougez pas. Continuez d'avancer. Je reviens. » Tu n'ajoutes rien de plus et tu t'élances. Il te faut quelques secondes à peine pour terrasser ce géant pas si grand au final … et c'est lorsque tu remontes en selle que tu entends cette voix. Ce cri. Tu plisses les yeux, fronces les sourcils. Elle t'es familière, cette voix … elle résonne dans ton crâne comme venue d'outre-tombe. « ON EST LA ! ON EST VIVANTES ! » … serait-ce, Astrid que tu vois débouler dans la plaine, montée sur un cheval, une femme accrochée dans son dos ? Non. Impossible. Astrid est morte, bel et bien morte. Tu le sais. Est-ce que tu hallucines ? C'est franchement pas le moment, Hodgen. Ressaisis toi ! Non, non, non. Tu n'hallucines pas … c'est bien elle. Elle fonce droit devant et … qu'est-ce qu'elle dit ? « FUYEZ ! IL FAUT PARTIR. » … fuir ? Partir. Mais qu'est-ce qu'elle dit ? Tu fais quelques pas sur Stitch … avant de le voir. Ce Titan. Si grand. Les arbres s'écartent sur son passage et tu pourrais presque voir un sourire s'étirer sur son affreux visage alors qu'il avance, de plus en plus vite dans votre direction à tous. « Cette chose … va défoncer la formation. » Tu sers les rênes pour rejoindre ton escouade, tu quittes cette jeune femme revenue des morts des yeux et remet d'or et déjà les questions à plus tard. Tu fonces. « Restez à l'arrière, suivez Malcal. Soyez prudents. Lightwood, occupez vous donc de votre … subordonnée et tâchez de faire en sorte qu'elle reste en vie. » En réalité, tu t'arrêtes à peine, tu distribues des ordres rapides. Clairs. & tu repars, tu fonces droit sur Eïvinnd et arrivé à quelques mètres d'elle, tu peux déjà te rendre compte de son état rien qu'a sa tête. Bon sang. Cette femme à un don pour se blesser. « Eïvinnd ! Vous êtes en retard, soldat. Rejoignez l'arrière, il semble que Malcal vous réclame. On va s'occuper de ce Titan. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 11:54
Invité


Time to die.
ft. everyone.


Il te faut quelques minutes à peine, pour seller Orion. Il faut dire que tu ne prêtes attention à rien ni personne, trop concentrée sur ta tâche, sur tes questionnements et le fil si actif de tes pensées. Lorsque tu montes à cheval, tu écoutes Alwan .. mais seulement à moitié, tu ne te rends même pas compte qu'aujourd'hui, ton escouade est différente. Tu remarques à peine la présence de cette femme de la Garnison, pour toi c'est peu important. L'essentiel c'est d'avoir Alwan à tes côtés, et Gémaël. Tu te fiches du reste. Ces deux là sont tes compagnons de toujours, ceux que tu aimes le plus et ceux qui te sont vitaux. En réalité, tout ce que tu entends … ou plutôt la seule chose qui attire réellement ton attention c'est … « A mon avis nous recevrons des instructions du lieutenant Malcal. » Et tu soupires à cette affirmation. Tu as pour habitude de dépendre de Ceylian. Il est le seul à pouvoir te comprendre et surtout le seul qui sache réellement prendre les décisions qui te conviennent. « S'il nous écarte de ce Titan … je le donne à bouffer à Timmy en rentrant. » grognes-tu en reposant le regard sur Gem' qui se tourne vers toi à ce moment. « Alors, ma folle préférée raconte tout à Géminou Croket. Qu'est-ce que t'en penses de ce titan? On est bien d'accord, il est pas normal ! Il va falloir qu'on s'arrange pour l'atteindre avant les autres, surtout l'escouade d'Aiji. On a besoin de l'étudier, ça me parait capital ! » Il t’arrache un sourire cet idiot. Bien sur que ce Titan n'est pas normal. Loin de là. En réalité, il t'obsède celui là et tu ne penses qu'a l'ajouter à ta collection. Une jolie capture. Une belle prise et sans aucun doute un sujet d'étude des plus passionnant. Pourtant, tu sais aussi te montrer réaliste. Tu ne ramèneras pas ce Titan. Il sera éliminé, tu le sais, tu le sens. Mais à défaut … tu prendras le temps de l'étudier au maximum. « Faudra être plus rapide. Hors de question que cette bande de barbares ne casse mon nouveau jouet avant que j'ai pu l'essayer. Il est intelligent … je l'ai vu agir. Il est spécial... »

La formation s'élance au galop, tu tiens le rythme par habitude tout en fixant l'horizon dans un premier temps. Puis, le rythme est ralenti lorsqu'un messager fait son apparition. Le rythme devient alors plus monotone … ennuyeux aussi et tu ne manques pas de le faire remarquer en soupirant régulièrement plus ou moins bruyamment. « C'est la mission la plus naze de l'histoire des missions … je sais pas moi … on pourrait pas juste avoir un Titan .. n'importe lequel rien que pour ... » Mais ta phrase est laissée en suspend. Des cris te parviennent aux oreilles et tu te redresses bien vite sur la selle d'Orion. Au loin, un cavalier fonce droit sur le cœur de la formation .. en contre-sens. - Astrid se la joue GTA – Une femme. Elle hurle mais tu ne comprends pas ses paroles. D'ailleurs, tu la quittes bien vite des yeux, lorsque les craquements des arbres écrasés attirent ton attention. « Le voilà... » Ce n'est qu'un murmure, pour le moment, tu te parles à toi même, le regard perdu sur cette créature qui fonce, qui s'élance dans votre direction. Étrangement, comme d'habitude tu ne vois pas le danger. Tu ne prends même pas le temps de t'intéresser aux ordres qui proviennent du centre … tu n'entends que « flanc droit » et « bois » … et tu t'élances. « Yihouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Hé Gem' t'as vu sa taille, dis tu l'as vu ? Il est énorme il dépasse largement les trente mètres ! Regarde comme il court vite ! Tu le vois dis, hein ? Tu le vois ? Tu crois que je pourrais le toucher ? J'en veux au moins un petit bout pour le mettre dans le labo .. en souvenir. On l'accroche au dessus de la porte, qu'est-ce que t'en dis ? » Et voilà que tu n'arrêtes plus de parler. On ne t'aura sans doute jamais vu si … en forme qu'a ce moment présent. Te voilà motivée, au diable l'ennuie et la mission qui te semblait si monotone. Tu fonces droit dans les bois et une fois à l'abri des arbres, tu n'hésites pas et quitte ta monture pour monter en haut d'un arbre. « On l'a dépassé .. si j'ai bien calculer mon coup il va passer juste en dessus de nous. Je pourrais même lui sauter dessus ! Tu viendras avec moi Gem', hein dis ? » … vous passer en dessous ouais. Et peut-être défoncer ton arbre. Mais c'pas grave, hin. Bah non. … Rien n'est jamais grave avec toi d'abord.
made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés
-
Sauter vers: