AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: 
Everybody Love Heroes
 :: Registres d'admission :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

EDWIGE ▬ Sans foi ni loi.

Invité
Invité
Lun 13 Juil - 17:11
Invité

Edwige Thorolf
Ft. Katheryn Winnick

Nom ▬ Thorolf. Un nom puissant signifiant le loup de Thor, guerrier. Un nom que tu es fière de porter, malgré les ennuies qu'il t'as apporté. C'est un nom qui est craint, redouté. Prénom ▬ Edwige. C'est doux, c'est mignon, c'est en total contradiction avec ton nom et ton caractère de merde. Tu ne l'aimes pas particulièrement, mais tu le gardes tout de même. Surnom ▬ Ed' , Vivi. On te surnomme aussi La Guêpe. Comme ce redoutable petit insecte qui tourne, vole rapidement, et pique, laissant derrière lui une douleur vive. Age et date de naissance ▬ En décembre de l'an 822. Tu ne sais pas quel jour, après tout les jours et les nuits se ressemblent dans les souterrains. Mais ça n'a pas d'importance. Tu as donc 28 ans. Lieu de naissance ▬ Dans les sombres souterrains, que peu d'habitants à la surface connaissent. Métier / Corps de l'armée ▬ Ancienne prostituée reconvertie en voleuse, trafiquante. Plus rarement, tueuse à gage. Ça ne paye pas de mine aux premiers abords, mais tu es fière de voir où tu en es arrivée après des années de galère. Statut social ▬ Moyen même si tu tends vers le pauvre. Orientation sexuelle ▬ Bisexuelle. Hommes ou femmes, peut importe, tu as déjà jouer avec les deux de toute manière, pas le choix lorsque tu es une prostituée... Situation ▬ Célibataire. Comme si tu allais t'emmerder d'un compagnon. Tu n'aimes pas que quelqu'un te traîne dans les pattes tout le temps Groupe ▬ Citoyenne.
Arrogante ∞ Ton passé a fait de toi quelqu'un de fier et de hautain. Tu ne supportais plus d'être traitée comme une moins que rien. Après avoir passée des années à subir les folies et à assouvir les fantasmes d'hommes et de femmes, tu as décidé de se reprendre en mains et de montrer ce que tu vaux. Aujourd'hui, tu es fière de tes capacités, que tu as acquise seule, dans ton coin. Autoritaire ∞ Tu détestes qu'on te tienne tête. Peut-être justement parce qu'avant c'était toi qui devais obéir. C'était toi qui devais courber l'échine et baisser les yeux. Tu ne supporte plus les ordres de qui que ce soit, hormis ceux de ta chef. Tu es prête à user de violence si jamais quelqu'un s'amuse à te faire tourner en bourrique. Cleptomane ∞ Ce n'est pas pour rien que tu es devenue voleuse aujourd'hui. Tu adores voler tout ce qui te passe sous le nez. Argent, bijoux, nourriture... Des choses dont tu n'as pas forcément besoin mais que tu aimes posséder. Pour oublier la misère dans laquelle tu vivais à tes débuts. Colérique ∞ Même si tu sais garder ton calme et être patiente lorsqu'il le faut, tu as un sale caractère. Tu te mets vite en colère, il n'en faut pas beaucoup pour te mettre en rogne et t'agacer. Mieux vaut ne pas être face à toi dans ces moments là car tu peux être une vraie peste. Pire encore, tu peux te mettre à frapper sur celui qui ose s'en prendre à toi. La violence, tu aimes ça. Cupide ∞ Tu es égoïste. Ce que tu prends aux autres pour ton plaisir, et ce que tu gagnes tu ne le donnerais à personne, pas même à un mendiant et encore moins à un enfant. Si ils veulent s'en sortir ils devront le faire par eu même, jamais tu ne les aideras. Cynique ∞ Insolente, blasée, sarcastique, tu n'aimes pas les règles préétablies. Tu défies, aimes prendre un petit air sournois, prendre les gens pour des cons. Lorsqu'on te parle de vertus et de morale tu leurs ris au nez. Tu te fiches complètement de blesser les gens. Et il en faut énormément pour que quelqu'un ai ton respect. Débauchée ∞ Petite prostituée faible et fragile, tu as changé de métier. Pour autant, tu te livres toujours aux joies des fêtes et des plaisirs en tout genre. Le passé te colle toujours à la peau, difficile de changer complètement de vie. Désordonnée ∞ La vie dans les souterrains n'est guère luxueuse. Tu as souvent été sale, tu as vécue dans des endroits misérables, minuscules. Le rangement c'est pas pour toi. C'est une perte de temps, tu n'as pas de place de toute façon. Efficace ∞ Discrète, lorsque tu as une idée derrière la tête, tu travailles dur et patiemment pour arriver à tes fins. Tu as déjà commis des meurtres, pour ton propre plaisir, et patienter pour au final sentir que ta proie sait qu'elle se trouve au bord du gouffre, il n'y a rien de plus amusant. Agile, tu te faufiles partout où tu le souhaites. Fausse ∞ Si un jour tu donnes des compliments à quelqu'un cela sera juste une façade. Une manière de jouer avec lui. Tu es perfide, tu es parfois hypocrite. Dire une gentillesse pour blesser par la suite, ça t'amuses. Seuls les faibles finiront par se laisser abattre. Fermée ∞ Tu possèdes un esprit très critique, tu as des idées très tranchées sur les gens et sur les choses. Peu influençable, tu possèdes une grande confiance en toi et à une vision très subjective de la vie, voyant tout au travers de ton optique. Il est très difficile de te faire changer d'avis, voir même impossible. Tu ne flanche pas facilement, même sous la menace ou le chantage. Franche ∞ Tu ne passes pas par quatre chemins. Si quelqu'un t'emmerdes, tu le lui dis. Si tu trouves que celui en face de toi empeste, tu le lui diras de manière crue. Si face à toi se trouve une pauvre merde, tu le rabaisseras. C'est ainsi que tu vois les choses. Imaginative ∞ Les plans, tu les conçois. Tu es très créative lorsqu'il s'agit de foutre quelqu'un dans la merde. Tu aimes aussi imaginer de nouvelles manières d'assassiner quelqu'un. Tu es sadique, tu prends plaisir à humilier, torturer, tu feras tout pour faire durer ce plaisir. Impulsive ∞ Lunatique. La violence chez toi est devenue une habitude. A force de t'écraser, tu es maintenant une grande gueule. Tu fais subir aux autres ce que l'on t'a fait subir. Tu te laisses rarement dicter ta conduite. C'est pas toujours ton truc la parlotte. Tu préfères l'action. Tu es une brute mais t'es pas stupide non plus. Indépendante ∞ Vivre en compagnie des autres, c'est pas ton truc. T'es plutôt du genre insociable. Tu t'es créé ta petite niche, ton petit endroit bien à toi ou personne ne peux entrer. Bien évidemment, tu as ton gang, mais tu aimes garder ton propre espace, une part d'indépendance. Tu aimes pouvoir te cacher aux yeux des autres, tu ne partages pas tes secrets, tu ne te dévoiles pas. Rancunière ∞ Alors là, si on te fait une crasse, tu ne cherches même pas la raison. Tu n'apprécies pas les coups bas, et tu feras tout pour les rendre. Tu peux être patiente, très patiente, mais tu n'oublieras jamais rien. Réaliste ∞ Le monde dans lequel tu vis est cruel, sans pitié, tu le sais, il ne changera pas. Les Titans? Ce n'est pas ton affaire, tu as déjà bien assez de merde comme ça dans les pattes. Les soldats s'en occupent. Sans pitié ∞ Jamais on a été tendre avec toi, ou si peu. Tu as connu la misère, le froid, la faim, la peur, la violence. Du coup tu le rends à tout ceux qui t'entourent. Tu n'hésites pas à rouer de coups ou à tuer.

Tu possèdes une marque sur le poignet gauche. C'est un V orné de roses, signe de ton appartenance à un groupe de prostituées. Cicatrice faite par la brûlure d'un fer rouge, elle te marquera jusqu'à la fin de ta vie, même si tu as quitté le réseau. Tu adores les jours de pluie, rester sous les gouttes d'eau qui tombent en averse. Tu as l'impression que ça te nettoie de toutes les impuretés, et pas seulement sur le plan hygiènique. Tu détestes avoir les ongles sales, c'est une véritable obsession, tu peux être dégueulasse et recouverte des pieds à la tête de boue, mais si tes ongles sont noirs ou cassés tu entres directement en rogne. Tu détestes la salade, cette chose verte avec des feuilles. Tu as l'impression qu'on te prend pour un lapin lorsqu'on t'en fou sous le nez. Tu possèdes plusieurs tatouages dont un derrière l'oreille droite. Ils racontent des passages de ta vie, des choses qui restent gravées dans ton coeur. Celui situé sur ta nuque marque ton appartenance à un gang de voleurs. Tu es la sous-chef de la Guilde de Caelan. D'ailleurs c'est grâce à elle que tu as quitté le groupe de prostituées.
Et sinon, en dehors de ça je suis Toujours Némé, je suis un(e) fille et j'ai un certain âge ! J'ai découvert le forum grâce à Titrampoline, et j'aimerais juste vous dire que ; Un jour j'arrêterai mes conneries... Un jour... Mais pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 13 Juil - 17:11
Invité


History
Phoenix Rises
" Encore un effort, je vois la tête ! Poussez ! " Un cri déchirant, emplit de douleur retentit dans la pièce, contrastant avec les cris de plaisir, les gémissements et les grognements qui remplissent les pièces avoisinantes. Tu sens l'air frais qui te transperces les poumons et tu hurles tandis que le médecin te prends dans ses bras afin de couper le cordon qui te relie à ta mère. Tu as faim, tu as soif, tu as froid, tu ne comprends rien à ce qu'il se passe autour de toi. On te plonge dans l'eau chaude, on te nettoie, mais ce n'est pas une présence rassurante, ce n'est pas ta mère qui prend soin de toi. C'est le docteur. Et tu sens en lui du dégoût, de la pitié et de la colère tandis qu'il t'emmitoufle grossièrement dans une couverture. Il te serre contre lui, tandis que ta mère tend les bras vers toi, ruisselante de sueur. " Donnez la moi. " La prise se referme sur toi. " Allons Rose, vous savez très bien que ce n'est pas une place pour une enfant... " Elle se redresse sur son lit, ignorant la douleur. " C'est ma fille, donnez la moi ! " Tu sens que l'homme qui te tient dans ses bras est indécis. Tu te remets à pleurer et à gigoter. La femme finit par t'arracher des bras du médecin. " Elle a faim, elle a besoin de sa mère. " L'homme s'avance, prêt à te reprendre. " Elle a besoin d'une bonne famille, d'un endroit sain ou dormir ! Un bordel n'est pas le lieu pour qu'une petite fille grandisse et s'épanouisse ! " La femme lui lance un regard noir. Consciente d'être au coeur du problème et entourée d'une ambiance électrique, tu pleures de plus belle. " Je suis sa mère, c'est moi qui l'élèverais, c'est moi qui lui raconterais des histoires, moi qui l'habillerais, qui prendrait soin d'elle, vous n'avez pas le droit de me l'enlever ! " Le médecin finit par sortir de la pièce, te laissant goulument téter le sein de ta mère. " C'est vous qui voyez Rose. Mais vous êtes bien égoïste. Elever une petite fille au milieu de putains et d'hommes grossiers, prêt à tout pour assouvir leur désir... Ce n'est pas une vie pour elle. " Et il sort. Ta mère laisse son regard errer pendant quelques minutes, passant sans doute en revue les derniers mots du médecin, mais elle tourne bien vite la tête vers toi. " Tu veux une histoire jolie Edwige? "

--------------------------------------------------------------

" Edwige mon ange, tu peux aller dans la petite pièce s'il te plaît? " Tu lèves un regard vers ta mère. Un sourire tendre et fatigué fend son visage. Tu baisses les yeux vers l'homme qui se trouve derrière elle et qui te regarde avec attention. Sale, possédant une longue barbe emmêlée, il te scrute, te mettant mal à l'aise. " Maman, j'aime pas le monsieur. " Elle te sourit et te prend dans ses bras, te portant dans la toute petite pièce voisine. " Tu restes là et tu joues bien sagement d'accord? " Elle te donne tes poupées, mais tu les laisses retomber. " Maman pourquoi il y a toujours des monsieurs et des madames dans ta chambre? " Elle te tapote le nez, gênée. " La curiosité est un vilain défaut mon ange. Sois sage. Je reviens vite. " Puis elle referme doucement la porte. Tu restes là, debout pendant quelques minutes, avant de t'asseoir dans le cagibi. Cet endroit commence à devenir trop petit pour toi, à cinq ans, tu as besoin d'espace, mais ta mère ne veut jamais te laisser sortir de la petite chambre. En fait, tu ne connais rien d'autre que ces quatre murs, et ce petit cagibi où elle te planque tous les jours, lorsqu'un homme ou une femme entre dans la pièce. Tu joues avec tes petites poupées lorsque les gémissements et les râles commencent à se faire entendre. Tes petites oreilles sont habituées depuis bien longtemps à ce bruit, mais ta mère t'a dit de te boucher les oreilles à chaque fois que tu l'entendais. Tu trouves ça stupide, des chambres avoisinantes provient les mêmes bruits, aussi bien le jour que la nuit. Mais tu obéis. Tu poses tes petites mains sur tes oreilles et te met à chantonner, attendant que ta mère revienne te chercher.

-----------------------------------------------

" Non pas ça ! Ne la touchez pas ! " Ta mère s'efforce de repousser l'homme qui te regarde d'un air malsain. " J'ai payé. Je peux avoir tout ce dont j'ai envie... " Elle te repousse dans le coin de la chambre, faisant un barrage de son corps. " Elle n'est pas à vendre ! C'est pour moi que vous avez payé ! " L'homme s'approche, un sourire carnassier sur le visage. Tu as peur, tu trembles de tous tes membres. " Tu as quel âge petite? " Tu relèves la tête, glacée par le regard noir de l'homme. " Huit ans... " " Ne lui répond pas Edwige ! " Tonne ta mère, effrayée. Il s'approche un peu plus. " Huit ans hum... Oui. Peut-être dans trois ou quatre dans ce cas... " Il finit par tordre violemment le bras de ta mère. " Dans ce cas, Maman va être une gentille fifille d'accord? " Tu la vois pincer les lèvres et retenir son cri de douleur. Elle inspire et te regarde, les larmes aux yeux. " Mon ange, va voir Belladone, elle te fera une tarte aux pommes comme tu les aimes. " Tu t'apprêtes à sortir mais l'homme t'attrape le poignet. " Non. Je veux qu'elle regarde. " Ta mère se met à hurler et tentes vainement de se débarrasser de sa poigne de fer. " Laissez là en dehors de ça, je ne veux pas qu... " Une gifle la fait taire. L'homme la jette sur le lit, sonnée, et ferme la porte. Tu te précipites vers elle mais il te donne un soufflet. Tu as le souffle coupé par la violence du choc. " Tu vas rester sagement là d'accord petite? " Il te caresse doucement le menton et tu hoches la tête, tremblante. " Bien. Maintenant regarde bien, tu auras le droit à ça aussi plus tard... " Et il déboutonne lentement son pantalon avant de se diriger, sous ton regard effrayé, vers ta mère...

------------------------------------------

" Suis moi vite. " Elle murmure. La main serrée autour de ton petit poignet, elle t'emmène dans le dédale de ruelles qui s'ouvre à toi. Tu regardes autour de toi, complètement perdue. C'est la première fois que tu sors, tu ne savais pas que le monde était aussi... Pitoyable. Les mendiants traînent dans la boue, les femmes jouent de leurs charmes, là bas un homme passe sa main sous une jupe... Tu détourne le regard, sentant la nausée monter en toi. La vision de l'homme s'acharnant sur ta mère te revenant en mémoire. C'était ignoble... Tu portes la main à ta bouche et finis par vomir. Ta mère te prend dans tes bras. " Je suis désolée mon ange... Tu n'aurais pas du voir ça... Le médecin avait raison... On va te mettre à l'abri..." Tu observes silencieusement ce qui t'entoure. Les rues sont sales, dégoutantes. Les hommes, les femmes, les vieillards avancent dans la boue, les enfants se traînent et jouent à faire des pâtés. Il n'y a que misère et tristesse. Tu enfouies ta tête dans le cou de ta mère. Elle frappe à une porte, qui s'ouvre quelques secondes plus tard. Elle entre et déjà te pose au sol. " Qu'est-ce que tu fous ici? " " Tu dois m'aider Thorolf. " " Quoi? " La voix est hargneuse, rauque. Tu risques un oeil vers lui. Grand, costaud, il possède une longue barbe hirsute et des yeux u bleu glacial. " C'est qui cette mioche? " Ses grands yeux te fixent et tu retournes te cacher dans les jupes de ta mère. " C'est ta fille... " Répond elle d'une voix étranglée.

----------------------------------------------------

Tu regardes les gens défiler dans la rue, ton petit nez collé à la fenêtre crasseuse. Tu te sens mieux, plus libre avec Thorolf. Il est gentil avec toi, même si au premier abord il semblait bourru. Il est souvent absent, il ne te parle pas beaucoup, mais il t'apprend certains trucs. Il t'a offert un petit couteau et t'a appris à te battre. Il t'a dit quels étaient les points faibles des hommes et des femmes, comment se débarrasser d'un gêneur... Tu ne comprend pas pourquoi il te dit tout ça, mais finalement tu le suis. Jusqu'à tes treize ans tu es restée avec lui. Parfois tout allait bien, d'autre fois il te battait, surtout lorsqu'il avait bu. Mais après il s'excusait auprès de toi. Toi tu ne dis rien. Tu te tais et tu subis. Pourquoi dirais-tu quelque chose? Cela te semble normal cette violence, ta mère l'a subi avant toi, tu te dis que tu dois subir le même sort. Il te dit d'être forte, de ne pas te laisser faire, mais tu ne comprends pas ce que cela veut dire. Tu ne le comprendras que bien plus tard...

------------------------------------------

" THOROLF ! THOROLF OUVRE CETTE PORTE ! " Tu es pétrifiée de terreur. Dehors, cinq hommes attendent et l'un tambourine à la porte. Ils semblent remonté et ils te font peur. Lentement, Thorolf te fait reculer dans un coin, il te dit de ne pas faire de bruit, de te cacher quelque part. Mais tu n'as aucun endroit où te cacher dans cette misérable bicoque, alors tu te tasses dans un coin en essayant de ne pas te faire remarquer. Il ouvre la porte et est tout de suite accueilli par un coup de poing dans le ventre. Il recule, titube tandis que les colosses entrent. Tu l'as vu cacher un couteau dans sa manche. Mais aujourd'hui ton père est malade, il est faible. Il a une mauvaise fièvre. Il ne gagnera pas tu le sais. " Alors sale chien, tu ne sais pas quel mal j'ai eu à te retrouver ! " Ils se mettent à cinq dessus, le rouant de coups. Tu portes tes mains à ta bouche. Tu pleurs. Finalement, tu te décides à sauter sur l'un des hommes, griffant et plantant ton petit couteau dans son dos. Il hurle et te projette au sol, t'assommant à moitié. La suite est floue. Tu te souviens de ton père sortant son poignard et tuant deux hommes avant d'être de nouveau submergé par les coups. Tu te souviens de ses cris, de ses hurlements alors qu'il leur demandait de te relâcher. " Non Thorolf. Elle ira rejoindre mon harem, comme sa mère avant elle. " Il se penche, un sourire carnassier sur les lèvres. " C'est ta faute Thorolf, il faut bien que quelqu'un paye... " Les coups finissent par avoir raison du tueur à gage, qui, fatigué et malade finit par cracher du sang, les poumons perforés. Tu hurles et pleures, mais tu finis seulement par récolter quelques baffes. Ils finissent par repartir, toi entre leur main, et laissant ton père s'étouffer lentement, baignant dans son sang. " On va te dresser ma jolie... " Murmure l'homme qui semble être le chef.

-----------------------------------------

" Aaaaaah !!!! " Tu hurles et essayes de cacher tes larmes. Le fer rouge te brûle la peau mais tu ne peux y échapper. L'homme appose sa marque sur son trophée, qui se trouve être toi. Deux hommes t'encadrent et te tiennent fermement. " Nous allons commencer le dressage petite... Quinze ans c'est le bon âge. " Il repose la barre de fer et s'approche de toi. " Conduisez là dans la chambre, il est temps de la mater. " Il t'embrasse à pleine bouche, te mordant douloureusement la lèvre. Tu as peur, tu as en tête l'image de ta mère se faisant maltraiter, dominer par l'ivrogne. Tu sais que c'est ce qui t'attend. On te pousse sans ménagement dans la chambre. Le chef entre, suivi de deux autres hommes. Ton poignet te fait souffrir atrocement, mais ce n'est rien comparé à ce qui suit. Les trois hommes s'amusent, jouent avec ton corps. Tu n'es rien d'autre qu'un pantin désarticulé entre leurs mains. Cela dure pendant des heures, et lorsque tu penses que tout est fini, ils recommencent. Finalement, ils te laissent, allongée sur le lit, grelottante et meurtrie. " Eh Blake. Envoie les filles, elles vont finir de s'occuper d'elle. "

--------------------------------------------------------

Tu lui donnes un dernier baiser langoureux avant de t'allonger aux côtés de la fille avec qui tu as passé la nuit. Cela ne te rebute plus. Les premiers mois que tu avais passée dans ce bordel tu allais vomir après chaque rapport. C'était dur, si dur. Se faire maltraiter, dominer, humilier par des hommes et parfois des femmes. Certains étaient gentils, doux, d'autres au contraire étaient si violent que parfois tu avais du mal à marcher le lendemain. Mais maintenant, après avoir passé huit ans dans ce bordel, tu t'y es faite. Maintenant tu as l'habitude de ces corps qui passent sur toi, tu as l'habitude des cris, du plaisir, de la douleur... Tu restes allongée, nue dans ton lit alors que la jeune femme se relève. " Pourquoi tu restes dans ce trou à rat? " demande t'elle. " Pourquoi t'y passe? " Tu rétorques en souriant. Elle est plutôt sympa cette fille, et très jolie, cela te change. Elle hausse les épaules et poses les pièces sur la table de chevet. " J'ai grandis ici. Ma mère y vivait. C'est ma place... Je pense... "  Elle te regardes les sourcils froncés, terminant de s'habiller. " Notre place, c'est nous qui la choisissons. Si tu penses comme ça tu moisiras ici jusqu'à ce que tu ne sois plus bonne à rien. Et ils te jetteront dehors dès que t'auras une ride. " Ton sourire disparait. Elle te lance un dernier regard " Tu vaux mieux que ça. " Tu la regardes partir, interdite. Mais avant de la voir disparaître, tu lui lances. " Attend ! C'est quoi ton nom? " Elle te fixe de ses grands yeux noirs. " Caelan. "

--------------------------------------------------

" Putain d'enfoiré ! " Tu jures tout en achevant l'homme, plantant ton couteau dans sa gorge. Il essaye de parler, mais seul un gargouillement affreux sort de sa gorge. Tu te redresses sur le lit, à moitié nue. Les paroles de Caelen ont fini par faire son chemin en toi. Tu regardes des doigts couverts de ce liquide sombre avant de reposer tes yeux sur l'ivrogne qui étreint le couvre lit dans un dernier souffle. Tu ne te sens pas mal, bien au contraire. un sourire s'étire sur ton visage. Tu te sens... Libérée d'un poids monstrueux. Pendant des années tu n'as été qu'une putain soumise au bon vouloir des autres. Aujourd'hui, tu vas leur faire payer ce qu'ils t'ont fait subir... Tous autant qu'ils sont. Tu ne seras plus la petite fille fragile qui se cachait dans un placard. Tu vas prendre ton destin en main...

------------------------------------------------------

" Caelan, j'ai un filon. " Tu t'approches d'elle, un papier en main. Tu as bien changé depuis quatre ans. Adieu les robes et les décolletés plongeants, maintenant tu portes pantalons et chemises. Adieu la catin, place aujourd'hui à la voleuse et à la trafiquante. Ton visage est devenue dur et froid, et que dire de ton caractère... Volcanique, lunatique, tu changes d'humeur comme de chemise. Le fait d'avoir tué ce client il y a quatre ans t'a donné des ailes. Tu es devenue une véritable garce, et tu n'hésites pas à user de violence. Le vent avait tourné... Maintenant sous chef de la guilde de Caelan, tu uses de tes pouvoirs pour faire peur aux autres. Elle lit le papier et un sourire apparait sur son visage. " Je vais chercher l'équipement tridimensionnel. " dis-tu simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 13 Juil - 17:20
Invité
Rebienvenue p'tit lu ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 13 Juil - 17:23
Invité
Mouhaha. Mon second. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 27 Juil - 16:37
Invité
Ho *.* j'aime beaucoup la maman, mais je peux aller tuer le pedo, stp ?

Félicitations !




Tu es maintenant validé(e) & tu fais donc officiellement partie de la communauté ! Pour éviter que tu ne sois perdu au milieu du bazar administratif, voici un petit guide utile sur les choses qu'il te reste à faire. Ce ne sont que des formalités, héhé, mais des formalités qui tout de même ont leur importance. Pour commencer, passe donc par le bottin afin de faire recenser ton avatar. Une fois cela fait, je te propose d'aller te créer ta petite fiche de liens et de RPs, dans cette partie du forum. Tu pourras ensuite commencer le RP, et si tu ne trouves pas de partenaires, un sujet a été mis en place pour t'aider. Pour t'amuser, le flood est aussi à ta disposition.

Maintenant que tout c'est fait, nous pouvons te souhaiter bonne chance ! Nous espérons de tout cœur que tu te sentiras chez toi ici, et que tu t'amusera en notre compagnie !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» comment decouper des cercles sans crafty?
» Pâte à crêpes sans gluten
» Gâteau au chocolat sans oeufs
» [AIDE] HD qui reboot sans arrêt depuis ce matin
» Crème glacée au Nutella (sans sorbetière)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan :: 
Everybody Love Heroes
 :: Registres d'admission :: Archives
-
Sauter vers: