AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

raven + welcome home

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Mer 22 Juil - 19:27
Invité
 
welcome home × ft. raven



Ca fait à peine trois jours que les événements de Karanes ont eus lieu. Trois jours où tu as été overbooké par l’aide à la reconstruction du district. Tu avais vérifié que tout le monde allait bien dans ton entourage, que Hartmann allait s’en remettre mais aussi que sa famille allait bien. Tu avais vu Raven également, elle ne t’a surement pas vu puisqu’elle était en plein bordel avec la fissure à consolider mais elle semblait aller bien alors tu n’avais pas pris le temps d’aller lui faire un câlin. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, tu n’es pas du genre à aller la taquiner devant tout le monde, surtout que tu es caporal et donc son supérieur, elle n’aurait rien pu dire de méchant devant les autres. T’aimes bien taquiner ta cousine mais tu n’aimes pas en faire trop. Alors tu avais passé ton chemin pour aider ailleurs. Pourtant, vu les événements ton équipe et toi aviez eu le droit à du repos mais tu ne veux pas, rester chez toi a déprimer comme un idiot.

Cependant aujourd’hui, c’était beaucoup plus calme et tu n’as pas besoin de retourner au mur. Alors tu restes chez toi, tu serais bien allé voir Tigern mais elle doit reprendre le boulot de son coté et c’est un peu difficile de vous voir en pleine journée. Parce que tu lui a demandé de ne rien dire, parce que tu lui as demandé de garder votre relation secrète pour le début. Pourtant au fond, tu aimerais pouvoir le hurler sur tous les toits mais c’est encore un peu compliquer entre vous. Vous ne savez toujours pas ce qu’il y a vraiment, vous n’avez pas encore mis de nom sur vos sentiments, mais vous êtes sur de ce que vous voulez, être là l’un pour l’autre et profiter de ces instants ensembles. Alors tu restes chez toi comme un idiot et tu nettoies ton équipement comme il se doit.

Finalement, tu entends quelqu’un frapper à la porte et tu n’as pas le temps d’hurler un « entrez » que la porte s’ouvre déjà. Tu prends une petite moue et tu poses tes lames soigneusement sur la table avant te lever pour aller voir qui est là. Tu es surpris quand tu vois Raven là, debout avec un air dépité. « Raven ? Mais qu’est-ce qu’il y a ? » Tu t’approches et tu l’as prends dans tes bras, tu n’aimes pas voir cette petite moue triste. Tu l'amènes doucement à la cuisine pour qu'elle s'installe et tu vas faire bouillir de l'eau pour lui servir un thé.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 23 Juil - 0:20
Invité

Aiji & Raven
    I'm coming home...


Trois jours. Trois jours horribles où Raven n'avait pas eu une minute à elle. Trois jours qui lui avait permis de ne pas pensé à sa maison. Parce qu'elle le savait, sa maison n'existait plus. Elle était dans le quartier de la ville qui avait tout simplement exposé. Il ne restait que des pans de murs par ci par là. Elle n'avait même pas osé aller chez elle. Coup de chance, la garnison était si occupée, qu'on leur avait dressé à tous des lits des camps pour être opérationnel dès le réveil. Mais voilà, à un moment ou à un autre, il allait bien falloir que Raven affronte la réalité. C'était à la fin de cette troisième journée qu'elle l'avait finalement fait. Elle avait repoussé tout ceux qui c'était proposé pour l'y accompagné, préférant le faire seule. Une petite voix lui disait qu'elle devait le faire seule. Mais une fois planté devant sa maison -ou du moins, devant l'endroit où aurait du être sa maison- elle resta là, incapable de bouger ou du moindre mouvement. Elle ne laissa filtrer aucune larme, bien que son visage était déformée par la tristesse et la douleur. Après de longues minutes, elle avait fini par s'avancer au milieu des décombres. Elle n'avait pas la moindre idée de si elle allait pouvoir récupérer des vêtements ou ne serait-ce qu'un petit objet. Il allait falloir bouger les gravats pour ça et seule, elle n'y arriverait pas. Pour le moment elle allait devoir faire avec ce qu'elle avait sur le dos. C'est à dire son uniforme et son équipement. Qui aurait bien besoin de reposer dans une bassine dos pour un long moment. Mais finalement, elle se fichait pas mal de ce genre d'objet. Non, le plus douloureux, c'était qu'elle risquait de perdre tout ce qui lui restait de ses parents. Les photos, les lettres … toutes ses petites choses qui enfant lui avait permis de connaître un peu son père et toutes ses autres choses qui lui rappelait sa mère maintenant.

Finalement, quand la vision de ce qui restait de sa maison d'enfance devient trop lourde à supporter, elle quittait les lieux, pratiquement en courant. Elle sait directement où elle va aller. Elle ne va pas aller se réfugier chez Lightwood, même si elle peut de moins en moins nier les sentiments qu'elle éprouve pour lui, ni aller se réfugier auprès de sa partenaire Dylan. Non, elle a besoin de trouver quelqu'un qui comprendra parfaitement sa douleur parce que lui aussi, il a de précieux souvenir dans cette maison. Pour le moment, elle veut juste quelqu'un de prêt à l'écouter, à lui prêter son épaule si elle veut craquer et pleurer. Et elle sait que la personne la plus a même de la consoler à cet instant, c'est son cousin. La seule famille qui lui restait en un sens. Si, il y avait bien son oncle, le père d'Aiji mais Raven n'était même plus capable de se souvenir de la dernière fois qu'elle l'avait vu et ne se souvenait même pas d'avoir eu une véritable conversation avec lui. Mais c'est dans sa maison qu'Aiji vit et c'est là qu'elle s'arrête, essouffler par sa petite course. Elle s'arrête un instant, reprenant son souffle. Mais la magie de ce lieu familier semble déjà l'atteindre alors que les larmes qui ne coulent pas depuis tout alors semblent arriver à la surface. Elle frappe finalement à la porte, mais comme à son habitude, elle n'attend pas qu'on lui dise d'entrer, elle l'ouvre d'elle même et son regard tombe instantanément sur son cousin. A l'expression qu'il a, elle sait qu'elle doit offrir une mine bien triste, mais avec lui elle n'a pas besoin de jouer la forte. « Raven ? Mais qu’est-ce qu’il y a ? » Et elle est alors dans ses bras et cela fait déjà un bien fou. Pourtant, elle ne répond toujours pas et ce laisse guider jusque dans la cuisine. Elle se laisse tomber subitement sur une chaise, comme si ses jambes ne pouvaient brusquement plus la porter. Elle fixe Aiji pendant qu'il met de l'eau à bouillir pour préparer du thé. Le réflexe de tout le monde quand on reçoit une personne déprimée... Quand il se tourne de nouveau vers elle, elle ose enfin ouvrir la bouche, même si sa voix lui paraît faible et chevrotante. « Ma maison... » Elle déglutit douloureusement. Ce qu'il est difficile de le dire finalement. Un coin de sa tête lui dit qu'elle est bien stupide d'être aussi déprimée pour une maison. Elle est envie après tout, et tout les gens qu'elle aime aussi, elle s'en est assuré.  Mais cette maison n'était plus juste un endroit où elle dormait, c'était son foyer. Si un jour elle devait avoir des enfants, elle aurait voulu les élever là, même si elle n'était pas sure qu'être mère soit vraiment un rôle pour elle. Elle se rendait compte maintenant qu'elle avait mis beaucoup de sentiments entre ses quatre murs. Et finalement, elle avait l'impression de perdre un autre membre de la famille, ou presque. « Elle n'existe plus. » Dit-elle finalement, alors que les larmes s'écoulent enfin sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 23 Juil - 11:04
Invité
welcome home × ft. raven



Tu mets sur le feu la bouilloire d’eau que tu veux faire chauffer afin de lui servir un thé bien chaud. Tu ne sais pas trop pourquoi tu fais ça mais étrangement, tu trouves que ca réconforte toujours d’avoir quelques choses à boire qui vous réchauffe. Tu reviens alors vers elle et c’est là qu’elle te répond avec sa petite voix triste. « Ma maison... » Ho non ! Tu viens de comprendre, tu as bien pris la peine de voir si elle allait bien mais tu n’as pas pensé une seconde à l’état de sa maison. Tu t’approches alors et tu t’agenouilles en face d’elle. « Elle n'existe plus. » Elle confirme tes craintes et tu ne peux t’empêcher de sentir ton cœur se serrer quand tu vois ses larmes. Tu attrapes ta cousine par les épaules et tu l’approches doucement de toi pour la serrer doucement. Tu peux comprendre ce qu’elle ressent, si cette maison devait un jour être détruit tu serais surement dans le même état. Tu as tous tes souvenirs avec ta mère ici et les derniers. Ta mère a vécu là, et quand elle était encore parmi vous, c’est dans cette maison que vous étiez heureux avec ton père. Aujourd’hui cette maison est vide et froide, mais c’est la tienne est tu ne veux pas la perdre. Tu viens apporter ta main dans ses cheveux et tu tentes de la rassurer au maximum. Tu comprends aussi qu’elle n’a plus d’endroit ou vivre, ou dormir. Elle se retrouve toute seule et dehors en plus de cela et tu ne laisseras évidement pas faire ça.

Tu embrasses les cheveux de ta cousine et tu te lèves pour stopper le feu et servir la tasse de thé que tu déposes devant la demoiselle. Tu reviens face à elle et tu t’agenouilles une fois encore pour être à sa hauteur. Tu lui souris doucement, tu tentes d’être rassurant mais bon, tu sais qu’elle va pleurer encore un peu. « Hey, je préfère que ce soit la maison qui soit détruite plutôt que toi qui sois blessé ! je sais que tu y tenais, que c’était la maison de ton enfance mais, Raven, je préfère de loin perdre la maison, que de te perdre toi. » Tu embrasses de nouveaux ses cheveux et tu lui souris en séchant ses larmes de ton pouce. Tu te doutes bien qu’elle ne te laissera pas faire pour le reste, qu’elle va prétendre ne pas vouloir mais tu ne peux pas laisser le peu de famille qu’il te reste dans un problème pareil. « Et puis, je suis là, donc tu viens ici, tu peux pas refuser et comme ça je me sentirais un peu moins seul puisque mon père ne rentre que rarement. » Tu te demande s’il n’a pas une autre vie ailleurs où s’il s’acharne vraiment au boulot mais peu importe, tu ne veux pas savoir et tu ne veux pas discuter de cela dans un moment pareil. Tu lui souris un peu plus et tu t’éloignes un peu pour la laisser boire son thé si elle le désir. « Excuse moi, j’ai vérifié que tu allais bien mais je n’ai pas pensé à voir ta maison, si j’avais su, j’aurais prévu ton arrivé. » Parce que oui, tu culpabilise une fois encore pour un truc dont tu ne pouvais rien faire. C’est visiblement une habitude chez toi que les gens de sexe féminin ont l’habitude de voir.

code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 24 Juil - 0:42
Invité

Aiji & Raven
    I'm coming home...


L'horreur de la situation frappe petit à petit Raven, alors qu'elle se rend compte de tout ce que cela implique. Elle n'a plus de chez elle. Elle n'a plus ce lieu privilégiée que tout le monde à. Ce lieu où on peut être soi-même -bien que ce n'est jamais été un problème pour elle- , où on est en sécurité, à sa place. Si elle n'était pas assise, sûrement qu'elle se serait effondrée. Quoique même là, sur cette chaise, elle sent bien que c'est les bras d'Aiji qui la maintienne dessus. A croire que ses os se sont ramollis et qu'ils ne peuvent plus la tenir. Pourtant quand il la lâche pour servir le thé, elle ne tombe pas au sol. A croire que c'est son cerveau qui a cette impression en réalité. Qui lui donne cette impression de se détacher de son propre corps. Elle regarde d'un œil morne la tasse qu'Aiji lui pose devant elle, sans même esquisser un geste pour l'attraper. Puis il s'agenouille devant elle à nouveau. Il lui sourit. Un sourire qui lui donnait toujours la pêche à elle en temps normal, mais pas cette fois-ci. « Hey, je préfère que ce soit la maison qui soit détruite plutôt que toi qui sois blessé ! je sais que tu y tenais, que c’était la maison de ton enfance mais, Raven, je préfère de loin perdre la maison, que de te perdre toi. » Elle sait bien qu'il a raison. Dans la situation inverse, elle aurait sûrement dit la même chose. Et c'est aussi ce que lui dit cette petite voix encore douée de raison dans sa tête. Elle lui dit qu'elle devrait relativiser. De se rappeler qu'elle est surtout en vie. Même pas véritablement blessé, juste des égratignures -ou presque-. Elle arrive au moins à arrêter de pleurer. Les larmes que son cousin essuie sont les dernières qu'elle verse. Mais l'abattement est toujours là. « Et puis, je suis là, donc tu viens ici, tu peux pas refuser et comme ça je me sentirais un peu moins seul puisque mon père ne rentre que rarement. » Elle ouvre la bouche, prête à refuser, comme par habitude. Avant de se raviser. Où pourrait-elle bien aller ? Chez Dylan ? Ou pire, chez Lightwood ? Si dans ses instants là, elle n'était pas capable d'accepter l'aide de sa famille, de qui pourrait-elle l'accepter ? Même si elle n'était pas sure de trouver des vêtements dans cette maison-ci. Elle savait que ce serait la seule main tendue qu'elle allait accepter. « Merci. » Murmura-t-elle alors. Parce qu'il lui semble bien que c'est la seule chose qu'elle peut vraiment dire maintenant. Mais elle ferait tout son possible pour rendre ce service à son cousin -et à son oncle même s'il n'était pas là-. Elle s'occuperait des corvées de la maison, de la cuisine. Elle avait appris à tenir une maison toute seule, même si souvent la sienne était au final laissé à l'abandon. Aiji s'éloigne finalement, et elle attrape alors sa tasse de thé. La chaleur entre ses mains fait finalement du bien. Elle n'avait pas eu conscience d'avoir les mains si froides. « Excuse moi, j’ai vérifié que tu allais bien mais je n’ai pas pensé à voir ta maison, si j’avais su, j’aurais prévu ton arrivé. » Elle lève les yeux au ciel. C'était bien son cousin de culpabilisé pour n'importe quoi. « Dis pas de bêtise. T'avais bien d'autres chats à fouetter je suis sure. » Elle-même n'avait pas eu le temps plus tôt d'y aller, alors lui... Comme s'il allait penser à cette vieille maison en plus. Il n'avait aucune responsabilité envers elle. Elle porta finalement son thé à ses lèvres. C'était bouillant, mais il l'ignora, buvant tout de même une gorgée, se brûlant la langue au passage. « Je.. Tu voudras bien m'aider à déblayer un peu ? Voir si j'arrive récupérer quelques trucs. » Et voilà qu'elle avait envie de pleurer de nouveau. En réalité, les seuls choses qu'elle voulait vraiment récupérer, c'était des souvenirs de ses parents. Le reste pouvait brûler. Sans maison, à quoi bon de toute manière. Elle prit un profonde inspiration avant de tenter de prendre un ton léger. « C'est l'occasion de refaire entièrement ma garde-robe, hein ? » La plaisanterie tombe vite à plat lorsqu'un larme solitaire glisse sur sa joue. Elle l'écrase bien vite de sa paume.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 24 Juil - 1:30
Invité
welcome home × ft. raven



« Merci. » Elle n’a pas besoin de te remercier, tu es sa famille, son cousin. Cet idiot de cousin qui lui a dit comment on faisait les bébés, cet idiot de cousin qu’elle a vu nu parce qu’il ne fait pas attention à ce qu’il fait, cet idiot de cousin qu’elle a vu brisé en mille morceau et qu’elle a su faire bouger un peu, cet idiot de cousin capable de soulever une montagne pour sa famille. Alors elle n’a pas besoin de te remercier pour cela, elle n’a qu’à demander de l’aide et tu accours, que ce soit des titans, des garçons ou simplement les catastrophes que la vie vous met sur le chemin. Finalement c’est toi qui t’excuse, de ne pas avoir fait attention à l’état de sa maison avant ce soir. « Dis pas de bêtise. T'avais bien d'autres chats à fouetter je suis sure. » C’est vrai que tu avais pas mal de chose à faire. Il fallait que tu voies Hartmann et Ainsley, il fallait que tu parles à Tigern de la nuit, chaste, que vous avez passée ensemble, de ces baisers et de ce que vous vouliez. Il fallait que tu ailles voir le mur et aider au mieux avec ton équipement tridimensionnel, il fallait aussi que tu te reposes, juste un peu. Tu as veillé à prendre des nouvelles de tout le monde, mais pas des maisons. Mais tu es au moins présent pour elle maintenant, et c’est là qu’elle a le plus besoin de toi.

« Je.. Tu voudras bien m'aider à déblayer un peu ? Voir si j'arrive récupérer quelques trucs. » Elle pourrait te demander de décrocher une étoile que tu tenterais de le faire juste pour qu’elle puisse sourire de nouveau et qu’elle se sente en sécurité. Un chez-soi, c’est un monde à part, un endroit ou on se sent libre de faire ce que bon vous semble, libre de parler ou de chanter, de danser ou de faire des bêtises. C’est un endroit où on se sent en sécurité et où aucune peur ne prend le dessus alors tu veux pouvoir lui offrir un nouveau chez elle, chez toi. Vous serez colocataire, avec ton père tellement absent, vous ne remarquerez même pas son absence, toi, tu ne l’as remarque plus de toute façon. Parfois tu te demande s’il n’a pas une vie ailleurs, avec une nouvelle femme, d’autres enfants. Tu ne peux même pas dire que ce serait son style parce qu’au fond, tu ne le connais pas. Tu as grandi tout seul dans cette maison, avec Ezéchiel et Raven te rendant visite. Au fond, les parents Mahon t’ont élevé bien plus que ton propre père. « Tout ce que tu voudras, je te laisserais pas faire ça toute seule. J’ai une semaine de repos, profites donc de ma présence. » Tu tentes de faire un peu d’humour mais c’est raté, pourtant tu ne perds pas ton sourire, parce qu’on ne sait jamais il pourrait être communicatif.

« C'est l'occasion de refaire entièrement ma garde-robe, hein ? » Tu prends une petite moue parce que tu vois bien vite qu’elle-même ne croit pas une seconde à sa propre plaisanterie et qu’une pauvre larme roule sur sa joue à ce moment là. Tu approches alors de nouveau vers elle et tu t’agenouilles devant ta cousine, tu passes une main sur sa joue et tu effaces cette maudite larme. Tu tente de la réconforter mais tu sais très bien que ce ne sera pas aussi facile que cela. Elle vient de perdre sa maison et à sa place, tu serais aussi déprimer. Finalement, quelque chose te vient à l’esprit et tu reprends un doux sourire pour l’unique famille qu’il te reste vraiment. « Je vais demander à Tigern si elle n’a pas quelque affaire pour te dépanner. Tu sais, la petite sœur d’Ezéchiel. » Elles ont à peu près le même gabarie donc ça devrait aller pour trouver des fringues, au moins une tenue ou deux pour qu’elle puisse se changer. Tu lui en parleras dès que tu pourras la voir. Comme vous cachez votre relation naissance au reste du monde, tu ne peux la voir aussi facilement alors vous avez pris l’habitude de vous voir lors de vos promenades nocturnes. Pour le moment personne ne capte mais tu sais bien qu’il faudra bien trouver une solution à tout cela pourtant, tu n’es pas encore prêt à vivre une relation sentimentale au grand jour. Mais bref, le souci n’est pas là. Tu espères que ta cousine se sent un peu mieux, même si tu en doute mais tu veux qu’elle sache que tu es là pour elle autant qu’elle est là pour toi quand tu ne vas pas bien.

« Tu prendra ma chambre ce soir, le temps que je prépare quelques choses, je prendrais la chambre de mon père. Comme il ne rentre que rarement, ça ne devrait pas poser de problème et au pire, j’lui dirais qu’il n’a pas le choix. » Parce que oui, état fils unique, cette petite maison n’abrite que deux chambres, ce n’est pas une grande maison et tes parents n’ont jamais cherché à changer. Ensuite ta mère est morte alors il n’y avait plus de raison, tu ne risquais pas de devenir grand frère. Tu réfléchis un instant.. Non c'est bon, à par quelques trucs qui sont mal rangé, ta chambre est propre et il n'y a aucune fringue qui squatte le sol. ouf.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 24 Juil - 10:21
Invité

Aiji & Raven
    I'm coming home...


Raven a conscience qu'il va falloir qu'elle se ressaisisse. A un moment ou à un autre. Mais elle ne s'en sent pas la force pour le moment. Surtout devant son cousin. Après tout, elle sait qu'il ne va jamais profiter de cet instant de faiblesse. Tout comme il ne va jamais se moquer d'elle. Elle sait qu'elle est en sécurité auprès de lui et qu'elle peut tout lui demander. Il est la seul personne à qui elle ose demander de l'aide. Pourtant, elle a conscience qu'ils risquaient d'avoir besoin de plus de mains pour bouger les gravats de sa maison. « Tout ce que tu voudras, je te laisserais pas faire ça toute seule. J’ai une semaine de repos, profites donc de ma présence. » Elle remarque bien la tentative d'humour, mais elle semble tombée aussi mal que la sienne sur sa garde-robe. Elle a tout de même un sourire. Plus un sourire reconnaissant qu'amusée mais bon, elle montre au moins qu'elle apprécie, malgré sa mine déconfite. Demain matin, elle irait mieux, il fallait qu'elle s'en persuade. Sinon, elle n'allait tout simplement pas réussir à avancer. Par exemple, commencer en pensant à ce qu'elle allait pouvoir se mettre sur le dos. Dans cette maison, il n'y avait aucune femme à qui elle pourrait emprunter des vêtements. Sauf s'il restait des affaires de sa tante, mais même alors, elle ne se sentait pas de porter des choses lui ayant appartenu. « Je vais demander à Tigern si elle n’a pas quelque affaire pour te dépanner. Tu sais, la petite sœur d’Ezéchiel. » Elle baisse les yeux vers lui, alors qu'il s'est à nouveau agenouillé devant elle pour l'aider à chasser cette larme fugitive. Elle se souvenait avoir déjà rencontré Tigern, mais c'était bien la seule chose qu'elle pouvait dire. Mais si elle lui prêtait des vêtements, il était temps que Raven la connaisse davantage. Mais elle devait avouer, que c'était assez gênant pour elle de demander à une inconnue de l'habiller. « Tu es sure que ça ne la dérangera pas ? J'ai pas envie de profiter de tout le monde. » Mais encore une fois, elle n'était pas en position de refuser une main tendue. « Tu aurais quand même un truc à me prêter tout de suite ? J'en peux plus de porter cette uniforme. » Sa voix lui paraît si faible, elle se reconnaît à peine. Où est passée cette fille qui parlait trop et trop fort. Il fallait croire que la perte de sa maison avait réussir à la faire taire. Pour un temps du moins. Enfin, cela la aussi rendu un peu plus aveugle, puisqu'elle ne se rend même pas compte de l'intonation particulière qu'il met en prononçant le prénom de Tigern.

« Tu prendra ma chambre ce soir, le temps que je prépare quelques choses, je prendrais la chambre de mon père. Comme il ne rentre que rarement, ça ne devrait pas poser de problème et au pire, j’lui dirais qu’il n’a pas le choix. » Accepter de dormir ici était une chose, déloger Aiji et son père de leurs chambres respectives en était une autre. « Dis pas de bêtise, je vais pas te virer de ta chambre quand même. » Il y avait une limite à ce qu'elle était prête à accepter quand même. Oui, elle n'avait plus de toit sur la tête, mais quand même. « Tu sais, après avoir dormi dans l'horrible dortoir de la brigade d’entraînement, je devrais pouvoir dormir à peu près n'importe où. Tu n'as pas besoin de me ménager non plus. Et je voudrais pas que tonton ait envie de me virer parce qu'il n'a plus de lit en rentrant. » Finalement, elle devait retrouver un peu du poil de la bête pour réussir à dire tout ça, même si le ton n'était pas encore vraiment joyeux. Elle survivrait à ça, elle le savait. Un jour, cela allait faire partie de ses épreuves de la vie qui l'aura renforcé. Le tout était de réussir à avancer maintenant. A ne pas céder à l'abattement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ven 24 Juil - 22:05
Invité
welcome home × ft. raven



« Tu es sure que ça ne la dérangera pas ? J'ai pas envie de profiter de tout le monde. » Tu secoues la tête alors, comme si tu allais laisser la fille que tu considères comme ta petite sœur dans la merde. Tu n’es pas ce genre d’homme, tu n’es pas le genre de personne a laissé une personne dans le besoin et encore moins si elle fait partie de ta famille. Alors tu lui souris simplement pour le lui faire comprendre. « Tu aurais quand même un truc à me prêter tout de suite ? J'en peux plus de porter cette uniforme. » Tu prends une petite moue parce que tu réfléchis, dans tes fringues elle va surement flotter, elle n’est pas bien grande et pas bien grosse non plus alors forcement, pour elle un de tes t-shirt fera une robe parfaite. Il y a aussi quelques affaires de ta mère, que tu as été incapable de jeter, incapable de t’en séparer mais tu sais très bien que ta cousine n’osera jamais mettre les vêtements de ta défunte mère. En plus, c’est dans un carton depuis vingt-cinq ans donc ca ne doit pas être de la toute dernière fraicheur. « Oui, tu pourras te faire une robe avec un de mes t-shirts. » Tu tentes de la taquiner un peu mais tu sais bien que ça n’aura pas l’effet que tu souhaites mais tu tentes, au moins.

Finalement tu lui expliques que pour cette nuit, tu lui laisses ta chambre et qu’elle n’a pas vraiment le choix, que tu iras dormir dans le lit de ton père qui ne rentre pas souvent. Mais cette idée ne semble pas lui plaire du tout et elle le manifeste directement. « Dis pas de bêtise, je vais pas te virer de ta chambre quand même. » Rha les femmes, pourquoi elles ne peuvent ne pas simplement accepter l’aide sans toujours vouloir dire que c’est de trop ? C’est là que tu comprends que ta cousine est une femme et non plus une gamine. Tu secoues la tête un peu plus mais elle ne te laisse pas répondre puisqu’elle se justifie immédiatement. « Tu sais, après avoir dormi dans l'horrible dortoir de la brigade d’entraînement, je devrais pouvoir dormir à peu près n'importe où. Tu n'as pas besoin de me ménager non plus. Et je ne voudrais pas que tonton ait envie de me virer parce qu'il n'a plus de lit en rentrant. » Certes, les dortoirs du camp d’entrainement possèdes les pires matelas de l’univers mais ce n’est pas une raison pour la faire dormir sur le sol pour autant. Tu la regardes alors, avec une petite moue contrariée. Parce qu’il est juste hors de question que tu la laisses dormir n’ importe où alors que tu as un lit confortable et que tu peux aller dormir dans la chambre inhabitée de ton père. « Raven. Ne discute pas ! Tu prendras ma chambre juste ce soir, demain on t’aura aménagé un coin rien que pour toi. » Tu parles calmement et c’est même plutôt un ordre, elle ne va pas embêter le monde pour une nuit, et puis de toute façon tu pourrais même dormir dans le canapé s’il le faut. « Ecoutes, mon père ne rentres jamais à la maison, ou alors très rarement. Donc t’en fais pas, il ne verra même pas que j’ai squatté la chambre. » Et s’il rentre pour t’engueuler, tu ne te laisseras pas faire. Vous ne parlez jamais ensemble, depuis la mort de ta mère il ne passe pas de temps avec toi et tu as grandit sans un père à tes cotés, donc à trente pas, tu ne vas pas jouer les enfants sages, c’est hors de question.
code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 6 Aoû - 12:28
Invité

Aiji & Raven
    I'm coming home...


C'était facile de laisser Aiji s'occuper de tout. De se laisser porter. Raven aurait pu le laisser faire. C'était aussi facile que de se laisser couler dans un bain. Mais ce n'était pas vraiment son genre de laisser les autres s'occuper d'autres. Non, elle, elle se mêle des histoires des autres, mais ne laissent pas les autres le faire. Si elle accepte l'aide de son cousin c'est qu'elle n'a pas le choix, elle le sait. Ce n'est pas une fierté mal placé qui la fait réagir ainsi, c'est plus une peur de déranger les autres. D'en demander trop au risque de les voir partir. Elle n'a pas plus beaucoup de proches et elle ne voudrait surtout pas les perdre parce qu'elle leur en demande trop. Mais elle fini tout de même par demander à son cousin un t-shirt. Tout simplement parce qu'elle ne veut plus garder cette uniforme sale sur le dos. « Oui, tu pourras te faire une robe avec un de mes t-shirts. » Elle avait remarqué la tentative d'humour, mais le coin de ses lèvres sont incapables de remonter. Du moins pour le moment. Le sourire c'était pourtant sa marque de fabrique. Elle allait devoir tout faire pour le récupérer si elle ne voulait pas perdre elle-même. Puis Aiji continue à vouloir l'aider. Lui offrant son lit. Ce qu'elle refuse. Elle n'a pas envie de virer son cousin de sa chambre par dessus le marché. « Raven. Ne discute pas ! Tu prendras ma chambre juste ce soir, demain on t’aura aménagé un coin rien que pour toi. » Bien qu'il parlait calmement, le ton ne laissait souffrir aucun refus. Bien la première fois qu'elle le voyait ainsi, presque autoritaire. Il lui semblait qu'elle voyait le caporal en lui en cet instant, ce que son équipe devait voir au quotidien. « Ecoutes, mon père ne rentres jamais à la maison, ou alors très rarement. Donc t’en fais pas, il ne verra même pas que j’ai squatté la chambre. »  Elle prend une courte inspiration, avant de laisser l'air s'échapper doucement de ses poumons. Elle allait devoir encore apprendre à laisser couler, à s'appuyer sur les autres. Au moins c'était Aiji. Elle n'aurait sûrement jamais pu accepter toute cette aide de quelqu'un d'autres. « D'accord. » C'est tout ce qu'elle arrive à dire pour montrer qu'elle cède et qu'elle va le suivre. Elle pose finalement sa tasse de thé sur la table. Elle n'en a bu que la moitié, mais elle a l'impression qu'elle ne va pas réussir à le finir. Les conséquences de la perte de sa maison semble être de plus en plus visible. « M'en veux pas, mais je rêve que d'une chose là. Enfin deux. Une douche et dormir. » Se retrouver dans sa bulle aussi. Remettre ses idées au clair. Peut-être verser encore quelques larmes. Sans avoir à craindre que quelqu'un ne la surprenne. Pleurer lui ressemblait si peu. Elle avait pleurer sa mère certes, mais depuis, elle avait tout fait pour ne pas le refaire. Et voilà qu'elle le faisait pour sa maison. Mais il lui semblait que les larmes qu'elle avait versé auprès de son cousin, n'était pas encore suffisantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 15 Aoû - 18:42
Invité
welcome home × ft. raven


« D'accord. » Elle n’a pas le choix, elle le sait parfaitement et tu ne l’as laissera pas partir d’ici de toute façon, elle est maintenant obligée d’accepter l’aide que tu veux lui offrir, parce qu’elle est ta famille, ta cousine chérie, ta petite sœur. « M'en veux pas, mais je rêve que d'une chose là. Enfin deux. Une douche et dormir. » Tu prends une petite moue, tu ne sais pas trop quoi lui dire pour lui remonter le moral et tu te dis simplement que ce n’est pas possible. Tu n’imagines pas l’état dans lequel tu aurais pu être si tu avais été dans sa situation. Tu n’imagines pas une seconde pouvoir perdre cette maison, celle qui renferme tant de souvenir, les derniers instants avec ta défunte mère, les jours heureux passés en famille. Tout cela n’est pourtant que tu passé mais tu t’en moque, alors tu peux parfaitement comprendre le bouleversement de ta cousine, de ces souvenirs qu’elle pense anéanti, ces affaires auquel elle tient et qui pourrait n’être que matériel s’ils n’étaient pas remplit de souvenir, de pensées pour une personne qu’on a aimé. Alors tu ne peux que comprendre son besoin de solitude, de faire le point sur la situation et verser toutes les larmes de son corps. Tu te lèves alors et tu lui souris doucement, toujours avec ce coté fraternel que tu as depuis toujours envers elle et que sa mère n’aimait pas vraiment. Tu étais son cousin, juste un cousin mais il a fallut que tu sois très proche de ta cousine au point de lui raconter les secrets de la gente masculine et bien plus encore. Tu te souviens la tête de sa mère, assise sur une chaise de la cuisine en train d’épluché les pommes de terre alors que tu revenais avec sa petite princesse, et que tu lui avais expliqué comment les bébés étaient conçus. Ces souvenirs sont partis, dans cette maison, même s’ils restent dans vos mémoires, la maison, cette chaise, vous permettez parfois d’avoir un sourire en y repensant. « Vas, tu connais la maison. Si jamais tu a besoin d’aide, je suis là, tu peux compter sur moi. » Tu te lèves et tu lui montres le chemin, mais elle connait parfaitement le chemin jusqu’à ta chambre ou jusqu’à la salle d’eau, elle est déjà venue dormir chez toi étant petite, cette maison c’est un peu sa maison secondaire de vacances quand elle était toute petite. Tu lui souris, toi tu vas continuer a faire ta papepasse de caporal, parce que malgré la semaine de pause accordé à ton unité d’élite, parce oui faut avouer que vous etes trop balèze, tu as encore de quoi faire. Il faut que tu termine le rapport que l’événement de Karanes au festival et que tu notes tout, surtout pourquoi tu as foncé dans le tas sans attendre un ordre de supérieur. Mais bon, t’as juste fait ton job.

code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 16 Aoû - 14:45
Invité

Aiji & Raven
    I'm coming home...


C'était quand même rassurant d'être dans une maison que l'on connaît. Surtout dans une situation pareille. Oh ça ne suffisait pas pour qu'elle se sente entièrement mieux, mais au moins un peu. Elle était dans un endroit où elle se sentait chez elle, et c'était sûrement ce dont elle avait le plus besoin à cet instant. Être en sécurité, avec quelqu'un dont elle était sure de l'affection. Même si là, elle voulait se retrouver un peu dans sa bulle. « Vas, tu connais la maison. Si jamais tu a besoin d’aide, je suis là, tu peux compter sur moi. » « Je sais, merci. » Lui répondit-elle en se levant pour le suivre, alors qu'il la conduit vers la salle de bain. Elle n'avait pas vraiment besoin qu'on lui montre le chemin. Elle connaissait la maison par cœur. Mais elle pouvait comprendre qu'il reste jusqu'au bout avec elle. Elle aurait fait la même chose. Avec un sourire pour son cousin, elle s'engouffra dans la salle d'eau et referma la porte derrière elle.

L'eau chaude lui fit du bien. Beaucoup de bien. Comme si chacun de ses muscles en avaient besoin. Et ils se détendirent tous, petit à petit. Elle pleura, comme elle l'avait prévue. Elle laissa ses larmes partir avec l'eau dans l'évacuation, comme si elles n'avaient jamais existé. A la fin, elle se sent tout de même mieux. Du moins, plus fraiche. Et elle lance d'ailleurs un regard dégoutté à son uniforme qu'elle a laissé dans un coin. Non, elle ne veut pas le remettre. Le tas de vêtements au sol à surtout besoin de tremper un long -très long- moment dans une haut savonneuse. Encore un peu plus, et ils auraient pu tenir debout tout seuls. Seulement, son cousin semblait avoir oublié de lui apporter le t-shirt qu'il lui avait promis. Enroulée dans une grande serviette et une plus petite lui servant de turban autour de la tête, elle ouvre la porte pour y passer la tête. « Aiji ! » L'appelle t-elle. Mais pas de réponse. Il n'a pas dû l'entendre. Elle hésite un instant à sortir de là dans cette tenue, avant de se dire que c'était ridicule. C'était son cousin, bon sang. Au cours de sa vie, il l'avait vu dans des tenues pires, ne serait-ce que quand ils allaient se baigner. Et elle-même, avait pu voir tout ce qu'il y avait à voir chez lui. Un souvenir qu'elle préférait ne pas évoquée en général. Elle n'en avait parlé qu'à une seule personne en dehors de la famille, Dylan. Et elle savait son secret en sécurité avec elle. Elle rejoignit donc son cousin, pour le trouver perdu au milieu de sa paperasse. La boulot de caporal n'était jamais fini une fois à la maison, un quart d'instant, elle se demanda si Lightwood n'était pas en train de faire la même chose de son côté, avant de chasser son caporal de ses pensées. Ce n'était pas le moment de penser à lui. « Hey ! » Dit-elle pour s'annoncer en s'arrêtant au pas de la porte. « Tu pourrais me donner ce t-shirt robe que tu m'as promis ? » Passer le reste de la journée en serviettes ne lui disait pas grand chose. Le genre exhibitionniste très peu pour elle. Même si elle tentait de paraître naturelle, avec ses mains sur les hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [AIDE] Cookies Home Tab : problème Wallpaper étiré
» Question home cinema
» La Raven Guard arrive !
» Home cinéma de Manson
» conseils : mon premier ampli Home-Cinema

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Bien à l'abri des Titans !
 :: Corbeille :: Terminés
-
Sauter vers: