AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Aoû - 17:14

Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit.
Hayden & Astrid



Je ne suis plus rien, rien qu'un cœur blessé. Rien qu'un soldat, qui a livré son ultime combat.

Hayden semble être totalement surpris et surtout, encore totalement dans son monde. Il finit par se relever et fouille la chambre du regard tandis que tu lui balances ses chaussures à la gueule. Tu es furieuse, et encore, dire que tu es furieuse n'est qu'un doux euphémisme. Tu es dans une colère noire, et ce n'est pas le seul sentiment présent. Tu es perdue, complètement perdue, qu'as-tu fais pour en arriver là? Ne sais-tu pas contrôler tes pulsions? Tu culpabilises aussi. Tu viens de perdre Casey et te voilà déjà dans les bras d'un autre. Non mais qu'est-ce qu'il t'est passé par la tête sérieusement? Il réussit à détourner la première botte tout en se tortillant nu comme un ver pour prendre ses vêtements qu'il commence à enfiler. La deuxième botte que tu lances avec rage fait mouche, elle. Alors qu'il enfile pudiquement son pantalon, la voilà qui le frappe au visage, le faisant tomber. Trop furieuse pour t'en émouvoir et culpabiliser, tu lui lances un regard noir et fouille parmi les chemises pour retrouver la tienne. Tu tiens toujours agripper le drap contre toi, dernier rempart qui te protège de son regard perdu.

" Bah heu pas la peine de tout me mettre sur le dos on est autant fautif l'un que l'autre hein. A la base je voulais juste t'aider à te détendre mais j'avais pas prévu ça je suis tout autant surpris. Si tu pouvais juste arrêter de me lancer des bottes en revanche je crois que la dernière à fait mouche ça me suffira. Quand à partir désolé mais c'est moi qui ait les clef. "

Il bredouille, bafouille, murmure quelques excuses mais tu siffles, exaspérée. Tu ne retrouves plus ta chemise bordel. Pourtant c'est pas la même taille enfin ! Mais il n'y en a qu'une qui traine sous ton nez. Tu finis par voir, en dessous du lit, ta petite culotte. Tu l'attrapes et entreprend de chercher le reste de tes affaires. Pantalon, veste... Tout semble être présent, mais tu n'as absolument pas l'envie de tout enfiler devant le regard de cet homme. Tes cheveux retombent sur tes épaules et forment une crinière sauvage. La nuit a du être bien mouvementée. Tu finis par attraper la première chemise qui vient et l'enfile prestement, en prenant soin de masquer ton corps à ce soldat. " Et qui est venu me faire chier alors que j'étais tranquillement dans mon coin hein? " Tu lui lances un nouveau regard noir et fermes les boutons de la chemise. Tu enfiles rapidement ta culotte et te redresses, saisissant ton pantalon. Nom de Zeus, c'est bien la première fois que tu te rhabilles aussi vite. D'ailleurs tu as faillis te casser la gueule en mettant ton pantalon, à sautiller partout pour aller plus vite. " Jt'avais rien demander. Tu sais pas te mêler de tes affaires? " Le pantalon est enfilé, mais maintenant que tu reboutonnes ta chemise, tu remarques que tu as mis lundi avec mardi. Pis aussi... C'est pas la bonne chemise. Ton regard erre dans la pièce mais tu ne retrouves pas l'autre. Tu hausses les épaules. Tant pis. Tu ne te déshabilleras pas une seconde fois. " Jme tire. " Tu enfiles tes bottes, reprend ta veste et te diriges vers la porte, non sans jeter au passage, un regard dans la salle de bain. La botte que tu as lancé à l'air de lui avoir ouvert l'arcade, il est en train de se regarder dans le miroir. Toujours aussi furieuse, tu ne peux t'empêcher de lui lancer un petite pique. " Oh pauvre chou... T'en fait pas, je suis sûre qu'avec cette blessure de guerre tu attireras un tas d'autres filles ! " Un rire narquois accompagne ta tirade, ainsi qu'un regard noir, puis tu claques la porte.

L'air frais du matin te frappe le visage dès que tu sors et tu inspires un grand coup avant de descendre les marches du perron. Tu sens ton coeur cogner violemment dans ta poitrine. Et tu te sens mal si mal. Tant de choses se bousculent. Casey, Hayden, cette nuit passée dans les bras d'un homme et qui te revient maintenant en mémoire, l'arcade que tu viens de lui ouvrir.... Tant d'émotions se pressent dans ton petit coeur que tu as l'impression que tu vas exploser. Rageuse, tu shootes dans un caillou et mets tes mains dans tes poches. Tu replies les manches de la chemise d'Hayden, trop grande pour toi. Frustrée, en colère, dépitée, coupable... Ton visage reflète tant de choses. Sourcils froncés, tu regardes tes pieds, marchant énergiquement dans la rue. L'odeur de cet homme te titille les narines, toujours présente sur toi, aussi bien à cause de la chemise que lorsque vos corps se sont mêlés. Tu fais craquer tes mains. Une partie de toi de traite de toutes les injures possibles et inimaginables, tandis qu'une petite voix dans ta tête t'emmerde et t'enquiquine, te rappelant les bons moments, et la chaleur de ses bras. " OH ÇA SUFFIT ! " Cries-tu en t'arrêtant brutalement et en claquant du pied sur la chaussée. Deux rares villageois te regardent bizarrement avant de continuer leur route. Maintenant, la fraicheur de la mâtiné et ta marche rapide ont fait baisser ta colère. Maintenant, tu t'en veux un peu de lui avoir balancer une botte à la figure. Après tout il a raison. Tu avais bu tous aussi, c'est juste que tu es trop fière et trop têtue pour lui dire que tu as aussi eu un rôle dans cette histoire. Tu te tournes vers la petite maison, pensive...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 3 Sep - 15:18
Invité
Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit
Ft. Astrid Eïvinnd
Elle continue de me crier dessus mais pour le moment je suis trop occupé à tenter de rester debout et reprendre mes esprits tout en essuyant le sang sur mon visage. Elle m'a vraiment pas loupé. De loin je continue de l'entendre me parler, a son ton ça doit pas être quelque chose de flatteur, en même temps même moi à cet instant je me trouve pas spécialement en position pour faire le malin. Bon sang c'est pas ce que je voulais, je voulais juste redonner un sourire à ce visage au bord du suicide. C'est la que je tilte, au vu de sa réaction elle a sûrement perdu quelqu'un, son amant probablement. Enfin je théorise mais ça expliquerai certaines réactions, prochaine fois je me renseigne un peu plus avant de faire le con comme ça. J'entend la porte claquer, merde je peux pas la laisser s'en aller comme ça. Je ramasse la chemise et me rend compte qu'il s'agit de la sienne lorsque ça commence à craquer quand je l'enfile. Je me contente de prendre ma veste et de mettre mes bottes avant de fermer la porte et essayer de la rattraper.

Me voilà donc dans la rue presque torse nu comme la veste ne ferme pas vraiment bien et ne couvre pas tout le torse, une chemise pas a ma taille à la main et la gueule en sang. J'ignore les gens autour de moi tandis que je rattrape Astrid, qui semble s'être retournée vers moi, où la maison. Enfin peu importe, je rassure vite fait quelques passant sur mon état disant que je me suis cogné avant de prendre Astrid à part, dans un coin à l'abri des regards. La il ne me reste qu'à jouer une dernière carte, la tristesse dans son regard continue de me faire penser qu'elle a perdu quelqu'un, bon c'est pas très compliqué a comprendre certes, mais quand on sors du lit réveillé par un cri, avec la gueule de bois et qu'on s'est pris une botte en pleine tronche c'est plutôt un exploit de faire le lien. Je prend un ton dur et sec.

Ecoute, je m'excuse pour ce qu'il s'est passé, je ne comptais pas en arriver là. Je voulais juste redonner le sourire à quelqu'un qui n'avait pas du en esquisser un seul depuis un moment. Tu sembles avoir perdu quelqu'un de cher, mais pose toi une question : est-ce que cette personne voudrait que tu passes ton temps a te morfondre comme ça des jours durant? A te soûler jusqu'au comas éthylique? Est-ce qu'il serait fier du spectacle que tu offres? Laisse sortir ta peine un coup et ressaisis toi. maintenant déteste moi ou non, mais réfléchis à ça c'est tout ce que je te demande.

Bizarre, j'aurais jamais cru que je ferai ce genre de déclaration à une personne que je connais à peine. Peut être le fais-je pour me faire pardonner d'une certaine manière? Ou pour me pardonner moi même? De plus au fond même si mon discours est vrai, je sais que si je perdais Saly je serai dans le même état, voir pire. Du coup me voilà planté devant Astrid attendant sa réaction et près à éventuellement prendre de nouveaux coups.
(c) Clary
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Sep - 0:14

Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit.
Hayden & Astrid



Je ne suis plus rien, rien qu'un cœur blessé. Rien qu'un soldat, qui a livré son ultime combat.

Tu es pensive. Tu regardes au loin la petite maison qui t'a accueillis la nuit passée. Tu ne sais pas pourquoi tu t'arrêtes là au milieu de la chaussée, tu ne sais pas pourquoi tu te pétrifies dans cette rue. La brise fraîche fait voler tes cheveux qui sont restés lâches. Trop furieuse, tu n'as même pas pris le temps de te recoiffer. A quoi dois tu ressembler sérieusement, avec une chemise trop grande pour toi, un visage rageur et des cheveux emmêler, ressemblant à une crinière de lion? Té. Elle est bien belle la soldate de la Garnison. La gorge sèche, tu regardes des villageois te dépasser, un air surpris sur le visage. Tu leur lances un regard noir et te remet en route, poings serrés. Il ne manquerait plus que tu craques dans la rue tiens. Tu refais quelques pas et finis par t'arrêter de nouveau, les yeux rivés sur tes chaussures. Tu as du mal a respirer. Finalement, les larmes te montent aux yeux contre ta volonté. Tu les essuies d'un geste rageur et essayes de reprendre une respiration normal. Peine perdue. Tu sens ton coeur se serrer douloureusement dans ta poitrine, tu as les nerfs à vif, de nouveau. Mais qu'est-ce qu'il t'a pris nom de Dieu ? Qu'est ce que tu es allée foutre, à batifoler avec un inconnu. " Putain de merde... " Tu essuies tes yeux, passes tes mains sur ton visage. Tu te sens seule, perdue, abattue. Et maintenant? Oui maintenant que fais tu?

Tu entends des voix. Cette voix. Celle que tu as entendue durant la nuit, celle qui t'a donné la chair de poule, celle qui t'a fait monter au septième ciel juste pour un soir. Tu grinces des dents, essuies les dernières larmes et te retournes. Tu plisses les yeux, d'abord surprise. Il est... Torse nu. Avec juste sa veste. Cela te ferait presque rougir de revoir ses pectoraux... Mais là tu es encore trop énervée pour ça. Tu t'apprêtes à lui balancer une nouvelle réplique cinglante, mais avant que tu n'aies le temps de prononcer le moindre mot, le voilà qu'il t'attrape par le bras et t'emmènes dans une petite ruelle avoisinante, à l'abri des regards. " Mais lâche moi ! " Bredouilles tu en essayant vainement de te détacher de sa poigne de fer. Il t'emmène et finis par se retourner face à toi, lâchant ton bras. " Mais ça va p... " Dis tu en commençant à te masser le bras. Il te coupe, d'un ton sec et cassant.

" Ecoute, je m'excuse pour ce qu'il s'est passé, je ne comptais pas en arriver là. Je voulais juste redonner le sourire à quelqu'un qui n'avait pas du en esquisser un seul depuis un moment. Tu sembles avoir perdu quelqu'un de cher, mais pose toi une question : est-ce que cette personne voudrait que tu passes ton temps a te morfondre comme ça des jours durant? A te soûler jusqu'au comas éthylique? Est-ce qu'il serait fier du spectacle que tu offres? Laisse sortir ta peine un coup et ressaisis toi. Maintenant déteste moi ou non, mais réfléchis à ça c'est tout ce que je te demande. " Tu ouvres et refermes la bouche plusieurs fois d'affiler. Il te sort encore son baratin, ça commence sérieusement à te gonfler. " Tu t'excuses? Tu ne comptais pas en arriver là? " Tu ouvres de grands yeux et fermes les poings. Tu sens la colère monter en toi. Elle est telle que tu as l'impression d'être entièrement figée, ton coeur cogne fort dans ta poitrine. " Tu ne comptais pas en arriver... Là? " Ta voix vibre, tu ne réussis plus à te contrôler. " Pourquoi t'es venu me voir alors? Pourquoi tu m'as pas laissée dans mon coin ? " Tu te mets à hausser la voix, à partir dans les aigus. " Je. Voulais. Rester. Seule. " Dis tu en martelant son torse de tes poings, rythmant tes paroles. " SEULE ! " Tu donnes un dernier coup de poing et te retourne pour ne pas qu'il voit tes larmes, prête à repartir dans la rue. Mais finalement tu n'en as pas finis. Alors tu fais de nouveaux volte face. " Y'a personne qui comprend ce fichu mot dans ce bled? " Tu fais de grands gestes des bras, tu lève les yeux au ciel et bas du pied sur les pavés. Tu es rarement énervé. Rarement tu montres ta colère. Habituellement tu es un petit soleil, oui un petit soleil qui rayonne et donne du bonheur à tout le monde. Mais depuis que Casey est parti, tu n'as plus la foie. C'est si dur...

" Je... " Tu shootes dans un caillou, remplie de rage. Les larmes commencent à couler et tu ne réussis pas à les retenir. Qu'est-ce que tu n'aimes pas ça... Tu es si faible... Ce n'est pas toi ça. " J'ai pas besoin de ton aide ! " Ça y est, t'as finis de frapper et de cogner partout, du coup tu te sens lasse. Si lasse. Les larmes continues de rouler, tu ne regardes plus Hayden. Tu ne sais plus trop quoi faire, et ce mal de crâne qui revient... Tu finis par t'assoir dans la rue, et tu te prends la tête entre les mains. " Parle pas de lui. Tu le connaissais pas... " Tu essuies tes yeux et regardes devant toi le mur de pierre d'un air absent. Tu as honte d'un coup. Pour sur qu'il a raison. Casey n'aurait pas aimer que son soleil se ternisse... " Jlui ferai honte... " C'est un fait. Il n'aurait jamais aimé te voir dans cet état. " Mais je sais pas quoi faire... Je me sens toute seule... Et j'ai l'impression de ne plus avoir de but... "
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 13 Sep - 18:00
Invité
Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit
Ft. Astrid Eïvinnd
Je reste stoïque pendant qu'Astrid encaisse mes paroles, et je sens bien que ça a fait mouche. Elle commence avant tout par me crier dessus. Attirant quelques badauds que je fais fuir d'un regard noir et d'un geste de la main. Mais elle ne semble pas les avoir vu ou les ignore totalement, trop focalisée sur moi. En revanche je ne prend pas la peine de répondre a toutes ces questions qu'elles me pose, car de toute façon beaucoup n'ont pas de réponses, juste un coup bien senti en récompense. Quoique au final la voila qui me martèle de coups, elle cogne dur mine de rien, mais je reste debout et encaisse en grimaçant, sans néanmoins l’empêcher de continuer a me donner des coups. Elle a besoin de se défouler, et je suis le meilleur punching-ball possible.

Puis elle finis par craquer, ses coups se font moins forts, heureusement au passage je commence vraiment à avoir mal, jusqu'à ne plus quitter ma poitrine, en suspension. Elle me regarde droit dans les yeux, en larmes. Elle finit par s’asseoir, complètement vidée de toute énergie. Mais elle semble enfin prendre conscience de son état. Ses dernières paroles le prouvent. Je soupire un coup avant de m'installer à côté d'elle. Je grogne un peu de douleur, entre mon arcade sourcilière et mon torse j'ai l'impression d'être en miettes, plus la gueule de bois.

Je ne peux pas te répondre, c'est à toi de retrouver ton but, moi je me contente de te donner conscience de tout ça. Mais si je peux te donner un conseil, l'idée de la taverne est bonne , mais faut y aller avec l'envie de discuter avec les gens, pour sourire, rire, faire des connaissances, hum ... en évitant de trop boire aussi, mais ça ne suffira pas totalement. Je ne sais pas quoi faire de plus, mais si jamais tu as besoin d'aide je suis prêt à te la fournir, mais pour le moment je vais te laisser, tu m'as littéralement mis en pièces j'ai l'impression qu'un titan m'a roulé dessus. Oh ta chemise tiens.

La dessus, lui donnant sa chemise et oubliant la mienne d'ailleurs, je me lève et commence à rentrer vers la maison que je n'ai pas du fermer à clef pour panser mes blessures.
(c) Clary
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Seven Iceveins
« wings of freedom »
+ MESSAGES : 1241
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Sep - 23:00

Sans lumière, j'ai peur de tomber au cœur de la nuit.
Hayden & Astrid



Je ne suis plus rien, rien qu'un cœur blessé. Rien qu'un soldat, qui a livré son ultime combat.

Il ne dit rien. Ne bronche pas. Pas même lorsque tu commences à le frapper de toutes tes forces. Et pourtant Dieu sait que tu ne retiens pas tes coups. Tu laisses ressortir toute ta rage, toute la rancune, toute la tristesse qui t'assaille depuis la mort Casey. Et c'est lui qui prend tout pour son grade. Le pauvre. Il ne t'a pratiquement rien fait fait. Enfin, façon de parler. Il a profité de toi quand même, c'est pas rien. Du coup tu lui en veux encore plus. Et tu t'en veux aussi, de lui avoir céder. D'avoir céder à la tentation alors que Casey n'est plus de ce monde que depuis quelques mois... C'est étrange néanmoins, la manière dont la tristesse se manifeste. Tu picoles pour oublier, pour ne pas avoir mal. En récompense tu finis bel et bien par tout oublier le temps d'une nuit passée entre des draps inconnus, tu finis même par éprouver du plaisir. Mais le lendemain, lorsque tout t'assailles à nouveau, rien ne va plus. C'est un coup à se frapper le crâne contre un mur ça, en espérant se remettre les idées en place. Parce que là tes idées, on ne peut pas dire qu'elles soient très folichonnes et judicieuses. T'as même l'impression que ton cerveau s'est complètement mis en pause et que seul ton coeur parle, meurtri. Pourtant t'as jamais été vraiment du genre à te plaindre...

Du coup, alors que tu fais pitié, assise la main dans la tête sur ton petit morceau de trottoir, tu l'entends souffler doucement. Tu ne prends pas la peine de lui jeter un oeil. Tu n'as pas trop envie de la connaitre sa réaction. Tu viens de le frapper, tu es d'ailleurs surprise qu'il ne t'aie pas arrêter en court de route. Pourtant tu as bien dû lui faire mal. Mais il n'a rien dit... Et le voilà qu'il s'assoit à côté de toi en prime ! Tu gardes la tête baissée. Tu n'as pas envie d'affronter son regard, pas encore. Toi qui faisais ta fière et ta forte il n'y a pas moins de cinq minutes, voilà que te viens l'envie de devenir une petite souris, afin de te couler dans un minuscule trou. Tu espères secrètement qu'il ne diras rien. Qu'il s'assoie tout simplement parce qu'il a mal, parce que oui, tu as entendu ses petits grognements de douleur lorsqu'il s'est baissé, t'es pas sourde. Peut-être qu'il va s'allonger là cinq minutes et réfléchir un peu... Et s'endormir pourquoi pas, parce que t'as du le réveiller en fait en gueulant comme une pucelle. Mais finalement, manque de pot, il finit par prendre la parole.

" Je ne peux pas te répondre, c'est à toi de retrouver ton but, moi je me contente de te donner conscience de tout ça. Mais si je peux te donner un conseil, l'idée de la taverne est bonne , mais faut y aller avec l'envie de discuter avec les gens, pour sourire, rire, faire des connaissances, hum ... en évitant de trop boire aussi, mais ça ne suffira pas totalement. Je ne sais pas quoi faire de plus, mais si jamais tu as besoin d'aide je suis prêt à te la fournir, mais pour le moment je vais te laisser, tu m'as littéralement mis en pièces j'ai l'impression qu'un titan m'a roulé dessus. Oh ta chemise tiens. "

Et tandis que tu relèves la tête à la fin de sa tirade, le voilà qu'il te fou ta chemise entre les mains sans que t'es le temps de dire quoi que ce soit. Pendant un moment silencieuse, tu le regarde s'éloigner doucement, les yeux équarquillés. " Merci... " Murmures-tu, surprise. Bah ça. Tu t'y attendais pas. Tu t'attendais à ce qu'il... Nan en fait. Tu sais pas à quoi tu t'attendais, mais tu ne pensais pas qu'il aurait réagi de cette manière. Surtout après ce que tu lui as fait. Tu lui as quand même péter l'arcade sourcilière... Et après tu lui as donné quelques coups de poings... Quelques.... Ouais. Beaucoup même. Tu soupires et entreprend de remettre la chemise en place pour bien la plier tout en te disant qu'il a raison ce bougre. Te faire prendre conscience... Té. Se saoûler ça n'avait pas été la meilleure chose à faire, surtout avec ce qui en avait découlé... La prochaine fois t'y réfléchiras à deux fois. Si il y a une prochaine fois. Pis si c'est ça tu... Tu fronces les sourcils. Mais qu'est ce que...

" Eh ! " Lui cries-tu en te remettant debout. " T'as craqué ma chemise CONNARD ! "

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» [CONSEILS] Faire des photos sans lumière naturelle.
» Dois-je avoir peur de tomber sur des documents illégaux ?
» Le Marchombre et la Peur
» Serpentin de lumière
» Super Héros Marvel - 1 - Spiderman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Abandonnés
-
Sauter vers: